L'avantage accordé aux salariés de moins de 25 ans dans le calcul de l'APL sera supprimé

Comme tous les autres salariés, ceux de moins de 25 ans qui font leur première demande d'aide au logement devront présenter leur dernière fiche de paie pour qu'il soit procédé à une estimation de leurs revenus à la date de la demande. ©  goodluz Fotoliacom
Les revenus pris en considération dans le calcul des aides personnelles au logement (APL) sont les revenus nets catégoriels (salaires, revenus fonciers… corrigés des éventuels charges et abattements fiscaux) de l'avant-dernière année (revenus de 2013 pour les droits 2015). Toutefois, pour les personnes qui occupent une activité professionnelle lors de leur première demande d'aide et qui ont déclaré des ressources inférieures à 1 015 fois le Smic horaire brut pour l'avant-dernière année, une évaluation des ressources est effectuée. L'objectif ? Apprécier le plus justement possible les revenus réels du bénéficiaire au moment où il touche l'aide.
Pour les salariés, c'est le dernier salaire connu, multiplié par douze, qui est pris en compte pour réaliser cette estimation. Sauf pour ceux  de moins de 25 ans. Ce sont les seuls pour qui les revenus de l'avant-dernière année continuent de faire foi. Le PLF pour 2016 prévoit de supprimer cet avantage. "C'est peut-être moins favorable aux moins de 25 ans, concède l'entourage de la ministre du Logement Sylvia Pinel, mais c'est plus juste." La mesure, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2016, permettrait d'économiser 109 millions d'euros en 2016.