Le cheval le plus cher du monde

Cheval le plus cher Ce pur-sang est devenu le symbole d'un fiasco sportif et financier : il n'a jamais remporté une seule course.

thegreenmonkey
The Green Monkey, acheté pour 16 millions de dollars en 2006, n'a couru que trois courses dans sa carrière. © Hartley/DeRenzo Thoroughbreds

Lorsqu'il a été vendu 16 millions de dollars en 2006 (12,6 millions d'euros), il avait tout pour justifier son statut du cheval le plus cher du monde. Son pedigree prestigieux, d'abord : The Green Monkey ("singe vert") est un descendant de deuxième génération de Storm Cat, un des étalons les plus primés de sa génération, dont les saillies pouvaient atteindre 500 000 dollars dans les années 2000.

Ses propriétaires, Randy Hartley et Dean De Renzo, avaient acheté le poulain 425 000 dollars à peine sept mois auparavant, et soulignaient alors ses mensurations harmonieuses et sa vitesse.

Il aura suffi que The Green Monkey, deux ans à peine, courre 200 mètres en 9,8 secondes devant les yeux éblouis des acheteurs, pour que les prix s'envolent lors des enchères organisées par Fasig-Tipton. C'est finalement le représentant des haras Coolmore, une fondation privée qui gère l'élevage et l'entraînement des chevaux les plus prestigieux, qui remporta la mise. Une somme inespérée pour un pur-sang n'ayant jamais couru la moindre course.

Mais c'est ici que les choses vont mal tourner. Quelques mois plus tard, The Green Monkey tombe lors d'une course et se blesse. En tout et pour tout, il aura participé à trois compétitions durant sa courte carrière, finissant une seule fois classé, à la troisième place. Dépités, les haras de Coolmore prêtent alors leur pur-sang... à De Renzo, à qui ils avaient acheté le cheval deux ans plus tôt, pour en faire un reproducteur. Au passage, De Renzo récupère 50% des droits de reproduction. Au 1er octobre 2013, l'étalon avait engendré 28 poulains et une des ses saillies se négociait 5 000 dollars.

 

Les plus chers

Autour du même sujet