Kayvon Beykpour (Periscope) "Les marques sont de plus en plus nombreuses à utiliser Periscope"

Periscope était l'application de streaming live star avant que Facebook ne se lance sur le créneau. Son CEO et cofondateur évoque cette nouvelle concurrence ainsi que ses projets.

Quel regard portez-vous sur la forte concurrence dans le domaine du live streaming, et plus particulièrement celle de Facebook ?

Kayvon Beykpour est cofondateur et CEO de Periscope © S. de P. Periscope

Lorsque nous avons créé Periscope, nous savions que nous n'étions pas les premiers. Beaucoup nous parlent de Meerkat (le service avait fait le buzz à SXSW en 2015, NDLR) mais il y a dix ans, des plateformes telles que Justin.Tv, Livestream ou encore Ustream existaient déjà ! Nous étions donc parfaitement conscients que nous aurions de la concurrence, de la part de start-up mais aussi de grandes entreprises. La seule chose qui compte, c'est de développer le meilleur produit possible pour que des gens aient envie de l'utiliser.

 

Facebook a choisi de rémunérer des médias et des célébrités pour booster l'adoption de son service. Que pensez-vous de cette stratégie ?

Cela révèle à quel point Facebook cherche désespérément à rattraper son retard. Dans notre cas, nous sommes heureux de savoir que nos membres utilisent notre plateforme non pas parce qu'ils ont été payés mais parce que notre produit est suffisamment bon pour qu'ils aient envie de l'utiliser. Cependant, je pense qu'il existe certains cas où l'utilisation de contenus sous licence a du sens : Twitter a par exemple annoncé fin avril avoir acquis les droits auprès de la NFL afin de diffuser des matchs de football américain.

 

Quelles sont vos pistes pour monétiser l'application ?

"Les marques sont de plus en plus nombreuses à utiliser Periscope" 

Dès lors qu'une importante communauté de personnes utilise régulièrement votre plateforme, vous avez plusieurs options. Il y a évidemment la manière traditionnelle avec les publicités de types pre-roll, mid-roll, etc. Mais nous pouvons également nous appuyer sur les infrastructures existantes de Twitter. Pour vous donner un exemple, il n'est pas rare de lire des "Promoted Tweets" visant à promouvoir des diffusions sur Periscope. Si l'utilisation de ce format - inventé par Twitter il y a plusieurs années - est possible, c'est précisément grâce à cette intégration qui a été entamée entre les deux plateformes.

 

Mais qu'en sera-t-il de la publicité au sein de Periscope ? Le gourou des réseaux sociaux Gary Vaynerchuk avait récemment confié au JDN qu'il trouvait intéressant l'idée d'intégrer de la publicité contextuelle dans l'espace Chat en utilisant des technologies de reconnaissance vocale. Qu'en pensez-vous ?

Periscope est une plateforme qui met en relation un diffuseur avec une audience. Et celle-ci peut parfois compter des centaines, voire des milliers de personnes. Nous sommes donc conscients que cette situation offre beaucoup d'opportunités en termes de monétisation. Nous explorons énormément de choses avec différentes technologies mais n'avons rien à annoncer pour le moment. La monétisation de l'application n'est d'ailleurs pas notre priorité. Nous nous concentrons sur l'amélioration de l'expérience utilisateur.

 

La vidéo en direct peut être difficile à gérer pour les marques. Comment celles-ci s'accaparent-elles votre plateforme ?

La première chose à souligner est que les marques sont de plus en plus nombreuses sur Periscope. Bien entendu, les usages varient. Des marques de mode comme Tommy Hilfiger utilisent par exemple l'application pour diffuser en live leurs défilés alors que certains constructeurs automobiles y présentent leurs dernières innovations. BMW a ainsi révélé en exclusivité son modèle I3 sur Periscope.

 

Periscope est souvent critiqué pour diffuser des contenus ne respectant pas le droit d'auteurs. Roland-Garros a ainsi récemment interdit l'utilisation de l'application dans ses tribunes…

Tout d'abord, il est important de préciser que notre politique n'autorise en aucun cas ces diffusions. Bien entendu, vous avez toujours des personnes qui ne vont pas respecter les règles. Dans ce cas, à chaque fois qu'un contenu violant le droit d'auteur nous est signalé, nous le suspendons immédiatement. Nous avons collaboré avec Roland-Garros pour bloquer automatiquement tous ces contenus, par exemple lorsque certains utilisateurs filmaient leurs écrans de télévision. Nous ne voulons pas de ces contenus sur Periscope !

Mais pour lutter contre ces pratiques un organisateur d'évènement peut aussi diffuser lui-même du contenu. Roland-Garros a par exemple réalisé entre 10 et 20 diffusions chaque jour, en filmant notamment les entraînements des joueurs. Ce type d'initiative permet d'éduquer la communauté avec le message suivant : Periscope n'est pas l'endroit où vous allez regarder le match mais plutôt là où vous pourrez voir les coulisses de l’événement.

 

Twitter a eu un énorme impact sur le monde des médias en donnant à tout le monde le pouvoir de s'exprimer et de partager de l'information. Peut-on s'attendre à un impact similaire avec le développement des plateformes de live streaming ?

"Nous expérimentons différentes formes d'interactions"

C'est exactement ce qui est en train de se passer aujourd'hui. Il vous suffit d'ouvrir Periscope pour voir en direct ce qui se passe à Ferguson ou assister à la crise des réfugiés. Certains endroits ne sont en effet pas accessibles aux caméras et aux journalistes, mais nous avons désormais tous un smartphone dans notre poche et pouvons partager cette information avec le monde entier sur Periscope. Vous n'avez plus besoin d'être un reporter de CNN ou de la BBC pour rapporter une information !

 

Justement, comment facilitez-vous la recherche de cette information pour les utilisateurs ?

Lorsque nous avons lancé Periscope, il n'était pas évident de trouver du contenu intéressant : il fallait que je m'abonne à votre fil d'actualité pour voir vos diffusions. Nous avons depuis réalisé un certain nombre de progrès, en permettant par exemple la recherche par hashtags et par zone géographique. Ainsi, si vous souhaitez voir ce qui se passe dans telle ou telle ville, il vous suffit de zoomer sur la carte pour y voir toutes les diffusions. De plus, grâce à l'intégration avec Twitter, une diffusion sur Periscope peut rapidement faire le tour du monde de la même manière qu'un Tweet.

 

Quels sont vos objectifs ?

"J'aime l'idée de faciliter le désabonnement entre utilisateurs"

Comme je le mentionnais, notre premier focus est de poursuivre l'amélioration de la découverte des broadcasts. Par exemple, nous avons récemment donné la possibilité à nos utilisateurs de visualiser les "Trending Places". Vos intérêts étant probablement différents des miens et de ceux d'un autre utilisateur, notre objectif va être de vous aider à trouver la diffusion que vous pourriez avoir envie de regarder.

Notre seconde priorité du moment est de permettre à nos membres d'être plus créatifs pendant qu'ils diffusent une vidéo en direct. C'est précisément dans cet objectif que nous avons réalisé différentes intégrations, notamment avec les caméras GoPro mais aussi avec des drones. Nous avons également développé certaines fonctionnalités comme permettre de dessiner en direct à l'écran. Nous avons donc encore beaucoup de travail devant nous.

 

Lors d'une diffusion, il est possible de laisser des cœurs au diffuseur en touchant l'écran. Pensez-vous développer d'autres types d'interactions dans le futur, à l'instar de ce qu'a fait Facebook en faisant évoluer son bouton Like ?

Cela fait déjà plusieurs mois que nous expérimentons différentes formes d'interactions. Par exemple, pour certaines diffusions comportant un hashtag particulier dans le titre, nous remplaçons le cœur par une autre icône. Pendant les vacances de Noël, les utilisateurs qui regardaient des diffusions comportant le hashtag "Holidays" avaient ainsi la surprise de voir un arbre de Noël apparaître tous les 5 cœurs.

 

Il n'est pas rare de recevoir des dizaines de notifications chaque jour lorsque l'on s'abonne à un nombre important de personnes : comment comptez-vous régler ce problème ?

Dans un premier temps, il est déjà possible de désactiver les notifications afin de ne plus être averti lorsque tel ou tel utilisateur est en direct. Une autre solution pourrait être de vous suggérer de vous désabonner d'un utilisateur lorsque vous n'avez pas visionné une seule de ses diffusions pendant un certain laps de temps. J'aime cette idée de suggérer et de faciliter le désabonnement entre utilisateurs. J'aimerais que Periscope soit la première application à faire cela.

 

Bio : Kayvon Beykpour est le CEO et cofondateur de Periscope, une application de live streaming permettant de retransmettre des vidéos en direct. Twitter a fait l'acquisition de la plateforme en mars 2015. En 2007, Kayvon a cofondé Terriblyclever Design, une start-up qui sera rachetée par Blackboard deux ans plus tard. Il y restera jusqu'en 2013 et dirigea notamment la division mobile de l'entreprise. Il est diplômé d'un BS en Computer Sciences de l'université de Stanford et a grandi dans la baie de San Francisco.

 

A lire aussi :

 

Twitter / Décideurs