RECHERCHE

Plan du site

Journal du Net > Management > Ville > Seine-St-Denis > LIVRY GARGAN 

LIVRY GARGAN - Seine-St-Denis (93190)

  Page 1 | 2 sur 2 Page suivante >> 

L'avis de Serge B (Livry Gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  La vie devient impossible dans cette ville
"Il y a quinze d'années venant de la province pour des raisons professionnelles, nous avons choisi livry-gargan pour sa proximité de nos futurs lieux de travail mais avant tout pour son cadre de vie qui nous paraissait moins austère que la région parisienne. Proche du parc lefèvre, nous pensions être des privilégiés ! Ce fut une énorme erreur. Les we sont devenus un enfer avec cortèges de mariages (colorés de drapeaux en tous genres sauf bleu blanc rouge et les you you et musique durant des heures sans compter les klaxons, stationnements et agressions en tous genres. Quelle déception de voir avec les années se détériorer cette ville, avec tag, déchets, rues mal entretenues, c'est l'anarchie totale. La ville s'est paupérisée un conseil pour votre bonne santé, évitez cette ville !"
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Plus rien que nous satisfait dans cette ville, nous en partons !"
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "L'insécurité, les incivilités, le laisser aller, le manque d'action de la part des élus - what else ?"
(janvier 2014)
 
L'avis de Anne-Marie (J\'habite aujourd\'hui aux Lilas.)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  50 ans passés à Livry-Gargan
"Une ville où j'ai grandi et où il faisait bon vivre. Aujourd'hui, elle repousse tant bien que mal la dégradation des communes voisines et des populations à la dérive de leurs ghettos. De nouveaux propriétaires descendent peu à peu sur la ville, gens du voyage, populations d'émigrés hlm qui accèdent à la propriété mais qui n'enrichissent rien."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Les vestiges de l'immigration italienne, ses beaux pavillons de pierre et les jardins emplis d'arbres qui restent. J'aime aussi ses parcs, nombreux pour une si petite ville et la petite église près de la rue st claude, qui est encore debout. La proximité du raincy est aussi très agréable. Les bus y sont nombreux. Le tram-train a été un progrès. Lorsque j'étais enfant, on pouvait jouer dans la rue sans craindre la circulation, jeux de marelle, balle au prisonnier, saut à deux cordes, billes et autres jeux en tous genres auxquels les enfants s'adonnaient du printemps jusqu'à la fin de l'été, bien au-delà de 20 h le soir. Tous les enfants et la jeunesse était dehors. Les ainés discutaient au coin des rues et se connaissaient tous. Au printemps, les jardins embaumaient le lilas, le parfum des roses, des glycines et des lys. C'était il n'y a pas si longtemps. Et pourtant, la fosse maussoin était toute proche (près de l'endroit où se trouve leclerc aujourd'hui). Un immense bidonville qui y est resté près de 30 ans, après guerre et avant l'arrivée des premièrs hlm. Malgré cela, tout le monde vivait paisiblement à livry. Les cafés étaient pleins de monde jusque tard le soir en été. Le dimanche, nous allions pique-niquer dans les prés de la baie des anges, en lieu et place de l'actuel chêne pointu à clichy s/bois. Comme tous les dimanches après-midi, mes parents avec leurs copains se retrouvaient au bal de plein air pour y danser. Et la vie s'écoulait joyeuse et tranquille. Tous rêvaient de s'acheter un petit pavillon avec un petit bout de jardin. Ceux qui y parvenaient s'installaient à livry-gargan et y réalisaient leurs rêves. Les propriétaires d'alors jardinaient et s'échangeaient salades, cerises et autres fruits. On n'achetait rien, on mangeait "frais" comme on disait. Je pourrais en écrire des pages entières. J'ai sillonné et resillonné toutes les rues de livry en vélo et partout cette même quiétude, des marchés presque tous les jours, des rues sans danger et quasiment sans circulation si ce n'était celle des vélos. Il y avait à l'époque à la place du tram, "la micheline", un ancien tortillard que tous trouvaient très pratique pour se rendre à aulnay ou au raincy. On plaignait beaucoup ceux qui travaillaient "a paris" et on en parlait comme de pauvres bagnards parce qu'ils rentraient vers 20 h le soir à cause des transports encore assez rares. Les autres étaient tous rentrés dès 18 h et s'adonnaient à leur sport favori, le jardin ou la pétanque entre voisins. Les gosses étaient dans la rue. Partout, ce n'étaient que jeux, éclats de rire et tout le monde se parlait. Les jeunes comme les vieux. Lorsque j'allais chercher le pain, j'en ramenais pour 4 ou 5 personnes âgées de la rue qui me laissaient "une pièce". Les bonbons coûtaient 1 centime, les roudoudous, mistrals gagnants et cars en sac se partageaient entre copains. Les sacs de billes circulaient et les calots se collectionnaient. Les ferrailleurs existaient encore. Partout, de belles maisons en construction. L'ancien maire, monsieur vincent, et ma directrice d'école, mme soulier, faisaient régner la paix sur la ville et y ont instauré une excellente qualité d'enseignement qui permettait ensuite aux meilleurs, d'aller au lycée du raincy, charlemagne à l'époque, aujourd'hui albert schweitzer). Aujourd'hui, je n'y habite plus, mais j'y suis revenue travailler."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Bien que la population soit toujours identique depuis l'époque dont je parlais (beaucoup d'imigrés) les conditions de vie s'y sont beaucoup dégradées. Les jolis pavillons d'alors se sont agrandis et les jardins se sont considérablement rétrécis, les arbres séculaires ont été remplacés par d'horribles nains de jardins et les pièces rajoutées ici et là ont transformé ces maisons ravissantes et coquettes, en cabanes à lapins qui ne ressemblent plus à rien. Le blanc des maisons d'alors s'est coloré dans des teintes qui vieillissent horriblement mal. Je me souviens à l'époque "l'urbanisme" était un mot redouté par les propriétaires qui ne pouvaient pas faire n'importe quoi de leur lieu de vie. Pour construire, il fallait être à 4 m minimum du mur voisin. Aujourd'hui, je ne retrouve même plus les belles maisons que j'ai vu se construire alors. Et lorsqu'elles y sont encore, j'ai le coeur brisé en voyant ce qu'elles sont devenues. Tous les italiens d'alors sont partis au moment de leur retraite, et les habitations se sont pour la plupart beaucoup dégradées, surtout avenue vauban, rue richelieu, rue liégeard... On ne voit plus que des grosses voitures des gens du voyage qui conduisent en trombe empêchant les enfants de se risquer dans la rue. Le soir, la sécurité est vraiment limite et les rues sont désespérément désertes. J'ai le sentiment que cette ville se meurt. Je plains les jeunes d'aujourd'hui qui y vivent. L'appauvrissement est criant. Les vestiges de son passé de villégiature est noyé dans la masse des horreurs qui se sont construites ces 20 dernières années. Mais les services de la ville aujourd'hui sont aveugles ou bien juste indifférents à tout ? Et qu'on ne me dise pas que ce sont les émigrés qui ont tout abimé. Livry a toujours été une ville d'émigrés. Sauf qu'avant, les gens respectaient la loi et ne pouvaient pas faire n'importe quoi. Dommage... Les choses agréables de mon enfance et de ma jeunesse remontent à chaque fois que je passe devant l'école gutemberg et je me dis qu'il vaut mieux que mme soulier ne voie pas ce qu'elle est devenue. Je pense aussi à mes anciennes maîtresse, mme logier, mme negro, melle prieur... Les gens d'alors ne s'arrêtaient pas au milieu de la rue pour décharger leur marmots devant la porte."
(octobre 2011)
 
L'avis de Claude Bombel (Livry Gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Dodo livry
"Aucun projet économique innovant, pas de terrain industriel libre, une mauvaise desserte en transports en commun mais aussi en voirie inaccessible aux heures de pointe."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Les parcs municipaux, un système scolaire qualitatif mais sélectif, une vie associative dense, une relation à l'autre souvent restée villageoise donc proche."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "L'absence de la ville du festival de jazz, l'inexistence d'une offre dynamique de cinéma, pas de place pour la jeunesse alors qu'il y a 2 lycées des locaux universitaires ex iufm un foyer logement de jeunes à l'abandon, une ville qui repousse les différences (quasi externalisation du foyer aftam), une offre d'emplois qui se raréfie."
(avril 2011)
 
L'avis de Josué (Livry)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  La chute de livry-gargan
"Livry-gargan, une ville tranquille qui se dégrade au fils des ans. L'autorisation concernant les gens du voyages et la construction de hlm \"pour tous\" mais où sont principalement placés des fonctionnaires de la ville."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "La tranquillité de certains quartiers, les parcs, les associations sportives."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "L'accumulation des hlm et leurs résidents qui ne prennent soin de rien, le quartier de chanzy où s’agglutinent les gens du voyage, qui ne respectant rien."
(avril 2011)
 
L'avis de Dalila (Livry-Gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Retour à Livry-Gargan !
"Je suis juste née en 1975 à montfermeil et non à la clinique de vauban comme mes frères et sœurs. Mais je suis fille d'ouvrier, installé à livry-gargan depuis 1954 ! Les écoles de la maternelle vauban jusqu'au lycée a. Boulloche. Et j'ai dû partir, mariage enfant. Vaujours, bondy, avignon, brou sur chantereine... Et vous savez quoi ! Je suis revenue à livry-gargan ! Et j'y suis j'y reste ! Mes enfants fréquentent les mêmes écoles, exercent les activités sportives extra scolaires que la ville tant chérie ! Oui, beaucoup de choses ont changé, les habitations, le voisinage... Mais je suis persuadée d'une chose, je me sens bien à livry-gargan, mes enfants s'épanouissent, et sont heureux ! Comme une évidence, à livry-gargan ils seront bien ! Maintenant faudrait il effectivement accéder à la propriété, un autre chapitre..."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Le parc lefèvre, la poudrerie, les écoles, les associations livryennes, la clinique vauban (où mes enfants sont nés, et oui !). Ma maman qui habite à 10 min de chez moi toujours à livry-gargan, mon pharmacien, ma boulangerie, le marché de chanzy, les voisins de ma maman qui m'ont vu grandir et avec qui j'adore rester discuter... Pour essayer de refaire livry-gargan un peu comme avant."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Je ne sais pas trop, en fait peut-être rien. Je savoure encore au bout de quatre ans de pouvoir être enfin à livry-gargan. Mais je suis sure d'une chose, il en faudra beaucoup pour regretter d'être revenu, et ce n'est pas le cas... Pour l'instant."
(mars 2011)
 
L'avis de Lili Roche (Livry gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Livry gargan se dégrade
"Une ville qui pourrait être agréable mais depuis que les anciens livryens partent en province des nouveaux arrivent sans le respect et le savoir vivre que l'on a connu."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Le parc de madame de sevigné où l'on célèbre beaucoup de mariage car l'entretien est encore protégé mais pour combien de temps."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Depuis 10 ans livry devient une ville de moins en moins riche en commerces traditionnel français tous les commerçants ferment en faveur d'autres cultures, le marché qui avant était un modèle de bons commerces fruits légumes viandes et qui devient une rue de vêtements chaussures à bas prix.
Il n'y a que coiffeurs, vêtements, bazars un mic mac, les produits frais ou charcutiers disparaissent.
Le voisinage devient invivable, les rues deviennent in-sécurisées, mal éclairées, les gens se font agresser en plein jour, les incivilités entre voisins grandissent, les déchets sauvages s'agrandissent.
Hélas livry change énormément ce qui favorise le départ des retraités en province pour une meilleure vie et sécurité."
(février 2011)
 
L'avis de Claude Bombel (Livry-Gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Une ville qui s\'endort
"Livry-gargan où je suis né et où je continue à vivre après mes parents et grands parents a été depuis 1919 une ville qui faisait profiter d'une qualité de vie les ouvriers qui la peuplaient. Aujourd'hui il n'y a plus d'usine, plus d'activité et les gens sont contraints aux migrations matin et soir pour rejoindre leur emploi."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Livry pour moi outre ce que cela évoque de souvenirs scolaires ou urbains est une ville que la croissance démographique n'a pas trop déformée.

C'est une ville où l'on peut encore dire bonjour à un voisin sans qu'il se demande aussitôt quel est votre intérêt pour le saluer.
Il y a encore des professionnels qui font vivre un beau marché du dimanche même si j'ai connu des moments où cette qualité se répétait dans tous les 3 marchés 6 jours par semaine.
Livry a su préserver un vrai tissu associatif. Cela donne un vrai choix d'engagement pour les livryens dans les domaines les plus variés, loisirs, solidarité, sports, cultures de divers pays et création culturelle,...

Livry a su se marier avec gargan et unifier une seule ville alors que les quartiers du village se sont vus remplacés dans les maisons traditionnelles autour de l'église par des habitations collectives.
La rénovation que la ville a permis de remettre tous les quartiers sur le même pied d'antériorité. La reconstruction après la guerre a été comme un nouveau départ pour la ville."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Les habitants de livry se sont sentis comme des privilégiés en 93 et cela a généré un sentiment de supériorité très désagréable et de l'égoïsme.
Ce malaise accompagne une politique de dés-industrialisation, une évolution spéculative sur le prix des terrains qui ont freiné une politique sociale, évolution qui fait que les anciens enfants d'ouvriers n'ont pu sauf exception rester dans leur commune d'origine.
La ville a vu un renforcement de la droite électorale et les municipalités ont donc voulu gérer "au centre" ce qui fait qu'aujourd'hui encore livry est la seule ville de gauche du 93 a ne pas avoir les 20 % de logements sociaux que, la loi sru impose.

La ville a longtemps eu la moyenne d'age la plus élevée du 93, la maison de retraite de la seine-saint-denis pour les vieux riches ou à statut, cela se ressent évidemment dans les choix d'animation de la ville.
On joue plus souvent du charles trenet que du hip hop.

La crise économique n'a rien arrangé. La ville compte près de 15% de la pop active au chômage mais comme les entreprises on quasi disparu du tissu urbain les luttes des gens comme les plans sociaux se passent ailleurs. Cela contribue à la fausse image d'oasis de notre ville."
(février 2011)
 
L'avis de Nadette (Livry)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Dernière année après 30 ans passés à Livry
"Dégradation croissante depuis plusieurs années pris en tenaille entre Sevran, Clichy et Montfermeil, adieu confort de vie. Les structures routières peu adaptées aux constructions actuelles."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Plus grand chose, la ville décline, vitesse grand V, mauvais entretien, trop de circulation sur le réseau secondaire de la ville, les riverains ne sont pas écoutés dans leurs propositions."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "La non considération de certains quartiers, le quartier de Chanzy qui ressemble de plus en plus à une brocante ou un souk. Les commerces fermés, remplacés par des banques, assurances. La dégradation de la place de la libération, un sentiment d'insécurité grandissant. Une nationale 3 saturée en permanence."
(janvier 2011)
 
L'avis de Jean Gazoyer (Livry gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Constat sur livry gargan
"Ville correcte."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Les secteurs pavillonnaires. La mairie et son environnement."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Je tient à critiquer ce nouveau rond point que je ne me tente jamais à traverser sur la nationale 3 devant Cora, pourquoi : le flot de véhicule sur la nationale rend en effet périlleux, la traversée de celui-ci, la moindre hésitation pour s'engager et l'accident est au rendez-vous. Résultat pour ma part, je ne l'empreinte jamais pour traverser la rn3, je continue à contourner par les rues avoisinantes, par réflexion de sécurité. J'espère que mon avis servira à prévenir les automobilistes optimistes."
(mai 2010)
 
L'avis de Patrick (Livry-Gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Livry-Gargan
"A la lecture de ces commentaires un doute m'envahit. Certains commentateurs qui ont vécu dans la ville depuis une bonne vingtaine d'année la juge mal... Il est certain que d'un point de vue subjectif l'évolution est toujours à la baisse quand on étudie un lieu sur le très long terme. Étant installé à Livry-Gargan depuis dix années, je vais tenter de donner l'avis le plus objectif que je pourrais en omettant ni les défauts ni les qualités."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Tout d'abord, le point réaliste et pragmatique, c'est-à-dire le niveau de la ville par rapport à ses voisines. Il me semble que Livry-Gargan est parmi les meilleures villes du département, sans être dans le top 5 non plus. Un niveau social des habitants largement au dessus de la moyenne, un nombre de logement hlm frôlant les 15 %, sans aucune cité permet ralentir quelque peu l'insécurité qui me semble être complexe à éprouver dans notre commune. Le niveau des collèges et lycées ensuite : un lycée public qui a plus de 90 % de réussites au bac notamment, et qui peut se permettre de refuser des élèves des villes voisines. Enfin, dans les aspects encore une fois positif le tram-train qui permet de relier la gare de Bondy, et d'Aulnay-sous-bois relativement vite. En clair, on se demande si le prix de l'immobilier n'est pas sous-estimé par rapport à certains communes du 92 qui offre une qualité de vie qui laisse dubitative et frôle la catastrophe mais qui sont moitié plus cher au niveau du foncier."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Cependant il est vrai que le secteur incriminé par les habitants de la ville n'est pas exceptionnel, le qualifié de médiocre ou dire qu'il entre dans un processus de déliquescence me semble tout de même un peu exagéré. Il y a aussi trop de circulations : de nombreuses routes pullulent dans la ville, et je pense que c'est surtout ça qui nuit à son image."
(avril 2010)
 
L'avis de Susane (Livry-Gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Livry-Gargan
"Nous vivons depuis 30 ans à Livry-Gargan.Nous avons aimé cette ville,travaillé et élevé nos enfants,mais depuis quelques années la ville se dégrade et plus qu'une envie : partir."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Nos souvenirs."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Le bruit,la fumée des barbecues,les stationnements des voitures sur les trottoirs et l'insécurité ."
(septembre 2009)
 
L'avis de Kalinka (Livry-gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Une lente décadence
"Livry-Gargan d'il y a 35 ans ne ressemble en rien à la ville d'aujourd'hui. La qualité de vie décroit régulièrement. Bientôt, Monfermeil, Clichy-ss-bois,Sevran auront absorbé ce qui faisait la différence de cette ville avec les communes alentours. Voyez l'avenue de chanzy!"
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Plus grand chose."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Cette ville concentrera bientôt les mêmes difficultés que l'ensemble du 93. Bruit, circulation, refus de la laïcité et du vivre ensemble des nouveaux Livryens."
(juillet 2009)
 
L'avis de Léon-Josepf (Livry-Gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Livry-Gargan pourrait pourtant mieux faire
"Après 25 ans sur Livry, cette ville de bonne réputation dans un département difficile, est de mon point de vue fortement à la baisse pour ce qui est du bien être d'y vivre. Certains quartiers de Livry deviennent maintenant bruyants, sales... Quant on voit le devenir du marché de Chanzy, jadis très réputé dans ce département, on s'inquiète... Si quelques quartiers de Livry, peuvent encore faire illusion (pour combien de temps ?), on peut quand même se poser beaucoup de questions quant à l'évolution de cette commune. Dommage, Livry est une commune qui a des atouts mais qui dégringole doucement vers la tristesse des communes environnantes, par la faute d'une gestion efficace de tous les maux d'incivilités, de bruits et saletés..."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "Les espaces verts, le côté "encore" agréable de certains endroits. Le tissu associatif, une gestion "raisonnable" financière de la ville."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "L'inégalité de traitement des quartiers. La non réponse et par conséquent l'inefficacité des élus face aux problèmes de plus en plus nombreux d'incivilités de toutes sortes amenant inexorablement une dégradation du bien être de vivre à Livry pour de plus en plus de gens."
(juin 2008)
 
L'avis de Daniel (livry gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Tram tram de livry gargan
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "Les passages des voies du tram tram très dangereusescar la signalisation n'est pas assez bien pensée."
(mai 2008)
 
L'avis de Diot Stéphane (Livry gargan)
sur la ville de LIVRY GARGAN
  Témoin du changement...
"Habitant cette ville depuis 30 ans, Livry-Gargan est une ville en pleine évolution encore vivante et vivable malgré les changements structurels et sociaux économiques inhérents à notre époque."
Ce que j'aime à LIVRY GARGAN "L'esprit résidentiel de cette commune pavillonnaire où l'on ne trouve que très peu de grands ensembles pourtant présents sur le département. La volonté affirmée de l'équipe municipale de soigner le fleurissement et les espaces verts, en témoignent les travaux entrepris pour oxygéner cette balafre qu'est la RN3. La qualité des équipements scolaires et sportifs et culturels. Le stationnement encore... peu payant sur la commune. Les efforts du maire et des communes environnantes pour sauver le poumon vert qu'est la poudrerie de Sevran toute proche. Son marché Jacob à l'esprit convivial et villageois."
Ce que je n'aime pas à LIVRY GARGAN "L'urbanisation croissante au travers de résidences HLM ou privées construites au détriment de demeures anciennes de Livry démolies et liées à notre patrimoine entrainant une augmentation de la population sans réflexion sur la circulation ou la pénurie de points de stationnement. La circulation devenue anarchique sur la RN3 et sur les voies parallèles devenues pour certaines sens uniques entrainant des embouteillages monstres aux heures de pointe. Le quartier de Chanzy, son marché et ses commerces de proximité devenus banques, coiffeurs, magasins de fringues et chaussures au détriment des fromagers, poissonniers... d'antan. Une qualité de vie qui se dégrade au fil des ans mais qui est le reflet d'une époque."
(avril 2008)
 
  Page 1 | 2 sur 2 Page suivante >> 


Chercher une ville  
Top des recherches
© Benchmark Group


 


 
Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters