Les prestations compensatoires en cas de séparation

Le versement d'une prestation compensatoire ouvre droit à une réduction d'impôts pouvant aller jusqu'à 7 625 euros. © gajus - 123RF
Lors d'un divorce, une prestation compensatoire peut être versée par l'un des conjoints à celui dont le niveau de vie se trouve affecté par la rupture du mariage. Lorsqu'elles sont versées en capital dans un délai de 12 mois suivant le jugement définitif, que ce soit en une seule fois ou de manière échelonnée, ces sommes permettent d'obtenir une réduction d'impôt sur le revenu de 25% du montant des versements, dans la limite de 30 500 euros de versement par an. Soit une réduction maximale de 7 625 euros. La prestation compensatoire n'est alors pas prise en compte dans le revenu imposable du bénéficiaire.
Si elle est versée sous forme de rente, en revanche, ou sous forme de capital en plusieurs fois et sur une période dépassant les 12 mois après la date du jugement, la prestation compensatoire est déductible des revenus de celui qui la verse et taxée pour le bénéficiaire.