Passer la main à son successeur Faire des présentations positives

Pour être acceptée, la succession doit être comprise. Le rôle du manager sur le départ est de justifier son choix en présentant son remplaçant comme sous son meilleur jour. "L'important, c'est de ne rien dire de négatif sur le successeur, insiste Rémi Juët. Il faut tenir des propos uniquement positifs, sans que cela ne deviennent laudateur." Un seul point noir glissé dans un portrait élogieux et cette ombre au tableau sera la seule chose qui sera retenue.

Ceci est particulièrement important si le successeur vient d'une autre entreprise ou d'un autre service. S'il est inconnu, il arrivera avec une image positive. S'il est précédé d'une mauvaise réputation, il est toujours possible de mettre en avant des qualités, quitte à les mettre en contraste avec ses propres défauts. Par exemple : "je suis désorganisé, mais lui sera très carré".

Devant son remplaçant aussi, il faut aussi savoir garder sa langue. Là encore, il faut éviter à tout prix de pointer du doigt les défauts de ses collaborateurs. Cela préviendra les jugements prématurés. "On peut éventuellement faire une mise en garde, évoquer les points d'amélioration de la mission, du service et des collaborateurs", prévient Rémi Juët. Si une équipe rechigne à décrocher le téléphone pour relancer la clientèle, mieux vaut annoncer "Il y a un point à améliorer, c'est le phoning", plutôt que d'annoncer "Si on n'est pas derrière eux, ils ne font rien."

Autour du même sujet