Non, le nouvel algorithme Facebook ne devrait pas nuire à Buzzfeed ou Upworthy

Facebook algortihme Buzzfeed Upworthy Facebook veut réduire la visibilité des publications considérées comme des appâts à clics. Les spécialistes du genre ne devraient pas trop souffrir de ce changement de règles.

Constant dans sa volonté d'améliorer la pertinence des actualités et statuts qui s'affichent dans les "newsfeeds" de ses utilisateurs, Facebook vient d'annoncer une mise à jour importante de son algorithme pour réduire la portée des articles labellisés "appâts à clics".  Dans le viseur de Facebook, ces statuts postés par certains titres de presse, plus racoleurs qu'informatifs, qui conduisent souvent l'utilisateur à cliquer... quitte à être déçu par la qualité réelle de l'information. Un problème pour Facebook dans la mesure où ces liens ont tendances à être les plus cliqués et, au regard du fonctionnement actuel de son algorithme, à être bien plus mis en avant auprès des utilisateurs. D'autant qu'une étude consommateur a permis à la société d'apprendre que "80% des sondés préféraient des titres qui les aident à décider s'ils veulent lire l'article avant de cliquer dessus".

Facebook vient donc d'annoncer que son algorithme prendrait désormais en compte d'autres indicateurs que le taux de clic pour estimer la qualité d'un lien. A commencer par le temps passé sur l'article et le taux d'engagement (nombre de "like", de commentaires et de partages). "Un petit nombre d'éditeurs qui postent souvent ce type de statuts 'appâts à clics' sur lesquels beaucoup d'utilisateurs ne s'attardent pas après avoir cliqué dessus devrait voir leur audience diminuer dans les mois à venir", prophétise Kalid El-Arini, responsable de la recherche chez Facebook. Difficile même si leurs noms ne ressortent à aucun moment de ne pas penser à des titres tels que Buzzfeed et Upworthy dont plus de la moitié de l'audience est sociale (le ratio avoisine même les 75%). De fait, l'ensemble de la presse tech US, à l'image de GigaOM ou Gizmodo, s'est vite fendue de papiers annonçant que la décision risquait bien de nuire fortement à ces acteurs.   

fb
Editeurs les plus partagé sur Facebook en mars 2014. © News Whip

Pour autant ces titres ne devraient pas être affectés outre-mesure par la décision de Facebook. Car ils ont beau être très racoleurs, ils n'en restent pas moins parmi les médias les plus partagés sur Facebook (un des nouveaux critères de l'algorithme). Particulièrement friand de tests en tout genre, Buzzfeed avait ainsi cumulé près de 13 millions de partages en mars 2014. Soit le double de son dauphin, le Huffington Post. Belle performance également pour Upworthy, situé à la 5e place de ce classement. Autant dire que la belle histoire entre Facebook et ce type de médias n'est pas prête de s'arrêter. D'autant que la plateforme avait elle-même annoncé fin décembre 2013 qu'elle comptait donner encore plus de visibilité aux publications de médias.

Facebook / Buzzfeed