Justin Osofsky (Facebook) "Près de 200 000 applications mobiles sont connectées à Facebook"

Le directeur international de la plateforme et des partenariats de Facebook fait un bilan de l'Open Graph 2.0, un peu plus d'un an après son lancement.

JDN. Que représente Facebook aujourd'hui en France et dans le monde ?

osofsky
Justin Osofsky, "director of platform partnerships and operations" de Facebook © S. de P. Facebook

Justin Osofsky. En octobre 2012, Facebook comptait 1 milliard d'utilisateur actifs dont 81% en dehors de l'Amérique du Nord. 600 millions d'utilisateurs se sont connectés depuis leur mobile, contre 276 millions l'an passé. En France, on compte 26 millions d'utilisateurs actifs et 63% d'entre eux se connectent tous les jours. Les Français passent en moyenne 5 heures et 18 minutes sur Facebook par mois et 13 millions d'entre eux se connectent sur mobile.


Quel bilan tirer de l'Open Graph 2.0, un an après son lancement ?

Aujourd'hui plus de 9 millions d'applications et sites tiers sont connectés à Facebook, dont 7 000 applications mobiles présentes dans notre App Center et connectées à l'Open Graph. Cela confirme la mission de l'Open Graph de permettre de délivrer les contenus les plus pertinents aux utilisateurs en fonction de leurs centres d'intérêts et dans des domaines de plus en plus divers. Désormais, nous jouons également un rôle important dans la découverte d'applications mobiles.


Quelle est l'activité qui bénéficie du nombre de partage le plus important ?

L'écoute de musique est l'activité la plus répandue. Depuis septembre 2011, l'écoute de 62,6 millions joués plus de 22 milliards de fois a été partagée sur Facebook. Deezer a par ailleurs vu le nombre de ses utilisateurs tripler et en compte désormais 55 000 nouveaux par jours. Shazam a quant à lui connu une croissance de ses utilisateurs de 47% depuis l'intégration de l'Open Graph en juin 2012.


Qu'en est-il des autres verticaux ?

"le spectre d'activités partagées via l'Open Graph continue de s'élargir"

On constate qu'au-delà du partage d'articles de presse ou de musique, le spectre d'activités partagées via l'Open Graph continue de s'élargir par exemple au fitness, au secteur dit "non-profit" et évidemment au gaming. L'application fitness Endomondo a intégré l'Open Graph en 2012 et a depuis multiplié par 8 son trafic redirigé grâce à Facebook qui s'élève aujourd'hui en moyenne à 1,5 millions de visites mensuelles. JustGiving, une plateforme de crowdfunding caritatif britannique estime que chaque donation qui a été relayée par un utilisateur sur Facebook vaut plus que 8 dollars. Il en est de même pour Eventbrite pour qui un partage d'événement sur Facebook vaut à peu près plus de deux dollars pour la société. Nous souhaitons accompagner tous les types de développeurs si les utilisateurs apprécient leurs services.


Facebook bénéficie-t-il toujours aux médias en ligne ?

Pour les médias en ligne, Facebook se positionne comme un moteur de trafic. BuzzFeed voit par exemple un tiers de son trafic provenir de Facebook. Libre aux éditeurs de monétiser ce trafic comme ils le souhaitent, grâce à de la publicité  ou des abonnements. Facebook représente quoi qu'il en soit un moyen pour les médias d'engager la conversation avec leur audience.


Quel bilan tirez-vous du lancement de votre App Center d'applications mobiles ?

Aujourd'hui 200 000 applications iPhone ou Android sont connectées à Facebook et plus de 45% des 400 meilleures applications sur iOS utilisent le Facebook iOS SDK. Le lancement de la plateforme applicative sur mobile a apporté plus d'interactivité et de continuité dans l'utilisation des applications connectées à Facebook et ce notamment dans l'utilisation d'une application sur plusieurs terminaux.

 

Que représente l'écosystème applicatif pour Facebook en termes de revenus ?

"Les utilisateurs de l'application mobile de Facebook dépensent plus"

Environ 15% des revenus de Facebook provient des applications, c'est-à-dire des achats in-apps et c'est sur les jeux que le plus de transactions sont réalisées sur Facebook. il s'agit du segment le plus mature. Ces revenus vont continuer de progresser notamment parce qu'une personne qui a installé l'application Facebook a sept chances sur dix de consulter Facebook dans la journée, contre quatre pour un utilisateur lambda. Les utilisateurs de l'application mobile de Facebook dépensent par ailleurs davantage. Par exemple les utilisateurs de l'application SongPop connectés via Facebook dépensent 35% plus d'argent sur l'application que ceux n'étant pas connectés.

 

Vous parlez d'éditeurs de contenus mais qu'en est-il des e-marchands ?

Le social commerce en est encore à ses premiers jours mais beaucoup de nos partenaires misent sur le succès de ces nouvelles fonctionnalités en intégrant Facebook. A titre d'exemple nous sommes le premier moteur de trafic pour de site de vente d'objets design Fab.com et depuis que Fab.com a intégré le Facebook Connect, son trafic provenant de Facebook a été multiplié par 20. Par ailleurs 50% des connexions sur le site sont aujourd'hui réalisées via Facebook. On considère qu'une action publiée sur Facebook depuis Fab.com rapporte 4 nouvelles visites à Fab.com.

 

Comment comptez-vous monétiser ce type de partenariats ?

De manière générale, plus les utilisateurs utilisent des applications plus ils sont engagés, ce qui est bénéfique à tout le monde. Dans leur stratégie de développement et de croissance, les éditeurs nous achètent de la publicité que nous diffuserons sur notre site et nos applications mobiles.

 

Certains community managers accusent Facebook d'avoir modifié son algorithme et se plaignent d'une baisse de leur reach. Qu'avez-vous à leur répondre ?

Pour être clair, nous n'avons pas changé le newsfeed pour monétiser davantage de posts sponsorisés. Plusieurs fois par an nous faisons des mises à jour de notre algorithme pour en améliorer et assurer la qualité des posts et également pour écarter au mieux les spams.

 

Comment les community managers peuvent-ils améliorer leur reach sur Facebook ?

D'une part ils doivent délivrer du contenu de qualité et ensuite créer de la conversation autour. Il faut également accorder beaucoup d'importance à la manière de packager ce contenu, ce qui a fait le succès de BuzzFeed. Le contenu qui a le plus de reach est celui qui génère le plus de conversation et qui est donc le plus partagé. Par exemple si vous ajoutez des photos, votre engagement est bien plus important.


Justin Osofsky est diplômé de l'Université de Harvard en économie et droit. Il débute sa carrière chez McKinsey puis rejoint Facebook où il est nommé directeur de la plateforme de partenariats et des opérations. Il est en charge des partenariats Open Graph à l'international.

Facebook / Android

Annonces Google