RECHERCHE

Plan du site

Journal du Net > Management > Ville > Val-De-Marne > L'HAY LES ROSES 

L'HAY LES ROSES - Val-De-Marne (94240)

  Page 1 | 2 sur 2 Page suivante >> 

L'avis de Ludovic (L\'hay les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Sans âme
"Je vis a l'hay depuis 10 anspratique pour sa proximité avec le rer b."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "La qualité des transports en commun."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Ville sans âme a l’exception du centre ville, beaucoup de quartiers pourries. Pas de place pour se garer. L'un des pires réseaux internet français. Le collège ronsart et sa population."
(décembre 2013)
 
L'avis de Edmond (Sans)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Une pas grand chose
"Si l'on ôtais tous les "biais de sentimentalité" (personnes qui y sont nés et/ ou y on vécus leur enfance) aux commentaires sur l'hay les roses, force est de constater... Qu'il n'y resterait pas grand chose. A l'image de cette ville de la grand ceinture. L'hlr n'est en fait rien d'autre qu'un endroit où mettre une sous-préfecture, et une cité dortoir. Rien n'est vraiment agréable : on a vite fait le tour de la roseraie, les transports urbains sont une invitation à acheter une voiture, le paysage est une mosaïque de barre d'immeubles et de pavillons en parpaings, les gens ne sont pas bien méchants mais ils sont juste de passage entre leur boulot à paris et leur lit ikea, les commerces ne sont pas légion et ferment tôt, il n'y a aucune vie après 21h. Comme elle est de plus assez loin de paris (le rer b quelle déprime... Et il faut encore l'atteindre à bourg la reine) c'est une ville triste et sans charme. Pour le même prix, préférer des villes plus sulfureuses et/ou populaires de la proche banlieue, mais carrément plus vivantes !"
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "Rien. Sans acharnement et sans haine pourtant. Mais je ne vois pas ce qu'on peut y préférer à n'importe quelle autre ville. Même cachan fait meilleurs figure. C'est dire."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Seul un enfant de géant pourrait s'amuser de cet espace pour y faire rouler ses petites voitures en ligne droite. Une ville de playmobils. Pour nous, pauvres humains, c'est juste la déprime."
(novembre 2013)
 
L'avis de Felicia Abelliche (L\'hay les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Très jolie ville, mais...
"J'habite à l'hay les roses depuis quelque temps. Je trouve que c'est une très jolie ville qui donne un petit air champêtre qui me ravi."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "La proximité des magasins, la sympathie des commerçant, le côté campagne avec ses magnifiques fleurs."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Le bruit constant, des travaux ou l'entretien des rues ou que sais-je... Certes c'est nécessaire, mais tous les jours c'est invivable. Le bruit fait perdre tout son charme a cette si jolie ville et me conduit à envisager mon départ, a mon grand dam. Il est dommage qu'il n'y ait pas de métro mais si ce n'était que ça je resterais."
(octobre 2013)
 
L'avis de Erica (L'Haÿ les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Ville agréable en famille
"Je vis à l'haÿ les roses depuis 6 ans. D'abord célibataire puis en couple, et, enfin, maman de 2 enfants, j'ai pu profiter de tous les attraits de la ville. Nous apprécions beaucoup notre quartier (centre-ville) à l'allure de centre-ville de province avec ses petits commerces, sa belle église et bien sûr son magnifique parc de la roseraie ! Nous avons vécu dans plusieurs résidences du centre avant d'avoir élu domicile permanent résidence des jardins dispan. On y a tout ! On est en hauteur et apprécions notre sentiment de liberté, on a le calme grâce au parc qui entoure les bâtiments, les petits commerces au pied de la résidence et les transports tout autour. Les enfants sont ravis de retrouver les copains en toute sécurité. On est tout près de paris, grâce aux bus et métro, et on a encore une vie de quartier !"
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "Ma résidence, mon quartier, la roseraie. Accès aux voies rapides. La qualité de vie supérieure à ce que nous avons vécu à cachan ou arcueil."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Certains quartiers moins charmants : paul hochart, quartier des fleurs (pas très vivant) les taxes un peu élevées, mais qui assurent une certaine tranquillité de voisinage."
(août 2012)
 
L'avis de Lhaysienne Chrys (L'Hay-Les-Roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Quel dommage pour une sous prefecture
"J'habite à l'hay depus 2001 et je trouve que le territoire est inexploité."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "L'identité propre de chaque quartier."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Le manque de cohesion dans la gestion de la ville, le bruit du à l'avenue paul vaillant couturier et l de l autoroute, aucune politique des transports il est temps de changer de maire."
(août 2011)
 
L'avis de Jacqueline Briffaut Née Laemmel (L\"Hay les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Petit village
"Le centre ville est très beau... Reste encore petit village. Je suis née ici. En 1932."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "Les rues. Les maisons. Encore un peu village... La roseraie superbe... Les fêtes. Le noël. Les animations diverses."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Quartier du petit Robinson, on peut mieux faire plus de verdure. Autour de ce carrefour. On peut toujours espérer."
(avril 2010)
 
L'avis de B C (L'hay les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Passé-présent
"Hier les jardins et les prés ont laissé place aux maisons et aux chemins qui serpentaient le village et les vignes. Ils portaient les noms de leurs destinées. Les grandes propriétés ont marquées leurs empruntes de par leurs illustres propriétaires. Jules Gravereaux la Roseraie, et son avenue présentent aujourd'hui sortent hier d'un grand parc. Pierre Bronzac, la fontaine, la rue, la résidence aujourd'hui, hier sorties d'un grand parc, Pierre Tabanou, maison de retraite, hier ancien maire. Etc... Aujourd'hui le passé s'est adapté aux modes de vie moderne oubliant de promouvoir son savoir faire auprès des jeunes générations. Ses talents alliant la mémoire d'hier et la création d'aujourd'hui expriment maladroitement ses couleurs culturelles. Dommage il suffirait de pas grand chose pour attirer les regards sur la ville."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "L'identité de chaque quartier, ses sentiers préservés. Un cadre de vie agréable."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Manque de commerces de proximités, manque d'ouverture d'esprits chez certains citoyens."
(avril 2010)
 
L'avis de Françoise (L'hay les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  J'aime cette ville !
"Après avoir vécu successivement à Drancy, la Courneuve, paris 14 et 18, Châtillon, Fontenay-aux-Roses, Boulogne, le Plessis-Trévise, Rueil-Malmaison, je peux dire que c'est là où je me sens le mieux !"
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "Le centre-ville, le parc et la roseraie, les prix moins chers (sur les marchés, les pressings etc...) par rapport au 92, les axes routiers qui donnent la possibilité de rallier paris par plusieurs chemins (indispensable la semaine ! Une convivialité extraordinaire : les gens se parlent et sont simples !"
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Il y a un peu trop de cités à mon goût, en fait autant que dans les villes plus chères du 92, mais les loyers étant moins élevés et la ville possédant plus d'espaces verts et de rues pavillonnaires, ce n'est donc pas vraiment un problème ! Trop de nouvelles constructions d'immeubles."
(mars 2010)
 
L'avis de Pierre Mariello (L hay les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  La ville de mon enfance
"J'habite cette ville depuis 60 ans et ce n'est plus ville que j'ai connu, bien sur tout change, mais pas toujours en bien malheureusement. Certains quartiers sont privilégiés par rapport à d'autres. Les bailleurs ne font rien pour arranger, ils se contentent d'encaisser les loyers, faire une réhabilitation vite fait, sans plus, mais laisse l'extérieur dans un été de dégradation permanente. Les habitants se sentent abandonnés. L'insécurité montante fait peur."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "La proximité de paris, la roseraie, l'aéroport d'Orly pas loin ce qui est facile pour partir en voyage. Le marché de noël, le grand marché Locarno avec ses nombreux commerçants. Les commerces, comme Lidl à Villejuif, leader, carrefour, la proximité de belle épine. C'est la ville de mon enfance, mais elle me déçoit, de plus en plus."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "L'insécurité grandissante et montante dans mon quartier le jardin parisien, qui depuis quelques temps devient un haut lieu de dealers, voitures brûlées. Irrespect envers les plus âgés. Non respect de l'environnement et l'équipe municipale qui nous oublie."
(mars 2010)
 
L'avis de Pascal (L hay les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Une ville agréable
"Dans l'ensemble une commune agréable, avec une équipe municipale compétente."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "Sa roseraie,son petit centre ville ,son cinéma."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "La difficulté du stationnement Des impôts bien trop élevés."
(janvier 2009)
 
L'avis de Michel Larjaud (L'Haÿ-les-Roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Que reste-t-il de notre ville ?
"Evoluer n'est pas forcément tout changer. Les bases, les racines, les fondations ne sont pas de vains mots. Et le respect de l'identité surtout est ignoré afin, peut-être, de laisser une nouvelle griffe sur le devenir et, plus concrètement aussi, sur les plaques des rues. Qui vivra verra..."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "M'y retrouver comme dans un refuge lorsque je reviens de l'extérieur, surtout de la capitale, si proche."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Le chemin qui nous conduit à devenir un "arrondissement" de la capitale."
(juin 2008)
 
L'avis de Paul (l'hay les roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Préserver le côté sympa de cette ville
"Peut mieux faire compte tenu de la situation et de la beauté du site."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "La proximité de Paris et le charme du centre ville."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Le développement sans âme de l'architecture de la ville."
(mars 2008)
 
L'avis de Evelyne Profichet (Arlington (Boston) Etats-Unis)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  L'Hay de mon enfance
"Je ne suis pas née à L'Hay mais c'est tout comme : je n'avais pas deux ans à mon arrivée. J'y ai grandi à une époque où il y avait encore des encriers sur les tables, où 10 bons points valaient une petite image et 10 petites valaient une grande ! Quel trésor ! Symbole de bon travail et de constance... Il y avait aussi cette dame qui passait dans les classes de l'Ecole des Blondeaux avec son guide chant, objet extraordinaire destiné à nous faire chanter juste et dont un élève devait actionner le soufflet. A la fin du mois de juin c'était la fête de l'école : la remise des prix en grande cérémonie sur l'estrade dressée dans la cour devant l'assemblée assise des familles réunies pour la circonstance ; chaque classe présentait un spectacle, fruit de nombreuses répétitions : une musique de qualité, des costumes pétillants, des danses, des chants, des récitations de beaux textes mais, clou du spectacle, il y avait surtout ces piles de livres magnifiques et enrubannées remises aux élèves méritants en guise de salaire pour une année entière de travail ; l'école était belle et les institutrices respectées. Sur le chemin de l'école nous traversions un champ, où je jouais le jeudi après-midi avec les jeannettes tout habillées de bleu et cravatées ; il faut dire qu'il y avait encore des champs un peu partout : aucune cité, pas de grands immeubles mais des fermes et des jardins maraichers ; pendant des années le chant du coq de mes voisins a sonné l'heure de mon réveil ; il se trompait parfois : il lui arrivait de chanter au beau milieu de la nuit ; c'était très drôle, tout le quartier s'en émouvait. Aujourd'hui, L'Hay est une ville très construite où seule la Roseraie et son parc ont été épargnées par le béton, je me souviens que le jeudi matin nous la traversions pour aller au catéchisme, nous spéculions sur un tumulus qui excitait notre imagination et nous étions attentifs au coups de sifflets furieux des gardiens qui pourchassaient les téméraires qui osaient s'aventurer sur les pelouses alors interdites... nous nous enfuyons comme des volées de moineaux, terrifiés et rieurs à la fois. Le parc était alors une terre d'aventures, broussailleux par endroit avec des bâtiments quelque peu en ruine et tout plein d'interdits. Rien de commun avec ce qu'il est aujourd'hui, propret, entretenu, organisé et accessible ; il a perdu en mystère ce qu'il a gagné en ordonnance."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "Les bonheurs de mon enfance, la mémoire de mon père s'affairant au jardin ou tout fleurissait entre ses mains : les roses, bien sûr, mais aussi les pivoines somptueuses et fugaces, les tulipes aux formes parfois si étonnantes, le souvenir gourmand de mes lectures perchées dans le cerisier du jardin où il me suffisait de tendre la main pour me régaler de cerises noires et sucrées. En fait j'aime l'autrefois  de l'Hay..."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Je regrette cette douceur de vivre perdue. L'insécurité régnante et l'agressivité de certains ont fait naitre des sentiments alors inconnus, la peur, la méfiance, le rejet même, tous ces sentiments évidemment peu compatibles avec ce bonheur de vivre d'autrefois à la fois si simple et si confiant, des constructions laides et sans charme ont fait évoluer L'Hay très différemment de ses voisines Bourg-la-Reine ou Antony cependant a priori moins naturellement favorisées puisque enfoncées dans la vallée et regroupées autour de l'énorme axe de la Nationale 20 - que dire de la mairie nouvelle version ? - il manque l'envie du beau et de l'harmonie en toute chose qui jadis naissait si facilement en France. Ce savoir-faire et ce désir sont-ils irrémédiablement perdus ou est-ce seulement l'absence momentanée de talent ? Sourire et douceur de vivre... tout un patrimoine mais plus une actualité... à mon grand regret."
(mars 2008)
 
L'avis de Pierre (L'Hay Les Roses)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Ville agréable
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "La roseraie."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Le manque de transports en commun."
(août 2007)
 
L'avis de Thierry Couly (Breville-Sur-Mer)
sur la ville de L'HAY LES ROSES
  Ancien Hayssien
"Je suis né à l'Hay-Les-Roses en 64, j'y ai fait mes études, je n'ai que des bons souvenirs, la nostalgie Vien quelquefois me rendre visite. Merci internet car grâce à lui, je peux voir ma ville car j'ai quitté l'Hay-Les-Roses en 1994 et je suis partie en Normandie pensant bien faire. Peut-être qu'un jour j'y reviendrai. J’aimerais faire connaître à mes enfants les lieux ou j'ai grandit, prêt du jardin parisien rue des Primevères. On pouvait encore jouer le soir dans les rues, des travaux avaient été faits dans ma rue, alors avec mon copain Francis on jouait avec nos figurines au Tour de France. Quelle belle époque ! Cela date que des années 74-77 et j'en garde vraiment de très bons souvenirs. Maintenant j'ai 43 et je suis nostalgique."
Ce que j'aime à L'HAY LES ROSES "Le fait que même si Paris se trouve à quelques kilomètres, nous étions en campagne. Mais maintenant, lorsque j'y passe, je retrouve ce petit quelque chose et je me sens bien."
Ce que je n'aime pas à L'HAY LES ROSES "Il y a trop de circulation, plus aucune place disponible, la grisaille et la tranquillité perdue."
(juillet 2007)
 
  Page 1 | 2 sur 2 Page suivante >> 


Chercher une ville  
Top des recherches
© Benchmark Group


 


 
Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters