Le New Yorker se met au retargeting edito

Objectif du nouvel outil déployé par le média US : proposer aux lecteurs de reprendre la lecture d'un article abandonné en cours de route, faute de temps.

Une grande partie du succès du New Yorker s'est construit sur ses articles aussi fouillés que chronophages. Une force pour ce média quasi centenaire face aux articles purement factuels de certains concurrents sur le Web. Mais aussi une faiblesse dans un univers qui a érigé la consommation "snacking" de l'info en dogme.

C'est dans cette perspective que le média expérimente actuellement un format qui doit aider les lecteurs à aller au bout de l'histoire, même lorsqu'ils manquent de temps. Un widget vient d'être intégré aux pages, qui anticipe le moment où l'internaute s'apprête à fermer cette dernière (sans être allé au bout du papier) pour lui proposer de recevoir un email lui proposant de reprendre sa lecture, plus tard. 

Développé par un collaborateur du groupe en tant que projet personnel, cet outil "rappelez-moi de lire" devrait faire l'objet d'une version open source. Une version qui à en croire les premiers résultats de l'outil devrait intéresser du monde.

L'e-mail, envoyé par défaut deux heures après (mais l'internaute peut choisir une autre fenêtre de temps), a généré des performances très engageantes les premiers jours. Certes les taux de renseignement d'emails sont faibles (4% des 4% des personnes qui ont cliqué sur le pop-up) mais les taux de lecture sont, derrière, très bons. 51% des personnes qui ont reçu l'email l'ont ouvert et 22% ont cliqué pour accéder à l'article, rapporte le Nieman Lab. L'apport d'audience reste donc encore anecdotique mais le service génère une petite traction. Mais lorsqu'il s'agit de booster l'engagement des lecteurs, tout est bon à prendre. 

Media / Retargeting