Dailymotion : Vivendi entre en négociations exclusives avec Orange

Dailymotion PCCW offre Vivendi 0415 Vivendi devrait racheter 80% de Dailymotion pour 217 millions d'euros, tandis qu'Orange conserverait les 20% restant. La plateforme est valorisée 265 millions d'euros.

Article mis à jour à 18h00. Le conseil d'administration d'Orange a accepté d'entrer en négociations exclusives avec Vivendi pour la cession de Dailymotion, dont il détient 100% du capital. Vivendi avait confirmé mardi matin avoir déposé une offre d'achat pour Dailymotion, sans en préciser le montant. Finalement, l'opération valorise la plateforme française 265 millions d'euro. Vivendi débourserait 217 millions pour détenir 80%du capital et Orange conserverait le solde. Selon Vivendi, cette opération lui "permettrait de valoriser de manière significative ses contenus en détenant le contrôle d'une plateforme mondiale de distribution. Les nombreuses opportunités de collaboration entre Universal Music Group, Groupe Canal+ et Dailymotion pourraient être rapidement mises en œuvre pour accélérer et renforcer la présence de Vivendi partout dans le monde". D'autres propositions avaient atterries sur le bureau de Stéphane Richard, dont celle de l'allemand Axel Springer (propriétaire d'Auféminin, selon Le Monde. Orange avait déboursé 127 millions d'euros pour acquérir Dailymotion. Puis avait régulièrement investi dans la société.

Dailymotion distribue 2,5 milliards de vidéos vues par mois et a réalisé un chiffre d'affaires de 64 millions d'euros en 2014, en progression de plus de 30% par an depuis 2012. Elle emploie 222 personnes dans le monde basées notamment en France et aux Etats-Unis.

Les déclarations du gouvernement français ont finalement échaudé les velléités de PCCW, holding du hongkongais Richard Li, pour racheter la plateforme de vidéos Dailymotion. Le Chinois qui était en discussions exclusives avec Orange pour racheter 49% du capital de Dailymotion a finalement annoncé, lundi, l'abandon des discussions. "La volonté exprimée du gouvernement français de favoriser la recherche d'une solution européenne décourage la participation d'entreprises internationales, a annoncé le groupe coté à Hong Kong dans un communiqué publié lundi. Nous avons donc décidé de mettre un terme à nos discussions avec Dailymotion et ses propriétaires actuels."

L'Etat actionnaire réclame un partenaire européen

La semaine dernière, en réponse à l'annonce des négociations exclusives entre Orange et le Chinois PCCW, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron s'était opposé à un partenariat franco-asiatique et avait demandé à Orange "prendre en compte les éléments de la souveraineté numérique européenne". Une manière de pousser Orange, dont l'Etat est actionnaire à hauteur de 24,9%, à envisager plutôt des partenaires européens. Suite à ces déclarations, PCCW a rapidement décidé de jeter l'éponge.

"Le gouvernement n'a jamais indiqué être hostile aux discussions en cours mais a demandé, en sa qualité d'actionnaire, à Orange de ne pas accorder d'exclusivité à l'offre de PCCW avant d'avoir discuté avec l'ensemble des partenaires potentiellement intéressés", a précisé à l'AFP le ministère de l'Economie, avant de rajouter que cette décision a permis d'ouvrir des discussions avec "plusieurs offreurs potentiels des discussions".

Discussions avec Yahoo avortées en 2013

Fimalac, le groupe de Marc Ladreit de Lacharrière, s'est aussi montré intéressé par Dailymotion, mais n'a pas su convaincre suffisamment les dirigeants d'Orange pour pouvoir aller jusqu'à une offre ferme.

Ces nouveaux épisodes relancent l'interminable saga du processus de vente de Dailymotion. En 2013, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, s'était déjà opposé violemment à un potentiel rachat par Yahoo pour 300 millions de dollars (279 millions d'euros), décourageant finalement l'américain.

 

A lire aussi :

Orange / Chine