Savoir-vivre au bureau : les bons réflexes L'open space : un espace à risques

De nombreux salariés travaillent en open space, pour le meilleur et pour le pire. Cette organisation oblige à faire montre d'un grand savoir-vivre, sous peine de transformer ce lieu de travail en un véritable enfer. C'est particulièrement délicat pour les personnes habituées à travailler dans un bureau isolé, qui ont pu développer de mauvaises habitudes. 

 

a faire : se créer une bulle / a ne pas faire : demander à sa collègue comment
A faire : se créer une bulle / A ne pas faire : demander à sa collègue comment se porte  sa mère à laquelle elle téléphone souvent ces derniers temps © Surflifes - Fotolia
Règles de vie en collectivité 

"L'open space n'est pas l'idéal pour se concentrer et avoir de l'intimité, surtout lorsqu'on n'est pas habitué", constate Laurence Caracalla, auteur du "Carnet du savoir-vivre au bureau". Lorsqu'on est entre 10 et 20 sur un plateau, voire plus, se créer une bulle autour de soi est la seule solution pour se concentrer, en gardant ses yeux et ses oreilles focalisés sur son travail. "Il ne faut pas être tenté d'écouter les autres", prévient-elle. Cela vous évitera de plus d'intervenir dans des conversations qui ne vous concernent pas.  

 

Gardez toujours à l'esprit que ce que vous faites peut déranger vos voisins. Ainsi, si l'on a été obligé de manger sur son bureau, on évitera de laisser trainer les restes de son déjeuner et on s'abstiendra de ramener un repas trop odorant. "Il ne faut pas oublier que l'on partage un espace", rappelle Laurence Caracalla. 

 

Gare à la curiosité

De même, il faut faire attention à la curiosité et ne pas être tenté de regarder par dessus l'épaule de son collègue pour vérifier ce qu'il fait, les sites qu'il visite ou encore les emails qu'il reçoit. Il n'y a rien de plus désagréable en effet que de se sentir épié. "Si votre voisin de bureau fait une pause dans son travail pour regarder les tables basses sur eBay, il faut garder ses réflexions pour soi", préconise Laurence Caracalla.  

Vie de bureau