Le torse a besoin d'être protégé quand on est mal à l'aise

instinctivement, on croise ses bras lorsque l'on est sur la défensive.
Instinctivement, on croise ses bras lorsque l'on est sur la défensive. © auremar / Fotolia

Lors d'un rendez-vous tendu ou d'un interrogatoire, on peut difficilement fuir la situation présente ou la personne en face. Le réflexe est alors d'utiliser ses bras ou un objet comme barrière. Comme a pu le constater Joe Navarro au cours de l'interrogatoire d'un jeune suspect, dans une chambre d'hôtel, cela peut s'observer dans l'utilisation d'un coussin.

"Assis sur le canapé, le jeune homme a attrapé l'un des coussins, et l'a tenu contre sa poitrine durant la majeure partie des 3 heures d'entretien. Dès que le sujet était neutre, comme lorsqu'il parlait de sa passion pour le sport, il remettait le coussin de côté. En revanche, dès que l'on en revenait à sa possible complicité dans un crime, il récupérait le coussin et le serrait fort contre sa poitrine." A l'aise, il n'avait besoin d'aucune protection, sur le grill, il pouvait se retrancher derrière cette barrière symbolique. S'il n'a rien révélé durant cette réunion, les coussins étaient absents de l'interrogatoire suivant...