Crowdlending : Lendix lance le premier projet de financement international

Crowdlending : Lendix lance le premier projet de financement international La plateforme propose aux prêteurs français et italiens de financer une entreprise espagnole. Et annonce avoir récolté 75 millions d'euros à investir de la part d'institutionnels.

"C'est la première fois dans l'histoire du crowdlending qu'un Français va pouvoir financer un projet espagnol, qu'un Espagnol va pouvoir financer un projet italien ou français", se réjouit Olivier Goy, président-fondateur de la plateforme de financement participatif par prêt.

Quelques mois seulement après avoir créé des bureaux à Madrid puis un à Milan, la start-up, ouverte à la fois aux prêteurs institutionnels et particuliers, met en ligne ce vendredi 3 février son premier projet espagnol finançable par des Français et des Italiens selon les règles de leur pays respectif. "Le descriptif du projet sera accessible en français, anglais, italien et espagnol, détaille le dirigeant. Nous ferons signer au prêteur un contrat avec les conditions générales de vente en vigueur dans son pays et gérerons la fiscalité qui lui est propre au moment des remboursements etc." Le premier emprunteur est J.I.Z. Operaciones S.L., une société ibérique spécialisée dans la logistique, qui cherche à lever 310 000 euros sur 60 mois. A l'avenir, tous les projets mis en ligne pourront être financés facilement depuis les trois pays.

Lendix vise les 140 millions d'euros prêtés en 2017

Ce n'est pas un hasard si Lendix a jeté son dévolu sur l'Italie et l'Espagne pour déployer son dispositif pan-européen. "Ce sont deux pays où il y a un tissu de PME important et où la relation entre les banques et les PME a été un peu abîmée depuis la crise de 2008", justifie Olivier Goy.

En 2016, 45,3 millions d'euros ont été levés via la plateforme, contre 11 millions d'euros en 2015. "Nous avons quadruplé quand le marché au global, lui, a doublé", se félicite le patron, actant toutefois que ces volumes restent loin des 80 milliards d'euros par an que représente le financement bancaire aux entreprises. Sur les 61,2 millions d'euros prêtés par Lendix depuis sa naissance, 35 000 euros sont en défaut, soit un taux de 0,08%. "C'est plus faible que ce à quoi l'on s'attendait, c'est-à-dire environ 1,5%. Mais on sait que ce taux augmentera mécaniquement avec le temps", précise Olivier Goy.

Seuls 20% de ces montants proviennent d'investisseurs particuliers qui sont pourtant largement majoritaires en nombre : environ 18 000 contre une vingtaine d'entités institutionnelles. Les particuliers prêtent en moyenne 230 euros. "Si ces montants sont faibles, c'est aussi parce qu'on conseille aux investisseurs de diversifier et de répartir le risque sur 50 à 100 projets", explique le PDG de Lendix.

La plateforme recrutera une trentaine de personnes dans les 9 mois

A l'été 2016, Lendix avait investi la totalité de sa "première poche institutionnelle de 26 millions d'euros". Désormais la plateforme accélère, avec une seconde "poche" près de trois fois supérieure, à 75 millions, récoltés auprès d'acteur tels que CNP Assurances et Groupama. La preuve d'une confiance grandissante envers Lendix et plus généralement le crowdlending de la part de ces mastodontes ? Oui, répond le fondateur de la plateforme.

Depuis son lancement au printemps 2015, la plateforme a financé 200 projets de toute taille : pour le mois de janvier 2017, les montants demandés vont de 43 000 à 1,6 million d'euros. Les emprunteurs sont des entreprises également de taille variable, de la TPE au groupe de 1 800 salariés, de 400 000 euros de chiffre d'affaires à 200 millions.

Cette année, Lendix vise les 140 millions d'euros prêtés. Pour ce faire, l'entreprise compte notamment renforcer ses équipes (46 collaborateurs à l'heure actuelle) et recruter une trentaine de personnes dans les neuf mois qui viennent dans les trois pays où elle est désormais présente. Elle recherche avant tout des profils de développeurs, tech et relation avec les emprunteurs.

Et aussi

PME / Fintech