Les pays européens en voie de Potemkinisation

en 2012, les dépenses des administrations publiques représentaient 56,6% du pib
En 2012, les dépenses des administrations publiques représentaient 56,6% du PIB français. © JDN

Les entreprises fortement exposées au marché européen constituent sans doute l'un des plus mauvais investissements du moment. Les voilà coincées entre deux paradoxes. D'un côté les Etats avides de relance économique prennent une part de plus en plus important dans le PIB et entravent donc le développement de ces entreprises. Mais, effet boomerang, les Etats ne produisant rien, ils sont obligés de lever des taxes de plus en plus lourdes pour compenser leur interventionnisme économique. Pas de secret : si l'Etat représente 57% du PIB en France alors il doit taxer 57% des revenus.

Avec un taux de marge qui atteint un plancher les entreprises qui opèrent uniquement en Europe seront donc celles donc le cours en bourse chutera le plus vite.