Gérer un collègue qui ne vous aime pas Mais de qui vient l'hostilité exactement ?

Les manifestations d'hostilité qui peuvent émaner d'un collègue sont diverses et variées : il peut régulièrement déchaîner sa colère sur vous, ne savoir vous parler autrement qu'en vous rabaissant ou passer son temps à vous critiquer. Rien de très plaisant mais le problème est au moins visible. Certaines inimitiés peuvent être plus complexes à déceler et peuvent donc plus facilement dégénérer. "Le relationnel tel qu'il est privilégié par l'entreprise aujourd'hui doit être policé et souvent les oppositions ne se font pas de manière frontale", fait remarquer Sylvain Grevedon, consultant en recrutement qui a consigné son expérience sur les relations humaines en entreprise dans son livre Tu aimeras tes collègues comme toi-même.

 

Attention aux doubles jeux

"Efforcez-vous de repérer les individus et les circonstances qui génèrent chez vous une tension, de l'énervement, une sensation d'épuisement"

L'hostilité peut être sournoise et être dissimulée sous un comportement affable. Des courbettes par devant et du dénigrement par derrière en somme. Un tel comportement peut simplement traduire une personnalité hypocrite mais il peut également être plus mal intentionné : c'est le syndrome du saboteur qui travaille dans votre sens en apparence et détruit votre réputation par derrière. Dans les deux cas, il s'agit de repérer les comportements excessivement bienveillants.

 

Comment ? En utilisant principalement votre intuition. Il ne s'agit pas de développer des a priori qui restent ensuite ancrés en vous mais d'être à l'écoute de vos sensations. "Efforcez-vous de repérer les individus et les circonstances qui suscitent en vous des réponses positives et ceux qui génèrent au contraire chez vous une tension, de l'énervement, une sensation d'épuisement", conseillent ainsi les consultantes américaines Katherine Crowley et Kathi Elster dans Travaillez avec toi, c'est l'enfer !. Etre méfiant donc, mais sans tomber dans la paranoïa, chronophage et contre-productive.

 

Un silence qui peut cacher beaucoup

Au final, le comportement le plus difficile à percer est la neutralité. Vous apprenez généralement trop tard l'inimitié que le collègue vous porte et souvent par personne interposée.

sylvain grevedon, 'tu aimeras tes collègues comme toi-même'
Sylvain Grevedon, "Tu aimeras tes collègues comme toi-même" © Mercuri Urval

Attention néanmoins aux fausses rumeurs : "si une personne nous fait savoir qu'untel dit du mal de nous derrnière notre dos, il faut garder en tête que ce peut être elle qui est mal intentionnée", prévient Sylvain Grevedon. L'idéal, dans ce cas, est d'impliquer cet "ami qui nous veut du bien" au-delà de son simple rôle de témoin. "La tierce personne a sa part de responsabilité : elle écoute et s'empresse, par bienveillance bien sûr, de rapporter les propos émis. Mais qui dit qu'elle n'a pas surenchéri ?, explique Christine Marsan, coach spécialisée dans la gestion de conflits. Il faut alors l'inciter à être active, par exemple en lui demandant de nous faire venir si le collègue recommence."