La faillite enfin démystifiée

Encore aujourd’hui plusieurs mythes circulent autour de la faillite personnelle. Ces mythes sont issus de plusieurs années de mauvaise information et de désinformation. Dans cette chronique, j’attaque ces mythes et je révèle ce qui en est vraiment.

La faillite est un sujet dont personne ne veut parler. C’est un mot qu’on n’ose pas prononcer, de peur d’attirer la malchance. Mais pourquoi est-ce ainsi?  Certainement, la faillite n’est pas un concept plaisant, mais cela n’explique pas tous les mythes qui circulent.
Étant donnée la nature sensible du sujet, j’ai décidé de démystifier les principaux mythes.
C’est nécessaire car de nombreuses personnes souffrent d’endettement et ne prennent pas action simplement à cause du stigma autour de la faillite personnelle. Si ces personnes étaient simplement mieux informées, elles prendraient la bonne décision pour leurs finances personnelles, soit prendre un nouveau départ. La vie, ce n’est pas seulement travailler pour payer ses dettes.

Mythe #1 : Ce sont les personnes négligentes ou sans emploi qui font faillite

Les statistiques démontrent le contraire. Bien que la mauvaise gestion financière et la sur-utilisation du crédit soient des causes importantes de la faillite, elles n’explique pas tout. En effet, parmi les principales causes de l’insolvabilité on retrouve la perte d’emploi, la diminution de salaire, les maladies invalidantes, les divorces ou séparations et les dépendances.
La plupart des faillis sont des personnes travaillantes et de bonne foi qui connaissent une période difficile en raison de circonstances spéciales dans leur vie. C’est pourquoi la faillite personnelle a comme mission d’offrir une seconde chance à des consommateurs honnêtes mais malchanceux.

Mythe #2 : Si je fais faillite, je vais tout perdre

Il ne faut pas se faire d’illusions, en déclarant faillite, vous allez perdre certains biens. Toutefois, beaucoup de vos possessions sont protégées et ne pourront pas être saisies par vos créanciers. Souvent les gens croient qu’ils perdront tout à cause des menaces des agences de collection. Il faut savoir que ces agences ont avantage à vous faire peur pour vous faire payer rapidement.
Selon votre situation, vous pourriez conserver votre maison et votre automobile dépendamment de l’équité que vous avez dans ces biens (leur valeur moins ce que vous devez). Quant à votre épargne-retraite, celle-ci est entièrement protégée de la saisie sauf pour les contributions faites au courant des 12 derniers mois. Pour ce qui est de vos biens de base (vêtements, mobilier, électroménagers, etc.), vous pouvez les conserver si ceux-ci sont modestes. Un syndic de faillite pourra vous guider selon votre situation précise.

Mythe #3 : Mes amis et ma famille sauront tous que j’ai fais faillite

Bien que la faillite d’un individu soit d’ordre public, c’est quand même un processus confidentiel. Personne ne signalera à vos proches votre faillite et, bien entendu, celle-ci ne sera pas annoncée dans les journaux. Pour savoir si vous avez fait une faillite, une personne doit faire une recherche au registre et cette recherche est payante.

Mythe #4 : Je n’aurai plus jamais de crédit si je fais faillite

Évidemment une faillite personnelle est une tache sur un dossier de crédit. Cette tache pourrait décourager des prêteurs de vous consentir un prêt. Mais ce qu’il faut comprendre c’est que si vous êtes en retard sur vos paiements et que votre taux d’endettement est élevé, les institutions financières vous refuseront probablement du crédit aussi. La faillite pourra éliminer vos dettes et vous permettre de reconstruire sur du solide. En effet, il existe plusieurs façons de refaire son crédit après une faillite.

Mythe #5 : La faillite efface toutes mes dettes

Ce n’est pas vrai que la faillite personnelle efface toutes vos dettes. En effet, plusieurs dettes peuvent demeurer : les dettes garanties comme une hypothèque ou un prêt auto, les pensions alimentaires, les jugements, les amendes et les prêts étudiants, sauf si la date de fin de vos études remonte à plus de sept ans (5 ans si votre situation est particulièrement difficile).

Mythe #6 : Faire faillite, c’est gratuit

On pourrait penser qu’il ne coute rien pour faire faillite, mais ce n’est pas le cas. Les syndics de faillite doivent tirer des honoraires de leurs services. Les honoraires sont pris à même une portion de la liquidation des biens mais le failli doit aussi payer un frais mensuel au syndic pendant la durée de la faillite.

Mythe #7 : Ma faillite affectera mon/ma conjoint(e)

Une faillite personnelle n’affecte que la personne qui la déclare. Si votre conjoint(e) n’est pas cosignataire ou endosseur(e) sur vos cartes de crédit ou prêts, celui-ci/celle-ci ne sera pas affecté(e). De la même façon, seulement les dettes de la personne qui déclare faillite seront effacées. Les dettes de votre conjoint(e) demeurent inchangées.

Autour du même sujet