Connaissez-vous la biodynamie ?

La biodynamie est une pratique viticole qui se répand de plus en plus en France. Adoptée par les domaines qui poursuivent une recherche permanente de la qualité, cette méthode culturale semble empreinte du passé. En quoi consiste-t-elle ? Elle-t-elle "COP21 friendly" ?

Savez-vous ce qu’ont en commun les domaines de la Romanée Conti en Bourgogne, Michel Chapoutier en vallée du Rhône, Château Pontet-Canet, Climens ou Palmer à Bordeaux, Deiss en Alsace, Huet en Loire ou en encore Abbatucci en Corse ?

Ils pratiquent une viticulture de type biodynamique. En quoi cela consiste ?

La biodynamie répond à trois grands principes :

Seul un sol sain peut donner naissance à une plante en bonne santé : le travail du sol et l’enherbement combinés avec des intrants 100% naturels permettent de préparer un sol qualitatif propice au développement de la plante. Le vigneron ou maître de culture tient à sa disposition une boite à outils dans laquelle on trouvera des tisanes naturelles pour favoriser le développement de la plante et lui donner de la vigueur, développer ses défenses naturelles et améliorer la rétention d’eau dans le sol. Un sol sain permet le retour de la vie animale (vers de terre,  abeilles, etc.), indispensable au développement du cycle végétatif. Le travail du sol permet également au système racinaire de plonger au plus profond dans le sous-sol pour puiser les nutriments et sels minéraux et s’alimenter en humidité.

Le respect d’un calendrier lunaire, voir cosmique et l’observation de la nature : de tous temps, le vigneron sait que le développement de la plante se fait suivant des cycles influencés par les forces astrales. Il s’agit là d’administrer les tisanes et les traitements suivant un calendrier bien précis et d’observer le développement végétatif de chaque pied de vigne. L’objectif étant d’avoir une floraison et une maturité des baies à la vendange les plus homogènes possible.

Une responsabilité écologique et un respect de la plante : avant tout, le vigneron doit protéger sa terre pour la transmettre et protéger son ouvrier contre les maladies. Les traitements 100% naturels répondent à cette logique. Les eaux de pluies ruisselantes drainant les sols sont propres et facilement recyclables.

La pratique de la biodynamie ne se fait pas d’un coup de baguette magique. Les vignerons passent parfois par des étapes transitoires (agriculture bio) avant de la généraliser à l’ensemble de leurs domaines. Il leur faut comprendre les mécanismes, former leurs ouvriers, mettre en place des équipes suffisantes pour multiplier les passages dans les rangs, trouver un cheval de trait pour les labours, etc. Au Château Pontet-Canet, il aura fallu 7 années pour maîtriser véritablement la boite à outils en fonction du climat. La biodynamie, n’est pas une mode, c’est une politique et surtout un état d’esprit.

Le label Demeter récompense les domaines qui souhaitent recevoir un label. Certains domaines refusent cependant d’entrer dans une démarche de labellisation, la qualité du vin étant le critère essentiel pour soutenir la marque, et non le processus de fabrication.

Le vigneron qui maîtrise la biodynamie se trouve généralement récompensé. Le fruit qu’il produit est souvent goûteux et mûr à la vendange. Il obtient une matière première de qualité pour produire un vin de qualité.

Autour du même sujet