Les voitures de collection

Les voitures de collection n'entrent pas dans l'assiette taxable de l'ISF. © countrypixel Fotoliacom
Les investissements "plaisir" constituent un bon moyen de diversifier son patrimoine. Ils peuvent facilement représenter 3% de l'allocation d'actifs conseillée par les cabinets spécialisés. Les voitures de collection en font partie. L'état du véhicule, son histoire et la date à laquelle il a été produit sont autant d'éléments qui pèsent sur la rentabilité.
Pour faire un bon placement en la matière, le mieux est de demander conseil à un expert. "Les Porsche, par exemple, génèrent de grosses plus-values ces derniers temps. Est-ce que c'est vraiment le moment d'en acheter une ou ne vaut-il pas mieux privilégier une marque qui présente des marges de progression plus élevées, interroge Stephan Chenderoff, du cabinet Cyrus Conseil. Pour le savoir, il faut s'entourer de professionnels". Au-delà de la performance potentielle, les voitures de collection présentent un avantage fiscal non négligeable : elles n'entrent pas dans le patrimoine imposable à l'ISF.