Mark Bennett (Google Play) "Instant Apps fait sauter les frictions pour découvrir une nouvelle application"

Le patron de Google Play à l'international était l'invité vedette de Playtime, événement dédié à l'écosystème Android qui se tenait ce 6 septembre à Paris. Le JDN l'a rencontré.

Vous avez présenté à l'audience de ce Playtime, Instant Apps, une fonctionnalité qui va permettre aux mobinautes d'utiliser des apps sans avoir à les télécharger. Une révolution qui s'annonce ?

Mark Bennett est le directeur de Google Play à l'international. © S. de P. Google

Mark Bennett, International Director Google Play. C'est en tout cas un changement de paradigme dans la découverte des applications. Il suffira désormais au mobinaute de cliquer sur un lien, qu'il se trouve dans un résultat de recherche, un message ou un post sur les réseaux sociaux pour accéder au contenu d'une application qu'il n'a pas installée. Il pourra ainsi accéder à une petite partie du contenu de l'application, à un instant T, sans devoir passer par le Play Store et télécharger l'application.

Je pense que la fonctionnalité aura un impact réel dans l'industrie du service : paiement, réservation ou autres…. Là où les gens n'ont pas forcément besoin de disposer de l'application sur leur smartphone tout le temps.

 

Cela va en tout cas rassurer des éditeurs d'applications étouffés par l'emprise que prennent les applications de messagerie instantanée. Difficile de les convaincre de continuer à investir dans des développement quand de nombreux mobinautes consacrent jusqu'à 75% du temps passé sur leur smartphone à WhatsApp, Messenger et consorts…

Mark Bennett. On peut en effet imaginer qu'Instant Apps introduira un nouveau cycle de consommation des applications avec un mobinaute qui consommerait une application trois ou quatre fois via la fonctionnalité et se résoudrait à l'installer définitivement après s'être rendu compte qu'il y a recours fréquemment.

Instant Apps fait sauter de nombreuses frictions avant de consommer une application et… la découvrir. Je pense qu'elle aura également une véritable traction dans les pays émergents où les utilisateurs sont préoccupés par leur consommation de data, en permettant des expériences applicatives plus légères.

 

Depuis quelques mois et l'arrivée des bots sur Messenger, certains se posent la question de la pérennité des applications. Les chatbots peuvent-il signifier la fin du monde applicatif tel qu'on le connait ?

Michael Siliski, directeur du produit "Instant Apps". Nous en sommes qu'au début mais les interfaces conversationnelles générées par les technologies de chatbot semblent prometteuses. Pour certains secteurs du moins. Je m'explique. En matière de  "service client", un format toujours difficile à déployer sur un site Web ou sur une application, l'expérience est souvent concluante.

C'est en revanche beaucoup moins fluide côté "shopping", par exemple. Est-ce que je veux vraiment acheter des chaussures en échangeant avec un bot par texte plutôt qu'en regardant un catalogue s'afficher ? C'est plutôt fastidieux ! Tout ça pour dire que nous ne savons pas encore forcément dans quels cas l'expérience bot s’avérera plus concluante que l'expérience applicative. Et que les deux coexisteront sans doute. 

 

Autre sujet auquel il est difficile d'échapper en cette rentrée, le succès "Pokemon Go". Est-ce un premier pas vers une nouvelle génération d'applications de jeu en réalité augmentée ?

Mark Bennett. Il y a depuis quelques années des expériences plutôt bluffantes en matière de réalité augmentée. Mais il est vrai que Pokemon Go a porté la chose à un autre niveau : le "mass market". C'est un jeu amusant, qui fait bouger les gens, leur fait brûler des calories et les fait se rencontrer dans les rues. C'est d'un point de vue "comportement du consommateur" très intéressant et nous verrons sans doute d'autres jeux surfer sur cette vague.

Dans un autre registre, je pense que la réalité augmentée va booster tout le secteur de l'éducation, en le rendant plus intéressant et excitant. Regardez déjà ce qui se passe dans les musées où des applications voient le jour pour rendre les visites plus immersives et faire apparaître en "sur-impression" des informations et des animations qui peuvent attirer l'attention des plus jeunes. Google Translator est aussi un cas bluffant de réalité augmentée. Une autre application qui m'a séduit est "World around me" qui permet de découvrir de nouveaux lieux en dirigeant son smartphone autour de soi. L'enjeu est, dans tous les cas, de de faire de cette technologie quelque chose de mass market.

 

Mark Bennett est le directeur de Google Play à l'international. Il se concentre dans cette perspective sur la croissance des contenus digitaux (apps, films, musiques, series TV…) proposés au sein de l'écosystème Google dans les régions Latam, Apac et Emea.

Google / Android