Epargne en ligne : Yomoni lance un PEA et un compte-titres

Avec l'assurance-vie, la société de gestion de portefeuilles propose désormais trois enveloppes fiscales.

Yomoni a de l'appétit. Huit mois seulement après l'avoir lancée, le robo-advisor étoffe son offre commerciale, jusque-là cantonnée à son contrat d'assurance-vie (Yomoni-Vie). La plateforme de gestion de portefeuilles en ligne automatisée se paie même un menu entrée-plat-dessert, annonçant non pas un mais trois développements. A savoir ?

Elle permet désormais aux épargnants, moyennant 1,6% par an de l'épargne placée, de souscrire un plan d'épargne en actions (PEA) ou, s'ils en ont déjà un, de le transférer dans le mandat Yomoni. Pour cela, elle s'est adossée au Crédit Agricole qui, ça tombe plutôt bien, venait justement de lancer une offre de tenue de compte pour les sociétés de gestion.

Pour les offres PEA et compte-titres, les tarifs s'élèvent à 1,6% par an de l'épargne placée

Avec son offre PEA, Yomoni s'adresse aux particuliers les plus audacieux – allocation d'actifs 100% actions oblige. Ce n'est pas un hasard puisque l'essentiel de ses clients – la start-up ne communique pas leur nombre – se concentre sur les profils 6, 7 et 8 parmi les 10 gérés dans le cadre de son contrat d'assurance-vie, le 10e étant le plus offensif.

Mais tout ne monde n'a pas une forte appétence au risque. Pour les épargnants qui sont un tout petit peu plus frileux et que l'assurance-vie, au mieux, indiffère, Yomoni lance également un compte-titres sous mandat, avec 8 profils de gestion.

Enfin, pour les plus prudents, la société a décidé d'intégrer le fonds euros de Suravenir dans son assurance-vie. Elle propose désormais un profil à 100% en fonds euros (profil 1) pour lequel les seuls frais sont ceux du contrat d'assurance-vie (0,6% par an).

Vous ne savez plus où donner de la tête entre toutes ces enveloppes fiscales ? Si vous n'êtes pas expert, vous pouvez suivre la recommandation formulée par le robo-advisor sur la base du questionnaire qui vous est administré à vos débuts sur le service. Questionnaire dont une partie serait, dans un monde parfait, remplacée par les informations fournies par un agrégateur de comptes et qui permettraient à la plateforme d'avoir une "vision complète du patrimoine" des épargnants. Yomoni réfléchit déjà à faire appel aux services d'un tel acteur et assure travailler avec Linxo qui, comme elle, compte Crédit Mutuel Arkea parmi ses actionnaires.

Avec ces trois offres, le robo-advisor ratisse large, et pour cause. Il espère compter 10 000 clients en 2018 et 1 milliard d'euros d'actifs sous gestion en 2020. La firme envisage également de s'internationaliser, ou plutôt de s'européaniser puisqu'elle ambitionne de gérer l'épargne de nos voisins belges, suisses, espagnols ou encore italiens.

 

Et aussi

 

Plan d'épargne en actions / Robo-advisor