Faut-il surveiller les rumeurs ?

C'est souvent dans les lieux d'échange que l'on prend conscience d'un désamour. © Rawpixel - Fotolia.com
Les lieux d'échange comme les couloirs, la cantine ou la machine à café sont propices à la circulation d'informations et de rumeurs, plus ou moins pertinentes. C'est souvent là que l'on prend conscience d'être peu apprécié. "Il est parfois utile de laisser trainer ses oreilles à droite à gauche", estime Rémi Renouleau, coach et créateur de cohésion individuelle et collective à 3H Coaching.
"Toute information est à prendre en compte. Il faut ensuite l’analyser, la décoder", estime Hervé Saint-Aubert, associé chez Coaching et Consulting International. Mais, selon Caroline Carlicchi, fondatrice du cabinet Coaching Go, "une personne qui se sent mal aimée par ses collègues doit éviter de se fier uniquement aux bruits de couloirs. Les propos sont souvent déformés".