RECHERCHE

Plan du site

Journal du Net > Management > Ville > Isère > GRENOBLE 

GRENOBLE - Isère (38000)

  Page 1 | 2 | 3 | 4 sur 17 Page suivante >> 

L'avis de Sofia (Grenoble)
sur la ville de GRENOBLE
  Bonjour les préjuger
"Grenobloise de souche je reconnais pas ma ville dans certain commentaire. Effectivement grenoble faut apprendre à la connaître ! Riche culturellement, avec une histoire ( actuellement une bonne au musée de la résistance ) de très bon resto et des bars pour tous les goût... A grenoble faut savoir regarder plus loin que le boue de son nez car tous les bond endroits sont plutot modeste et non tape à l œil et est connu du bouche à l oreille ! Donc si les gens veulent un guide genre lon... Plan... Pour avoir du sur fais ben effectivement grenoble n est pas pour eux ! Et pour ceux qui sont tomber sur des gens pas sympas je suis désolé pour eux ! Moi je remercie tous les inconnues grenoblois serviables qui m ont rendu service dans mes nombreuses pannes de voiture !"
Ce que j'aime à GRENOBLE "Le fais que sa reste une petite ville ou tout reste à porter de main."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Les bouchons et la pollution."
(décembre 2013)
 
L'avis de Jean (Grenoble)
sur la ville de GRENOBLE
  Ville qui change
"Il est vrai que pendant des décennies, la ville est restée figée dans son héritage post-jo, avec des équipements très bétonnés et un centre-ville jamais entretenu ni ravalé. Mais cela bouge beaucoup depuis quelques années, la rénovation des places, ruelles, des quais et le nouveau tram (+ rénovation future du quartier gare et esplanade) sont en train de métamorphoser la ville en bien. Il y a de quoi faire culturellement (bonne scène de musiques actuelles, mc2 avec une vraie programmation classique, musée de peinture réputé...) et puis lyon n'est qu'à 100 km quand l'envie vous en prend. Magnifique cadre naturel évidemment."
Ce que j'aime à GRENOBLE "Centre-ville, quais, bastille, st bruno, le tram."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Des façades pas (encore) rénovées, la banlieue pas attrayante (mais c'est partout ainsi)."
(novembre 2013)
 
L'avis de Kévin Rossato (Toulouse)
sur la ville de GRENOBLE
  Mon avis sur Grenoble
"J'y ai vécu 5 ans. Je suis venu pour le boulot et la montagne. C'est une ville assez vivante mais froide aussi bien par les températures que pour ses habitants... Je ne la conseille cependant pas pour plusieurs raisons..."
Ce que j'aime à GRENOBLE "Pas mal de boulot. J'aime l'ambiance étudiante qui en fait une ville jeune et assez dynamique. J'aime aussi certaines places historiques (préfecture, tribunal). Pour le reste..."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Beaucoup de choses ! Les grenoblois tout d'abord, des gens qui sont comme leur environnement : froids, pas du tout accueillants, surtout pas des bons vivants et globalement très agressifs. Même s'il y a un peu plus de boulot que la moyenne nationale, y vivre reste cher pour ce que c'est : loyers, taxes d'habitation et taxes foncières très élevées pour vivre au milieu de la racaille (taxes dues à une vision de certains hommes politiques n'hésitant pas à créer des villes avec 40% de logements sociaux comme saint-martin d'hères...). L'hiver ça caille et cela n'est pas du tout compensé par la chaleur humaine des habitants... L'été c'est une fournaise, parfois 40° sans air (ne pensez pas aller dans les piscines tellement mal fréquentées...). La pollution est très importante, quoi qu'on en dise, et que dire de l'insécurité ! Je n'ai jamais vu une ville avec autant de meurtres et de faits divers en 5 ans : assassinat d'un papi en bas de chez moi, assassinat de 2 jeunes à la villeneuve etc. Je ne prends plus le tram la nuit après avoir vu 2 bagarres en attendant le tram... J'ai failli me faire agresser un jour où j'ai osé demander une pizza sans viande hallal (on m'a fait comprendre que c'est ça ou je dégage ; pourtant je combats le racisme, mais pas possible d'avoir le choix dans beaucoup de pizzérias...). La montagne c'est bien mais il faut bien gagner sa vie pour en profiter l'hiver donc on en profite pas plus que ceux qui n'habitent pas proche des montagnes... En résumé, si vous souhaitez venir à grenoble, ne comptez pas vous y faire des amis, et soyez prêts à accueillir la pollution et l'insécurité plus grande que partout ailleurs !"
(novembre 2013)
 
L'avis de Guillaume Essertel (Perugia)
sur la ville de GRENOBLE
  Une ville qui ne laisse pas indifférent
"J'ai vécu quatre ans sur grenoble, entre 2004 et 2008. J'étais étudiant avec peu d'argent, et une grosse partie de mon budget passait dans le logement. Je n'ai pas du tout un bon souvenir de cette ville qui a été un enfer pour moi. Il est vrai que grenoble existe avant tout pour la montagne qui l'entoure, mais quand on n'a pas de voiture et pas beaucoup d'argent, il est difficile d'en profiter (les sorties de ski coutent un certain prix). Je ne dis pas, on peut aimer cette ville, cela dépend de notre personnalité et de nos attentes. Moi, je suis très sensible à l'environnement (que ce soit dans le sens de la nature ou dans celui du cadre dans lequel on vit). Passionné d'histoire et d'archéologie, grand lecteur, aimant la nature et les animaux, un certain calme (mais pas non plus la léthargie) et le contact avec des gens simples, ouverts, tolérants mais un peu fantaisistes quand mème, j'ai été servi avec grenoble. J'ai trouvé que la ville était un peu l'antithèse de tout ça. Certes, les montagnes autour sont belles, mais que la ville est laide. Moi qui ai fait le tour de l'italie, je n'ai jamais trouvé de ville aussi affreuse. C'est une ville presque sans histoire (si, elle a été le siège d'un parlement et certes les barnave et autres mounier se sont réunis à la veille de la révolution... Mais c'était à vizille) qui nait avec les jo de 1968 ! Donc bonjour béton ! Pas vraiment ma tasse de thé. C'est le genre d'architecture que je trouve plutot froide, qui me glace directement. Que dire lorsqu'on se retrouve devant l'hotel de ville, la bibliothèque chavant, la tour perret ou la gare ? Mis à part le parlement ou l'église saint-andré, en matière de charme, c'est le vide total. J'avais oublié le fameux office de tourisme dont, o supplice extrème, on est obligé de faire le tour tous les jours pour se rendre au campus ! On est en plein centre-ville et, juste à coté, on a détruit le rempart gallo-romain, qui était quand mème plutot sympathique et important, pour construir un immeuble d'un charme pour le moins contestable. Les déplacements à pied sont terribles, certes il y a des trottoirs, mais on est sans cesse obligés de traverser des routes (certes me direz-vous) des contres-allées, des lignes de tramway, des pistes cyclables. Tout se croise, il faut faire attention à tout, donc pour flaner indolemment, il y a mieux. On est toujours sur ses gardes, l'angoisse monte car il faut faire attention de ne pas se faire bousculer par un passant, renverser par une voiture, un tram, un vélo (une fois, un cycliste m'est rentré dedans, sans s'arréter pour voir si j'allais bien alors qu'il m'avait bien heurté). L'angoisse est accentué par ces flots de voiture qui se déversent sur les boulevards en plein centre-ville (l'antithèse de la tranquillité). Bon, mettons que si vous faites du vélo, la piste léo lagrange est plutot pratique et relativement sure (attention toutefois lorsqu'elle croise des routes) mais dès qu'on se retrouve en centre-ville, c'est le cauchemar, il faut faire attention à tout, il n'y a plus aucun plaisir. Et puis, ces pistes cyclables, quel danger permanent. L'automobiliste quitte sa route pour tourner à droite et, bien sur, comme il ne regarde jamais dans son rétro passager, il vous fauche ; ce n'est pas une plaisanterie, il faut vraiment faire très attention. Après, les grenoblois... Moi personnellement, ça n'est pas passé. Je ne fais pas de distinction entre les natifs et les étudiants, etc... Mais on ne peut pas dire que la simplicité du contact soit de mise. Jamais un bonjour, jamais un regard, et encore moins un sourire, les gens sont d'un abord rebutant et triste, ils semblent demander implicitement qu'on leur laisse la paix. Vous échangez une parole avec quelqu'un dans la rue qui ne vous connait pas, et c'est le drame ! La personne doit se sentir agressée, c'est terrible. Moi qui vit dans une petite ville de 150000 habitants dans le centre de l'italie, la différence est flaggrante. Un bon nombre de personnes, que vous connaissez ou non, semble prètes à répondre à un sourire, à échanger deux mots, à établir un contact humain. Mais bon, je trouve que c'est très français de faire la gueule, dans la rue, dans les commerces, d'avoir un visage complètement fermé, sans expression, pour bien signifier qu'il vaut mieux vous laisser tranquille. En fait, je pense que c'est déjà ça cette arrogance française que les autres pays ne supportent pas, rien que dans l'attitude très distante, peu avenante, ça agit négativement avant mème qu'on ait pu parler. Bon j'arrète là. Le stade des alpes, dont la construction en soi est déjà discutable, mais qui heureusement avec ses poutres en bois réhausse le cachet du quartier, est maintenant complètement abandonné, avec des grilles tout autour fermées à double tour. Après, en centre-ville (qui est d'une tristesse affligeante avec ses pavés tout noirs) c'est plutot sale, il y a des poubelles et des tags un peu partout, et l'omnipotence des grandes chaines (mcdo, quick, fnac, ils y sont presque tous, ça sent bon la société de consommation décérébrée et asseptisée). Les bulles, c'est sympa, mais ça fait un peu peur, et c'est franchement pas très beau quand on les voit passer au-dessus de l'isère. Après, les loyers sont très chers pour la qualité de vie offerte, mais le marché de l'immobilier profite de la très importante présence étudiante dans la ville pour faire grimper les prix. Ensuite, question ballade romantique au bord de la rivière, repassez. Les quais en centre-ville ne sont pas aménagés pour une promenade piétonne (mis à part dans la boucle de l'ile verte, qui est un quartier miracle de grenoble) et pour ce qui est du drac, on n'en parle pas. Pratique toutefois, la piste cyclable qui court le long de l'isère mais à partir de sassenage en allant vers veurey-voroize (mais il y a tout le chemin pour y arriver). Question bougeotte, il faut quand mème plutot aimer l'escalade et la glisse, si ce n'est pas le cas, vous ètes mal barrés, et en plus c'est limite si on vous regarde pas de travers (genre : qu'est-ce que tu fous à grenoble alors ? Réponse : je t'e*, répliques franco-françaises). J'ai ressenti le chacun pour soi (sentiment que j'ai eu aussi sur le campus) le manque d'intérèt (dans le sens noble du terme) pour autrui, mais bon c'était peut-ètre moi, parce que au fur et à mesure de vivre à grenoble, mon moral aussi est parti. Moi, si vous voulez une ville étudiante sympa et belle, où on respire, parce que les arbres ont encore droit de cité sur le béton, je vous conseille perugia. Il y a plein d'étudiants de toutes les nationalités qui sont prèts à échanger un contact, à vraiment s'immerger en toute simplicité (genre, ce soir au bar, il y a des discussions dans toutes les langues, rammène tous ceux que tu connais et qui veulent passer une soirée simple et sympa). Bon, c'est sur, c'est pas le centre du monde, mais c'est aussi ce qui est bien, en plus les gens n'attendent pas forcément qu'on leur propose des choses pour qu'ils puissent dire que c'est une ville qui bouge. C'est eux qui font les choses, c'est eux qui font bouger la ville (j'ai un peu du mal à comprendre cette tradition, malheureusement très présente en france, qui veut que pour qu'on dise qu'une ville bouge, il faut que celle-ci nous propose un tas de choses et qu'on n'ait plus qu'à se servir ; je pense que c'est déjà aux gens eux-mèmes de proposer des choses, et après ils pourront critiquer en connaissance de cause)."
Ce que j'aime à GRENOBLE "Les transports en commun sont assez pratiques, la montagne autour est belle est voir, le musée d'art moderne est une belle réussite à mon avis, le quartier de l'ile-verte est plutot calme et sympa à vivre, le (tout petit) quartier du musée d'art moderne et de lacathédrale."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Je n'ai pas trouvé les gens très avenants ni très souriants (je ne te connais pas=je te fais la gueule) la ville est très très moche avec ses grands immeubles sans charme, son déferlement de béton, son parc mistral un peu minable et sans cachet (mais bon, c'est déjà ça) ses quais inaccessibles (déjà que lisère, toute boueuse, n'est pas très belle en soi) sa mairie, sa gare, son office de tourisme, ses pavés noirs, le mcdo, le fait qu'on ne puisse pas accéder à pied du campus au centre-ville (la passerelle est interdite aux piétons, on est obligés de se taper toute la boucle de l'isère, sympa mais un peu long tout de mème, pour déboucher sur l'hotel de police, ou suivre les rails de la ligne c en passant par géant et chavant, bonne promenade ! L'énorme pont jaune de l'estacade qui passe au-dessus de l'avenue jean jaurès ; la caserne bonnet, qui à mon sens était un des monuments les plus beaux et majestueux de grenoble, qu'ils ont à moitié demembré et démoli (mais bon, le centre commercial qu'ils ont construit à la place est peut-ètre bien, je ne sais pas ; la nuit, ça fout le cafard ; une ville sans véritable identité, déjà parce que sans histoire (tout s'est passé ailleurs, la capitale des gaules, les rois, les canuts, la gastronomie...) complètement encaissée et donc assez étouffante ; le sentiment d'ètre oppressé, par les gens qui font la gueule bien sur, mais aussi par toutes ces voitures, et dernière trouvaille, le stade des alpes (dont la constructionest déjà peut-ètre discutable) complètement inutilisé etabandonné. Je m'arrète là, je suis fatigué."
(octobre 2013)
 
L'avis de Maya G (Grenoble)
sur la ville de GRENOBLE
  Chouette ville pour étudier
"C'est une ville super pour étudier, loyers modérés, centre ville animé, qui bouge au niveau culturel... Un rayonnement international très intéressant, et contrairement à ce qui est dit dans certains commentaires, je trouve les transports en commun très bien faits, de tôt le matin à tard le soir."
Ce que j'aime à GRENOBLE "On est à 2 pas des pistes de ski et de la montagne, le cadre est magnifique, les transports sont top (tant au niveau réseau bus et tram que voies vertes en ville) la plupart des universités sont réputées, il y a une cohérence architecturale très agréable... Et on m'a très bien accueillie ! Les gens sont super."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Pas grand chose... Mis à part une certaine insécurité dans les banlieues, mai ça, c'est partout."
(septembre 2013)
 
L'avis de David David (Nantes)
sur la ville de GRENOBLE
  Je suis venu, j'ai vu et je suis partis
"7 ans de perdu dans la cuvette, j'ai cru que je n'allais jamais réussir à en partir. Pour apprécier la ville, il faut soit être grenoblois, soit adorer les montagnes. D'ailleurs je tiens à préciser que grenoble n'est pas plus dans la montagne que bordeaux n'est au bord de l'océan. La ville où j'ai le moins apprécié d'y vivre."
Ce que j'aime à GRENOBLE "Les montagnes autour. Une des villes les plus plates de france, idéale pour le vélo (si vous ne vous le faites pas volé bien sûr). Le vieux centre ville est jolie mais tout petit. La ballade de la bastille au bord de la ville avec une jolie vue. Le musée est sympa."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "La pollution (sacré rocade !. Les conditions extrêmes (un four en été et un congélateur en hiver). L'architecture des années 60 qui occupent les 2/3 de la ville. Le prix des logements et leur état (le nombre d'appartements que j'ai visité où la déco pourrissante des 60/70, on est dans du vintage sale et insalubre... Brrrr). Pourquoi tant de violence dans cette petite ville ? Je trouve les grenoblois peut chaleureux, enfin je m'explique par rapport à mon ressenti : le contact se fait en 2 temps, un premier temps où tu as l'impression que tu te fais pleins d'amis et rapidement tu te rends compte qu'au final il n'y a plus personne autour de toi... "on t'aime bien, mais fais ta vie de ton coté". Le centre ville tout rikiki avec exclusivement que des chaines (bars, magasins,...), niveau culturel, à part le musée et quelques concerts par ci, par là... Il ne se passe rien, il faut dire que lyon qui est beaucoup plus gros est à 1h de grenoble du coup on comprend que les groupes de musique passe à lyon et pas à grenoble... Les bouchons : un vrai problème difficilement résolvable car la ville est enclavé au milieu des montagnes. Vous êtes au milieu des montagnes et pourtant il n'y a pas un seul restaurant correct pour vous servir des vrais plats de la montagne, pour cela il faut grimper dans le vercors où j'avais mes habitudes dans une petite auberge au milieu de nulle part au dessus de lans, raclette à volonté (pas de pub, je vous laisse chercher)."
(août 2013)
 
L'avis de Germain (Grenoble)
sur la ville de GRENOBLE
  À l'aide
"L'amateurisme qui règne dans cette ville est affligeant, la médiocrité y est omniprésente, bienvenue chez les ploucs sans style ni classe. J'y suis pour encore quelques mois seulement mais cela me parait une éternité... Vivement la fin et je n'y mettrai plus jamais un pied."
Ce que j'aime à GRENOBLE "Rien. Ou la perspective proche de rentrer à paris."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Les gens et leur fausse cool attitude là pour cachée l'incompétence le style vestimentaire des années 90 les chauffards (à quand une auto école à grenoble ?...) personne ne sait conduire le code de la route n'est jamais respecté le je-m'en-foutisme généralisé comme si rien n'a d'importance en dehors du pic de beldonne la politique culturelle au raz des pâquerettes le manque de sécurité (la police est nulle part...) l'extrême laideur de l'architecture."
(août 2013)
 
L'avis de Thierry Philippe (Grenoble)
sur la ville de GRENOBLE
  Ca m\'énerve les gens jamais contents
"Quand on lit tout ce qui ce dit sur grenoble -surtout les avis négatifs- allez donc vivre ailleurs ! Je suis arrivé dans cette ville il y 2 ans en me posant plein de questions : faut il un masque à oxygène en ville ? Un garde du corps pour éviter de se faire agresser ? Rajouter une heure au temps de trajet indiqué par le gps ?... C'est une vraie ville avec tout les avantages et les inconvénients d'un tissu urbain. J'ai la chance d'habiter une maison du centre ville et j'apprécie de faire mon marché, le tour des boutiques, etc. En vélo leweekend. Et puis, déambulez en levant le nez dans le vieux grenoble avec un peu de culture artistique et historique, il y a beaucoup de choses à voir ! Le parlement, la cathédrale, saint andré, les quais, la bastille... Alors allez vivre à thionville, douai ou valenciennes(je n'ai rien contre les chtis, j'y ai travaillé aussi) ou dans la banlieue parisienne vous comparerez ! Si la ville idéale existait, ça se saurais !"
Ce que j'aime à GRENOBLE "L'environnement, évidemment ! Se lever le matin face à belledonne ou le vercors ou la chartreuse, quel spectacle !
La vielle ville, la bastille, les grands boulevards..."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Peut être une certaine froideur, mais comme partout, si vous n'allez pas vers les gens, croyez vous qu'il vont se jeter sur vous ? Si ! En dessous de montélimar (j'ai vécu 10 ans à avignon mais une fois parti... ?"
(juillet 2013)
 
L'avis de Edwige Schneider (Bordeaux)
sur la ville de GRENOBLE
  Je regrette mon Grenoble
"Grenoble est une petite ville très jeune, qui a sur ce évaluer avec sont temps.
Moi j'ai quitter il a 6 ans grenoble je suis sur bordeaux a présent a compter de bordeaux grenoble reste une ville plus jeune que bordeaux il sont en retard d'un siècle il sont restée dans le passer je vais sûrement revenir bientôt sur grenoble qu'à cette ville me manque."
Ce que j'aime à GRENOBLE "Les montagnes, la ville, la mondanité."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "La pollution,."
(mai 2013)
 
L'avis de Jean-Claude (La Tronche)
sur la ville de GRENOBLE
  Grenoble : un trou
"Après 8 ans au canada (montréal) 4 ans à bordeaux, les hasards de la précarité professionnelle m'ont mené à grenoble, une ville que je ne connaissais que de nom. J'y habite depuis bientôt 2 ans. Après bordeaux, le choc fut rude. Bordeaux, que je ne connaissais pas plus que grenoble avant d'y habiter, m'avait impressionné par sa beauté, son architecture homogène et son côté cosmopolite. Grenoble, à côté est ce qu'on appelle un \"trou\". Si l'on n'a pas 25 ans, qu'on n'est pas épris de sports de glisse, d'escalade ou de randonnées extrêmes, grenoble n'offre que des désavantages. La pollution y stagne bien entre les trois massifs qui entourent la ville. Quand on monte en altitude, on peut voir la couche de crasse atmosphérique dont l'épaisseur dépasse les immeubles les plus hauts. Côté circulation, tout est fait pour décourager l'automobiliste de prendre sa voiture, même s'il n'a pas d'autres choix. La rocade, à moitié finie à cause d'une bande d'intégristes écologistes est bouchée pratiquement du matin au soir. Les quais, qu'on se doit d'emprunter si l'on veut aller de l'est à l'ouest sans s'offrir 15km de rocade saturée, sont soigneusement constellés de travaux d'aménagement interminables. L'architecture grenobloise offre à la vue de celui qui se promène en centre-ville un mélange hétéroclyte sans queue ni tête. En périphérie, c'est le règne du béton des années 60. Lorsque je suis venu pour la première fois à grenoble pour un entretien professionnel, j'ai pris un hôtel à saint-martin d'hères. Quand j'ai vu le quartier en arrivant, je me suis demandé dans quelle zone j'étais tombé. L'immobilier y est hors de prix, certes comme partout ailleurs en france, mais vu la taille de la ville, on peut s'étonner d'y trouver des prix comparables à ceux de lyon, alors que les deux agglomérations ne sont pas du tout comparables en termes de population. Au mois d'août, tous les grenoblois doivent fuir la ville, car tout est fermé. A cette époque de l'année, trouver un restaurant ou un bar ouvert relève de l'exploit. Quelle différence avec bordeaux, où tout était ouvert. Certes, la grande beauté de la montagne n'est qu'à 30 minutes de voiture, mais on n'y passe pas la majorité de son temps, sauf à y implanter son lieu de résidence. Mais dans ce cas, il faudra affronter les joies des petites routes de montagne l'hiver, alors qu'il vient de tomber 10 cm de poudreuse et que le chasse-neige n'est pas encore passé. Car le climat de grenoble fait penser à celui de montréal : étouffant l'été et glacial l'hiver. Non, franchement, si j'avais à choisir, j'irais m'établir à lyon qui par certains côtés rappelle bordeaux. Malheureusement, on ne choisit pas l'endroit où l'on trouve du travail."
Ce que j'aime à GRENOBLE "- les transports en commun."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "- la pollution- les prix de l'immobilier- le climat- les encombrements- l'architecture- ville désertée en août."
(avril 2013)
 
L'avis de Noëlle Bouchez (Bientôt Vichy (actuellement Youx))
sur la ville de GRENOBLE
  Avis d'une ancienne grenobloise
"Bon je n'ai habité qu'un an à grenoble (quartier st-bruno) mais je suis née à 15 km et j'ai vécu dans la banlieue de grenoble pendant 50 ans, sur la rive gauche d'abord (à l'époque le côté ouvrier) puis sur la rive droite (à l'époque le côté des privilégiés). J'ai quitté la région sans regret, on ne peut pas dire que grenoble n'est pas une ville active, certes elle est déserte le dimanche, les grenoblois vont tous s'aérer en montagne ou en campagne et je les comprends."
Ce que j'aime à GRENOBLE "J'en suis partie car les montagnes m'étouffaient et je n'aime plus grand chose. Toutefois il faut reconnaître à grenoble une très grande activité culturelle (contrairement à ce que j'ai pu lire) une très grande facilité pour se déplacer en tram (pas besoin de voiture) de nombreux bus pour venir de l'extérieur, de nombreux cinémas et le méliés qui vient d'être rénové avec des films de qualité. Pour les étudiants je crois qu'il y fait bon vivre, le campus est très agréable."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "La froideur des grenoblois... Surtout des commerçants (allez dans le sud ouest et vous verrez la différence) pas à nice où j'ai vécu et où c'est quasiment la même froideur, la pollution, les difficultés pour circuler (ville toujours en travaux) le climat (mais là ce n'est pas la seule région à avoir des été chauds et des hivers froids). Il est difficile de se loger à grenoble car les loyers sont chers mais c'est encore une région où il y a du travail. Bref je ne reviendrai plus vivre dans la région, je suis à la retraite et il y a trop de monde dans la région rhône alpes."
(avril 2013)
 
L'avis de Prisonnière (Grenoble)
sur la ville de GRENOBLE
  Grenoble, c\'est la rouille !
"Ville tranquille en fonction du lieu où on habite. Trop tranquille, même : rien à faire, réseau de bus fonctionne avec les poules. Ça cause de "développement durable" mais sans voiture, point de sortie. De toute façon, tout ferme trop tôt, sauf si on est addict aux boîtes de nuit. Même là, on voit toujours les semblables têtes... Il n'y en a que pour les sportifs équipés. Les sorties hors les murs reviennent vite cher... Bref, vivement ailleurs mais on n'a pas toujours le choix, las."
Ce que j'aime à GRENOBLE "C'est "sympa" quand on a des enfants en bas-âge, qu'on est d'un âge certain (mais faut pas traîner après 17heures) ou quand on mène une vie d'étudiant classique. Et si on aime la routine, les sentiers battus."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Même le "parc" est étriqué. On a trop vite fait le tour. Peu de choix, question shopping (soit c'est trop cher/classique) soit c'est too cheap. Sans parler des chaînes dont les magasins peuplent les coins de la ville et des environs... Les bus finissent beaucoup trop tôt. Ce n'est pas une ville : on ne peut pas s'y perdre : "suffit de suivre les rails du tram', ma ptite dame" m'avait expliqué une brave monsieur à ma funeste arrivée... Et quelle est donc cette curieuse habitude de mettre des panneaux géants alléchants, festival de ceci, hadra de cela... Alors que ça se passe loin ? Fghfghjgfsicfghfkjghenfin..."
(avril 2013)
 
L'avis de Dauphinoix (Grenoble)
sur la ville de GRENOBLE
  Belle ville... En mutation permanente.
"Elle bouge, se réveille. Après des jo de 68 qui ont accéléré l'urbanisation anarchique (vileneuve etc...) grenoble est aujourd'hui un pôle d'échanges, de technologies et d'études majeur en france et dans le monde. Ses défauts sont certes importants, ils sont cependant facilement oubliables avec un peu de recul. Si vous ne connaissez pas gre, vous la verrez au premier abord comme une ville comme les autres, qui a des problèmes, des galeries lafayette, des monoprix, sa cité et ses autoroutes, ses bars etc...
Mais en cherchant un peu plus, vous lui trouverez beaucoup d'avantages."
Ce que j'aime à GRENOBLE "La montagne, la neige en hiver : combien de grandes villes sont à 30 min de stations réputées, de randonnées magnifiques et de parcs régionaux ? La montagne est la véritable source naturelle de la ville. Profitez-en !
L'architecture. Pourtant très contestée, elle montre de très beaux exemples, notamment dans la période haussmanienne (regardez le quartier victor hugo) . Les grands boulevards, eux, montrent de magnifiques exemples de ce qu'est l'architecture pré_moderne (années 30) à l'industrialisation du bâtiment (années 60). Maintenant que le tramway allège ce qui était l’autoroute urbaine des années 70, et que les immeubles se refont une cure de jouvence avec de nouvelles façades, regardez-les de plus près et vous pourrez constater l'étonnante architecture majestueuse de ces immeubles.
Gre comporte aussi de nouveaux quartiers exemplaires, comme la caserne de bonne, ou d'autres projets ambitieux, comme la zac flaubert.
La vie étudiante : une des meilleures de france. Le campus se rénove aussi, et est agréable à vivre. Le parc arboré est génial. L'ujf est une très bonne université, et minatec, le polygone scienttifique, propose des opportunités uniques de recherche.
Quant à l'animation, si le summum n'est pas extraordinaire, le palais des sports propose néammoins des programmes variés, et la mc2 est vraiment agréable. Le centre historique est très animé la nuit, les bars et apéros sont très agréables.
Quant à la dimention urbanistique, elle est de plus en plus présente, les transports sont exemplaires, et la voiture tend à disparaître (20000 vh/jour en 2008 sur les gds boulevards contre 60000 en 1970) et les cyclistes sont de + en + présents. Les parcs sont de + en + présents, c'est l'ambition de la ville actuellement.
L'eau de gre est de provenance directe des écrins, de grande qualité. Et ça, tout le monde l'oublie.
Bref, grenoble vit avec son temps, et même si c'est long, le changement est en cours."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "La pollution : de par sa situation géograhique, gre est étouffée par ses montagnes. C'est vraiment regrettable.
L'insécurité : c'est vrai, de nombreux problèmes de sécurité existent jusque dans le centre-ville. Mais ceci est un problème national, et concernent d'autres villes. On ne peut pas juger une ville, il faut regarder le pays en entier dans ce problème là.
Le tri des déchets : ça, c'est aux grenoblois de prendre en compte les consignes qui sont simples et dont une partie s'en fout royalement. Là, je peste sincèrement contre la mauvaise foi des habitants qui ne regardent même plus la couleur de leur poubelle quand ils jettent leurs sacs. À tous les grenoblois, je vous demande de réflechir un peu là-dessus. (on notera que supertri a cependant fait du bon travail, vu le prix qu'il a coûté c'était la moindre des choses)
grenoble souffre de problèmes, mais on retrouve les mêmes un peu partout, à + ou - grande échelle, dans toute la france."
(janvier 2013)
 
L'avis de Djé (Grenoble)
sur la ville de GRENOBLE
  Mon expérience
"Je vis dans le coin depuis plus de 3 ans, j'ai un peu parcouru l'isère et ce n'est pas seulement à grenoble que les gens sont fermés. Les gens fermés vivent tous entre l'a43 et l'a48 en descendant sur grenoble puis en remontant vers chambéry (un grand v avec la chartreuse au milieu, que des vilains !. A bourgoin les gens sont plus cools, surement du à la proximité de lyon ! Et l'absence de montagnes (j'adore la montagne)

des gens ouverts oui, les étudiants... Les autres préfèrent rester tranquillement chez eux.
Pour le reste tout est dit dans les précédents témoignages.

Hate de partir d'ici, dans quelques années... Patience."
Ce que j'aime à GRENOBLE "Tout ce qu'il y a autour en levant la tête."
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Tout sauf ce qu'il y a autour en levant la tête et en particulier les restaurants tous aussi nuls les uns que les autres, parole d'alsacien !"
(novembre 2012)
 
L'avis de Hamid (Echirolles)
sur la ville de GRENOBLE
  Ville qui evolue vite et bien
"Ville super car multi ethnique de plus en plus de gens qui viennent de partout. Ambiance soleil a la montagne ça fait très plaisir."
Ce que j'aime à GRENOBLE "Beaucoup de monde, pas loin du 69, plein d’activité le centre ville sympa. Ambiance village dans les quartiers on connaît vite toutes les familles. Ça bouge !"
Ce que je n'aime pas à GRENOBLE "Trop de racistes et la population immigrée parquée dans les ghetto alors que le centre c'est pour les mêmes impossible pour la diversité d'y vivre... Pas encore assez de diversité mais ça change dans le bon sens il faut continuer."
(octobre 2012)
 
  Page 1 | 2 | 3 | 4 sur 17 Page suivante >> 


Chercher une ville  
Top des recherches
© Benchmark Group


 


 
Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters
 
Résultatsdes examens 2019
BAC | BREVET | BTS