Le vin, un investissement qui doit aussi être un plaisir

Au moment de la revente, il faut pouvoir assurer à l'acheteur que le vin a été conservé dans de bonnes conditions. © Andriikobryn/123RF
Investir dans le vin, c'est comprendre la loi de l'offre et de la demande : "A chaque fois qu'une bouteille est bue, ça fait monter le prix de celles qui restent", explique Louis Alexandre de Froissard.
Mais encore une fois, mieux vaut que cela soit un plaisir, car "si vous n'aimez pas le vin et que ça n'augmente pas, vous n'aurez même pas le plaisir de boire la bouteille".
Selon le Knight Frank Fine Wine Icons Index, le marché a progressé de 5% en 2015. "Nombre des Bordeaux pour investisseurs ont commencé à se remettre du marasme causé par une sévère diminution de la demande chinoise", précise Nick Martin, de Wine Owners, chargé de cet index.
Mais pour l'investisseur, posséder la bouteille ne suffit pas. Encore faut-il être en mesure de garantir les conditions de conservation. Une cave aux bonnes températures est très fortement recommandée, mais il est aussi possible d'entreposer les bouteilles chez un professionnel.