Un plan de départs volontaires signé chez Lagardère Active

L'accord doit permettre d'atténuer le nombre de suppressions de postes prévues par le plan de sauvegarde de l'emploi annoncé en octobre.

En proie à une totale restructuration de son activité, avec un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) annoncé en octobre et la mise en vente de dix de ses magazines, Lagardère Active vient de signer un accord collectif avec les salariés de son pôle presse et de la régie Lagardère Publicité (soit près de 1 500 salariés) sur les modalités d'un plan de départ volontaire. Un accord qui ne concerne donc pas les salariés des 10 magazines mis en vente (Auto Moto, Be, Campagne et Décoration, Le Journal de la Maison, Maison & Travaux, Mon Jardin Ma maison, Psychologies Magazine, Union, Première et Pariscope) et qui doit permet d'atténuer le nombre de suppressions de postes prévues par le PSE (initialement 350).

Dans un courrier interne relayé par l'AFP, la direction de Lagardère Active explique que cette "première étape très importante" va permettre un "accompagnement social de qualité". Un constat que les organisations syndicales semblent partager, en témoigne le commentaire formulé par un délégué syndical CGT à l'AFP, se disant "satisfait". Concernant la mise en vente des 10 titres, le groupe a, à ce jour, reçu 7 offres de reprise totale et 13 offres partielles. Il a donné aux candidats jusqu'au 14 février pour formuler leur offre. Ce sont les trois offres provenant de Didier Quillot, Pascal Chevalier et Marc Laufer qui tiendraient la corde (lire l'article Rachat des titres Lagardère : Didier Quillot, Pascal Chevalier et Marc Laufer favoris, du 23/01/2014).

Lagardère Active / Plan de départ volontaire