15 mots-clés, propositions et citations Eco Fi Media

Grâce à votre JDN, chers lecteurs, vous pouvez suivre quotidiennement l’actualité économique et financière. Et sans doute beaucoup d’entre vous prennent-ils un grand plaisir à la commenter (… même lorsqu’elle est morose !). C’est aussi un travail quotidien pour les professeurs d’économie devant leurs élèves ou étudiants.

15 mots-clés, propositions et citations
 Eco Fi Media

Pour bien lire la presse et pour commenter l’actualité économique et financière en cette année 2015 

Vous lisez chaque jour le JDN, et un ou deux quotidiens de la presse écrite, plus quelques hebdomadaires ou mensuels, et vous suivez aussi les actualités à la radio ou à la télévision… cela fait souvent beaucoup ! Surtout si en plus vous avez des abonnements et une collection spécifique de revues économiques, financières et techniques. Et souvent il peut nous arriver, comme à beaucoup, d’être noyés dans l’actualité, sous le flot des informations, convergentes ou divergentes – et parfois contradictoires !

Alors, comment s’y retrouver ? Chacun va réagir suivant ses valeurs, valeurs personnelles et valeurs de l’entreprise où il travaille. Selon aussi son organisation et ses méthodes de travail… qui peuvent remonter jusqu’aux années d’université, ou même de lycée ou collège !

Le JDN a souvent donné d’excellents conseils pour l’organisation du travail intellectuel, et notamment pour la lecture rapide et pour la mémorisation. Aujourd’hui, notre objectif n’est pas de vous imposer des méthodes pédagogiques, encore moins des contraintes. Il est plus léger, mais quand même aussi formateur : vous aider, grâce à ces 15 propos, à jeter sur l’actualité un regard personnel et toujours lucide, voire acéré… et vous inviter à la commenter avec une grande hauteur de vues, voire aussi avec détachement, et le plus souvent possible avec humour !

Pour cela nous avons sélectionné 15 mots-clés, en commençant, cela va de soi, par A comme Actualité ! Et jusqu’à S comme Style ou T comme Terminologie. Avec des éléments variés quant aux méthodes et à la culture générale, et en vous invitant à développer à la fois des réflexions générales et des applications concrètes.

***   Vous pourrez enrichir ces propos par des réflexions plus approfondies, des citations bien choisies, ou encore des astuces personnelles … vous permettant d’avoir du succès lors des pauses – café, ou de briller lors des dîners en ville !

 Actualité       

De nombreuses citations générales sur l’actualité pourraient s’appliquer aussi à l’actualité économique et financière. Qu’en pensez-vous ?

Raymond Queneau (1903-1976) avait écrit dans Les fleurs bleues :

« Les actualités d’aujourd’hui, c’est l’histoire de demain. »

 

Jean Mistler, académicien français (1897-1988), avait noté : « L’actualité, c’est ce qui, ce matin, semble être quelque chose, et qui ce soir ne sera plus rien. »

Agir et réagir dans l’actualité

« Bien des choses qui paraissaient de grands problèmes n’en sont plus quand on a le nez dessus. » Henry de Montherlant (1895-1972)

« C’est dans la conscience de son présent que l'individu se construit, pas en le fuyant. »

Daniel Pennac (Daniel Pennacchioni, né en 1944)    Chagrin d'école (2007)


A***    encore… comme Affaires

Mot devenu très polysémique, et dont certaines acceptions sont gravement péjoratives.

Voici une maxime « primaire » particulièrement répandue :

« Business is business. » ou « Les affaires sont les affaires. ». Peut justifier l’égoïsme ou le cynisme comme l’initiative individuelle. Avez-vous remarqué la simplicité de cette formule ?

Vous aurez souvent l’occasion de l’employer dans la vie quotidienne.  

Comme la suivante, elle fait penser aux formules de notre bon Jean de La Fontaine.

 

« Une amitié née des affaires vaut mieux qu’une affaire née de l’amitié. » David Rockefeller, chef d’entreprise, financier et philanthrope américain né en 1915, fondateur en 1973 de la Commission trilatérale.

 ***   Exercez-vous à inverser les mots dans une phrase : cela produit souvent d’excellents effets. À utiliser dans la conversation courante,  ou dans vos exposés ou conférences, ou encore au cours des débats et discussions.

C’est aussi une excellente technique de recherche des idées, lors des examens et concours ou dans la vie courante… ou encore, bien entendu, en Atelier ou réunion de BRAINSTORMING.

  C comme Culture

« La véritable culture, celle qui est utile, est toujours une synthèse entre le savoir accumulé et l’inlassable observation de la vie. »  Francesco Alberoni, Vie publique et vie privée

 et la lecture, vos lectures classiques et la lecture quotidienne de la presse, avec l’observation et l’analyse, puis la réflexion personnelle et la synthèse, en sont les voies royales.

 E comme événement … les événements et leur portée

Pierre Lazareff (1907-1972) dirigea France Soir de 1944 jusqu’à sa mort. Il contribua au renouveau de la presse française de l’après-guerre, puis au lancement de grands magazines de télévision (Cinq colonnes à la Une). Exemple de maxime, ou conseil à de jeunes journalistes : « Ne sous-estimez jamais l’intelligence du lecteur, et ne surestimez jamais non plus ses connaissances. » Un conseil doublement excellent !

Voici un autre bon mot du célèbre « Pierrot les Bretelles » : « Les deux mamelles du journalisme moderne sont l'information et le démenti ».

***    Versons une larme sur France Soir, le seul grand  journal quotidien français qui ait approché deux millions d’exemplaires … et qui a disparu en décembre 2011.

 La presse, et plus encore maintenant la télévision et Internet, ont souvent été accusées de provoquer beaucoup d’événements, d’agitation, voire d’assassinats ou attentats.

Déjà au XIXe siècle des publicistes républicains avaient répliqué par ce bon mot … atroce : « Cela n’est pas nouveau … C’est évidemment  parce que Caïn avait lu de mauvais journaux qu’il a tué son frère Abel. »

F comme Faits divers… ou nouvelles

William Randolph Hearst (1863-1951) fut le magnat de la presse américaine qui inspira à Orson Welles le personnage de Citizen Kane (1941). Il avait coutume de dire : « Quand un chien mord un homme, ce n’est pas un événement. Mais quand un homme mord un chien, ça c’est une nouvelle. »

Parmi les grands noms de la littérature américaine, vous connaissez certainement Mark Twain (1835-1910), qui fut à la fois un grand journaliste et un grand humoriste. Voici un de ses aphorismes : « Le journalisme consiste à apprendre que M. Johnson est mort à des millions de gens qui ne savaient pas qu’il vivait. »

L’un de nos plus grands sociologues avait observé : « Les faits divers, ce sont aussi des faits qui font diversion » Pierre Bourdieu (1930-2002)   Sur la télévision

I comme information… et traitement de l’information

Paul Valéry (1871-1945) avouait parfois qu’il ne lisait pas les journaux. Et il déclarait : « Les événements sont l’écume des choses. Mais c’est la mer qui m’intéresse. » Il a porté ce jugement sévère, et qui reste vrai à la fois quant à notre époque et quant à la presse : « Notre temps si totalement journaliste ignore le sentir comme le raisonner, et en général se passe de toute profondeur. Il fait semblant de tout. » Lettre à quelques-uns          Gallimard  1945

François Mauriac (né à Bordeaux en 1885, mort à Paris en 1970) fut à la fois un grand écrivain (prix Nobel de littérature en 1952) et un journaliste de talent, polémiste redouté.

Il a écrit dans son Bloc-Notes : « Le journaliste professionnel est un homme qui déforme les faits, consciemment ou non. La « version maison » sort de lui comme un moule. Un journal, c’est un gaufrier. »

Et voici un jugement encore plus sévère : « Si on se mettait à composer les journaux avec de seules véracités, ils tomberaient du coup au format de la feuille de papier à cigarette. » Alphonse Allais        Le Journal

J comme Journal et Journalistes

À l’origine, le mot journal désignait la relation quotidienne des événements, ou le document écrit relatant ces événements. C’est au début du XVIIe siècle qu’il a pris son acception actuelle la plus courante : publication périodique (quotidienne, hebdomadaire, mensuelle …) relatant les événements saillants dans un ou plusieurs domaines.

Un détail pittoresque : le mot journal s’est substitué au mot gazette, d’origine italienne, gazetta signifiant petite monnaie… c’était déjà la presse à bon marché !

***   Retenez ce genre de formules, vous pouvez même vous en constituer de petits recueils…Très utile pour « faire des bons mots » lors des « déjeuners d’affaires » ou des « diners en ville ».

J encore … comme Journaliste(s)

Les rapports entre les décideurs ou les écrivains et les journalistes, faits de complicité ou d’animosité, sont souvent tumultueux.

Gustave Flaubert (né à Rouen en 1821, mort à Croisset en 1880) avait donné le ton, en écrivant dans son Dictionnaire des Idées reçues : « Journaux : Ne pouvoir s’en passer – mais tonner contre. » Il avait avoué, dans sa Correspondance en 1873 : « Il y a des jours où je brûle d’être journaliste, pour épancher ma bile. »

***   Et vous, devant toutes les vicissitudes de l’actualité, comment faites-vous pour « épancher votre bile » ? Efforcez-vous de le faire, non pas de façon systématiquement négative, mais de façon positive, et même si possible constructive.

L comme Langage … et compréhension     Et comme Liberté

On a souvent reproché aux économistes leur langage ésotérique. Les « délits d’initiés » ne sont pas l’apanage des seuls financiers. Certains cultivent le secret, d’autres l’ambiguïté. On en prendra pour preuve cette intervention humoristique du célèbre financier américain Alan Greenspan (1926-) à l’issue de l’une de ses dernières conférences de presse en tant que responsable de la FED, la Banque fédérale américaine : « Si quelqu’un a compris quoi que ce soit à ce que je viens de dire, c’est que je me suis mal exprimé ! ».

A l’occasion de récents stages d’entreprises ou préparations aux concours, cette citation a été le plus souvent classée parmi les cinq ou dix meilleures, voire les plus « géniales » du monde.

Les Chinois, à juste titre, peuvent proclamer que dès l’Antiquité ils ont été en avance dans bien des domaines…  « Sans langage commun, les affaires ne peuvent être conclues. »

Cette phrase attribuée à Confucius (v. – 555 – 489) était prémonitoire quant à la maîtrise du langage et à l’importance de la communication.

***  Des professeurs ont soulevé l’importance de la pédagogie de la compréhension. Et vraiment cet aspect de l’enseignement m’est cher.  Tout enseignant est confronté à cette mission. Si je devais faire une hyperbole, je l’appliquerai également à la lecture de la presse.

En effet à la réception du message le destinataire peut émettre des jugements, orientés ou non. Et il s’agit d’entreprendre une logique raisonnée : en d’autres termes, après votre lecture, il est nécessaire de comprendre les faits exposés et non de les juger de façon partisane. Il faut éviter les amalgames répétitifs sources de contre-vérités.

L comme liberté de la presse

Voici un article de notre Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 :

Article 11 - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

Vous pouvez l’apprendre par cœur, et retenir quelques autres belles formules.

« La liberté de la presse ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. » Maxime fréquemment rappelée par les journaux. C’est l’épigraphe du Canard Enchaîné.

« La liberté de la presse est entière. Il suffit d’avoir les milliards nécessaires. »

Alfred Sauvy   (1898-1990)

« Pourvu que je ne parle ni de l'autorité, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni de l’opéra, ni des autres spectacles, je puis tout imprimer librement, sous la direction, néanmoins, de deux ou trois censeurs. »   Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais    Extrait du  Mariage de Figaro

  P comme Pouvoir de la presse

« Le journaliste transforme les mots en armes » Moses Isegawa     Chroniques abyssiniennes

 « Grand est le journalisme. Chaque éditeur capable n’est-il pas un gouverneur du monde, étant l’un de ceux qui le persuadent, quoique non élu personnellement et cependant sanctionné par la vente de ses numéros ? » Thomas Carlyle Histoire de la Révolution française

Le même Thomas Carlyle, historien et critique britannique (1795-1881), a salué la naissance du « quatrième pouvoir » en écrivant dans sa série Les Héros et le culte des Héros :

«  La presse est le quatrième État du royaume. »  

Victor Hugo avait noté dans Tas de pierres :

« La presse a succédé au catéchisme dans le gouvernement du monde ».

 

R comme Reporter … et comme Rationnel !

Question-piège pouvant être posée par un jury ou par un recruteur: « Pourriez-vous nous dire qui est le journaliste le plus célèbre du monde ? » C’est certainement Tintin !

Variantes : « Qui est actuellement le plus célèbre reporter du monde ? » « Qui est le plus célèbre reporter de l’histoire de tous les temps ? » C’est certainement toujours Tintin !

Lors d’une de ses célèbres conférences de presse, le Général de Gaulle avait déclaré qu’une seule personne pouvait lui faire vraiment concurrence sur le plan international : Tintin !

***   A garder en mémoire : cette petite devinette et ce bon mot du Général… pour votre prochaine pause-café ou pour vos diners en ville.

R comme Rationnel

Lors de vos lectures faites de vos principes rationnels  (et relationnels !) votre leitmotiv.

Ce petit credo conviendrait à l’ensemble de vos lectures.

S comme Style, et travail du style

Georges Clemenceau (1841-1929) fut longtemps directeur de L’Aurore. Voici l’une de ses consignes à ses rédacteurs : « Faites des phrases courtes : un sujet, un verbe, un complément. Quand vous voudrez ajouter un adjectif, vous viendrez me voir. »

Il aurait même ajouté : « Celui qui oserait employer un adverbe sera immédiatement révoqué. »    NDLR    La phrase ci-dessus comporte l’adverbe « immédiatement » !

NDLR  Georges Clemenceau est l’auteur du titre le plus célèbre de toute l’histoire de la presse française : J’accuse (article d’Emile Zola, publié dans l’Aurore pour prendre la défense du capitaine Dreyfus injustement accusé de trahison). Et Clemenceau avait ajouté à propos de cet article : « J’aurais aimé l’écrire ! ». C’était sans doute le plus grand des compliments qu’il ait pu faire à Emile Zola …Comme nous célébrons les centenaires de 1914-1918, penser à citer, pendant quelques années,  ce grand homme d’État et illustre sénateur « Le Tigre » et « Le Père la Victoire ».

S comme source

« Si notre cœur n’effectue pas les battements nécessaires, cela engendrera des troubles plus ou moins sévères entrainant ainsi des complications. La source constitue le noyau, le cœur de l’information transmise ». Elle est définie comme étant « l’origine de l’information ». L’historien et philosophe ibn Khaldoun met en exergue dans ses œuvres l’importance de la source, s’appuyant ainsi sur la véracité et l’authenticité de la retranscription des informations.

Nous préconisons de privilégier les meilleures sources, et donc bien sûr le JDN lui-même, lorsque vous avez le choix, et de vous référer de préférence aux sources officielles présentes sur de multiples canaux.

  T comme terminologie

 Il est essentiel de maîtriser le sens des mots techniques et des concepts propres à l’économie très utilisés dans la presse, s’émancipant ainsi des fausses interprétations laissant place à une compréhension rigoureuse.

Il s’agit de se reporter aux définitions et aux explications dans les ouvrages et magazines spécifiques à  cette discipline. Cette tâche essentielle méritera évidemment la production de nouvelles chroniques pour le JDN.

Et la lecture quotidienne du JDN est bien le meilleur moyen d’accroître votre vocabulaire économique, financier et managérial, tout en vous informant et en vous donnant à réfléchir.

Vous pourrez aussi trouver sur nos sites les meilleurs instruments pour vérifier votre vocabulaire et pour l’enrichir. Par grands thèmes et pour tous les usages. Utilisez notamment le Dictionnaire de l’Internaute. Voir www.linternaute.com

Et gardez bien à l’esprit que, si les mots sont nécessaires pour expliquer les actions, ils sont aussi un atout capital pour passer à l’action et bien accomplir chaque action.

 

***   En complément, quelques bons mots pour vos pauses-café ou vos dîners en ville

Ø « Je redoute trois journaux plus que 100 000 baïonnettes. »

 Napoléon Bonaparte (1769-1821)

Ø « Le journalisme est une boutique où l’on vend au public des paroles de la couleur dont il les veut. » Honoré de Balzac (1799-1850)

Ø « Autrefois, on lisait le journal pour se renseigner, pour s’instruire ; on le lit aujourd’hui pour se mettre en colère. » Emile Faguet (1842-1916)

Ø « Le journalisme est un métier où l’on passe la moitié de sa vie à parler de ce que l’on ne connaît pas et l’autre moitié à taire ce que l’on sait. » Henri Béraud (1885-1958)

Ø « Un journal, c'est la conscience d'une nation. » Albert Camus (1913-1960)

   

***     Citation finale opportune sur la presse et les concours

« Ce qu’il faut pour réussir un concours, c’est d’avoir l’esprit armé et être prêt à l’heure. C’est encore ce qu’il faut pour écrire dans un journal. »

Anatole France           L’Univers illustré  1er août 1896

Cette maxime vaudra aussi, quotidiennement, pour toute votre vie professionnelle !

    ***   Notre ultime recommandation

Au fil du JDN, ou de vos autres lectures, notez les mots-clés et les bonnes formules qui vous viendraient à l’esprit. Vous pouvez aussi utiliser un cahier personnel, et/ou composer votre propre manuel de citations… et de remarques astucieuses. C’est le conseil que je donne, et renouvelle chaque semaine, à mes élèves du beau Lycée professionnel – des cours du soir pour développement personnel et promotion sociale, permettant de fructueux dialogues inter-générationnels.  JF Guédon

Autour du même sujet