Pour le sport électronique, les fonds sont dans les starting-blocks

Les fonds prennent la mesure du phénomène et se battent pour miser quelques millions sur la future pépite du secteur. © Serjik Ahkhundov
Les fonds prennent la mesure du phénomène du sport électronique et des profits qu'il peut engendrer. Depuis qu'Amazon s'est offert Twitch pour 970 millions de dollars, les investissements s'enchaînent. MTG a investi dans Turtle Entertainment, l'un des principaux organisateurs d'évènements. Unikrn, société spécialisée dans les paris en ligne, a levé 7 millions de dollars en septembre 2015. Un mois plus tard, c'est le magnat russe, Alicher Ousmanov, qui annonçait un investissement de 100 millions de dollars dans Virtus.pro, un géant russe de l'e-sport. Partout dans le monde, les entreprises qui en font un axe de développement voient les capitaux affluer, à l'instar de Melty et Hitbox. Les perspectives sont en effet encourageantes. Si l'e-sport a généré 195 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2014, il pourrait représenter 465 millions en 2017.