Rechercher un thème :
Patrimoine >   
Toute l'encyclo pratique

PTZ 2017 : simulation, calcul et zone

Fiche pratique
DONNEZ VOTRE AVIS
Créé en 1995, le prêt à taux zéro (PTZ) est destiné aux primoaccédants depuis 1997, pour l'achat de leur résidence principale. Dans certains cas, ce prêt peut financer l'achat d'un logement ancien. L'éligibilité à ce dispositif est soumise à certaines conditions, dont des conditions de ressources. Il sera renforcé à compter du 1er janvier 2016, pour permettre à plus de ménages d'en bénéficier. Les plafonds de revenus à ne pas dépasser pour y avoir droit, notamment, seront relevés.
 
 
Dernière mise à jour : mai 2017
 
Définition PTZ
Le prêt à taux zéro a été instauré en 1995 en remplacement du PAP (prêt à l'accession à la propriété) pour aider les ménages à accéder à la propriété. Il ne peut financer qu'une partie de l'opération immobilière et vient donc en appui d'une autre source de financement (prêt bancaire, apport personnel, prêt d'accession sociale...etc.). L'Etat accorde donc aux primoaccédants un prêt sans frais de dossier et dont les intérêts sont à sa charge.

Conditions du PTZ
Pour accéder au prêt à taux zéro, les futurs acquéreurs doivent remplir un certain nombre de conditions. La première est de ne pas avoir été propriétaire de sa résidence principale pendant les deux années qui précèdent la demande de prêt. Vous pouvez ne pas remplir ce critère et être tout de même éligible au PTZ si vous êtes titulaire d'une carte d'invalidité ou bien si vous vous trouvez dans l'incapacité de travailler, mais aussi si vous êtes bénéficiaire de l'AAH ou de l'AEEH ou encore si vous avez subi une catastrophe naturelle qui a rendu votre logement définitivement inhabitable. 
Vous devez également remplir des conditions de ressources : vos revenus ne doivent pas dépasser certains plafonds, fixés en fonction de la zone géographique dans laquelle se situe le bien à acquérir. Ces limites seront relevées pour les prêts émis à compter du 1er janvier 2016.
Pour les prêts émis jusqu'au 31 décembre 2015 inclus, voici les plafonds de revenus à ne pas excéder :
  Célibataire Couple avec deux enfants
 Zone A 36 000 € 72 000 €
 Zone B1 26 000 € 52 000 €
 Zone B2 24 000 € 48 000 €
 Zone C 22 000 € 44 000 €
Pour les prêts émis à compter du 1er janvier 2016 :
  Célibataire Couple avec deux enfants
 Zone A 37 000 € 74 000 €
 Zone B1 30 000 € 60 000 €
 Zone B2 27 000 € 54 000 €
 Zone C 24 000 € 48 000 €
Ces montants correspondent au revenu fiscal de référence de l'avant dernière année précédant l'offre de prêt auquel on ajoute les revenus des autres personnes vouées à vivre dans le logement, même si elles ne sont pas rattachées au foyer fiscal.
Le PTZ ne peut pas non plus servir à financer l'achat d'une résidence secondaire : le logement au titre duquel il a été accordé doit devenir la résidence principale des bénéficiaires dans l'année suivant l'achat du bien (ou la fin des travaux s'il s'agissait d'un logement ancien à réhabiliter).
Pour les prêts à taux zéro émis jusqu'au 31 décembre 2015 inclus, le logement ne peut pas être mis en location avant que le prêt à taux zéro ne soit intégralement remboursé sauf dans certains cas : si vous êtes muté, si vous divorcez ou rompez votre Pacs, par exemple. Pour les PTZ octroyés à compter du 1er janvier 2016, le bien pourra être loué au bout de 6 ans.

PTZ dans l'ancien
Le PTZ est destiné à financer l'achat d'un logement neuf. Mais il peut aussi, depuis le 1er janvier 2015, financer l'achat d'un logement ancien où d'importants travaux, représentant 25% au moins du coût total de l'opération, sont nécessaires. Dans ce cas, pour les prêts émis jusqu'au 31 décembre 2015, le bien sur lequel porte le prêt à taux zéro doit se trouver dans l'une des 6 000 communes éligibles. Au 1er janvier 2016, le PTZ dans l'ancien a été étendu à toute la France, et non aux seules communes de la zone C, comme le prévoyait le projet de loi de finances présenté fin septembre 2015.

Travaux éligibles au PTZ
Le PTZ peut être accordé pour l'acquisition d'un logement ancien à réhabiliter pour lequel le coût des travaux représente 25% du montant de l'opération immobilière. Cependant, tous les travaux ne sont pas pris en compte. Seuls ouvrent droit au prêt à taux zéro la création de surfaces habitables en plus, la modernisation, l'assainissement ou l'aménagement des surfaces habitables existantes ainsi que les travaux destinés à générer des économies d'énergie.

Montant du PTZ
Le montant du PTZ s'obtient en appliquant un pourcentage, qui dépend de la zone géographique dans laquelle se trouve le bien à acheter, au coût de l'opération immobilière (TTC), hors frais de notaire, dans la limite d'un plafond. Ce dernier est fixé en fonction de la zone d'implantation du logement et du nombre de personnes destinées à l'occuper.
Voici les limites dans lesquelles le coût de l'opération immobilière est pris en compte.
Nombre de personnes qui occuperont le logement Zone A Zone B1Zone B2  Zone C
 1 150 000 € 135 000 € 110 000 € 100 000 €
 2 210 000 € 189 000 € 154 000 € 140 000 €
 3 255 000 € 230 000 € 187 000 € 170 000 €
 4 300 000 € 270 000 € 220 000 € 200 000 €
 5 et plus 345 000 € 311 000 € 253 000 € 230 000 €
Voici, pour les prêts à taux zéro émis jusqu'au 31 décembre 2015 inclus, le pourcentage qui s'applique pour calculer le montant du PTZ, selon la zone géographique où se trouve le logement :
 Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
 26% 26% 21% 18%
Pour les prêts à taux zéro émis à compter du 1er janvier 2016, la valeur du PTZ pourra représenter jusqu'à 40% du montant de l'emprunt immobilier.

Simulation du PTZ
Difficile de calculer soi-même le montant du PTZ potentiellement accordé. L'idéal est de procéder à une simulation sur Internet. Pour cela, utilisez l'outil mis à votre disposition sur le site du ministère du Logement, de l'Egalité des territoires et de la Ruralité. Vous aurez en revanche besoin des informations suivantes :
- le coût du projet
- le montant de votre apport personnel
- le nombre de personnes destinées à occuper le bien
- votre revenu fiscal de référence de l'avant-dernière année (revenu fiscal de référence 2015 pour une demande en 2017)
- la zone d'implantation du projet. 
À partir de ces renseignements, le simulateur vous dit si vous êtes éligibles, quel montant peut être accordé ainsi que le montant des mensualités à rembourser et sur quelle durée.

Remboursement du PTZ
La durée de remboursement du PTZ ne peut dépasser 25 ans. 
Pour les PTZ accordés jusqu'au 31 décembre 2015 inclus, les ménages les plus modestes peuvent bénéficier d'un différé d'amortissement, c’est-à-dire d'une période pendant laquelle ils ne remboursent pas leur PTZ. Cette dernière est d'au moins 8 ans.
Pour les prêts à taux zéro émis à compter du 1er janvier 2016, tous les bénéficiaires pourront en différer le remboursement, quelle que soit la tranche de revenus à laquelle ils appartiennent. La durée d'amortissement sera d'au moins 5 ans.

Eco-PTZ
Pour ceux qui souhaitent simplement rénover leur résidence principale, l'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) permet de financer des travaux visant à améliorer la consommation énergétique du logement, comme des travaux d'isolation thermique de murs, parois vitrées ou portes donnant sur l'extérieur, par exemple. Pour ouvrir droit à l'éco-ptz, les travaux doivent être réalisés par des entreprises certifiées.

Où demander un PTZ ?
Vous pensez être éligible au PTZ, pour l'obtenir, il suffit de vous adresser à un établissement ayant signé une convention avec l'Etat. Demandez à votre banque si c'est son cas.
 
 
Copyright Benchmark Group Envoyer à un ami | Imprimer  
 

 
 
 

Immobilier
 Achat-vente immobilier
Fiches pratiques
 Accord de principe : à quoi consent la banque ? Acte de vente immobilier : délai, modèle et signature APL accession 2017 : suppression, simulation et plafond
 Assurance perte d'emploi : souscription, résiliation et comparatif Assurance prêt immobilier : calcul, taux et remboursement Augmentation des frais de notaire : les départements concernés
 Cadastre : qu'est-ce que c'est et à quoi il sert Compromis de vente : signature, modèle et rétractation Devenir propriétaire : comment acheter
 Eco-PTZ 2017 : tout sur l'éco-prêt à taux zéro Empiètement sur le terrain d'autrui : ce qu'il faut savoir Frais de notaire 2017 : calcul, simulation et pourcentage
 Frais de notaire réduit : les conditions pour en bénéficier Immeuble de rapport : acheter ou vendre un immeuble de rapport La caution bancaire
 La copropriété La garantie bancaire en France La location vente : définition et condition
 La vente par adjudication Le droit de passage sur la propriété d'autrui Le home staging
 Le prêt conventionné Le prêt relais en 2017 Le quasi-usufruit
 Le viager libre L'hypothèque L'indivision
 Location accession : définition, prêt et contrat Loi Hoguet : ses conséquences pour les agents immobiliers Lotissement : permis d'aménager, cahier des charges et règlement
 Mandat de vente : les obligations du vendeur Négociation immobilière : comment s'y prendre ? Nue-propriété : usufruit, donation et vente
 Offre d'achat : contenu et engagement Offre de prêt : délai, validité et acceptation PEL 2017 : taux, plafond et fiscalité
 Plus-value de résidence secondaire 2017 : calcul et imposition Prêt action logement : zone, taux et conditions Prêt à l'accession sociale (PAS) : qui peut en bénéficier ?
 Prêt immobilier sans apport : emprunter sans apport Prêt in fine : calcul, taux et simulation Prix d'un terrain non constructible : estimation
 Promesse d'achat : définition et engagements Promesse de vente : définition, signature et rétractation PTZ 2017 : simulation, calcul et zone
 PTZ 2017 : simulation, calcul et zone Qu'est-ce qu'un marchand de biens ? Rachat de crédit immobilier : taux, simulation et frais
 Remboursement anticipé de prêt immobilier : frais et procédure Rente viagère : calcul, barème et fiscalité Résidence principale : définition et fiscalité
 Résidence secondaire : impôts et taxes Syndic de copropriété : rôle et honoraires TAEG 2017 : définition et calcul
 Taux d'intérêt : comment le calculer Titre de propriété : comment l'obtenir Usufruitier : droits et obligations
 Usufruit : tout savoir sur la notion d'usufruit Vente à terme : définition, contrat et fiscalité Vente en indivision : mode d'emploi
 Vente en viager : tout savoir sur ce type de transaction Viager : tout savoir sur l'achat et la vente en viager 

Lettres types
 Modèle d'offre d'achat Résiliation d'un mandat de vente 
 Construction
Fiches pratiques
 Agrandissement de maison : prix et idées d'extension Anru : les quartiers concernés par le plan de rénovation Attestation RT 2012 : prix et formulaire
 Construire sa maison : les étapes pour faire construire Demande d'autorisation de travaux - Téléchargez le formulaire Détecteur de fumée obligatoire : prix et emplacement
 Garantie biennale : que couvre-t-elle ? Garantie décennale : les dommages couverts par l'assurance Gros oeuvre : définition et prix
 Indice ffb 2017 : définition et valeur La déclaration préalable de travaux La Dict (déclaration d'intention de commencement de travaux)
 La domotique La réception des travaux en construction Le plan de masse
 Loi Borloo : qu'est-ce que c'est ? Loi MOP : tout sur la loi relative à la maîtrise d'ouvrage Loi SRU : tout sur la loi solidarité et renouvellement urbain
 Malfaçon : que faire contre l'artisan ? Norme BBC 2017 : définition et obligations Ravalement : prix et formalités
 RT 2012 : extension, isolation et mur RT 2020 : tout sur la réglementation thermique 2020 Surface de plancher : comment la calculer
 Terrain viabilisé : définition et prix  

Lettres types
 Courrier de garantie biennale Lettre de réclamation pour malfaçons Modèle de lettre pour travaux inachevés
 Diagnostics immobiliers
Fiches pratiques
 Assainissement individuel : prix, normes et plan Crep : contrat de risque d'exposition au plomb Diagnostic amiante : qui doit le faire réaliser et quand
 Diagnostic assainissement : obligation et validité Diagnostic immobilier 2017 : ceux qui sont obligatoires Diagnostic plomb : définition, obligation et validité
 L'assainissement collectif Le DPE (diagnostic de performance énergétique) Loi Carrez : qu'est-ce que c'est et comment la calculer ?
 Investissement immobilier
Fiches pratiques
 Création d'une SCI : coût et formalités  Défiscalisation immobilière 2017 : loi et dispositif Investir dans l'immobilier : où, quand et comment
 La LMNP (Location meublée non professionnelle) en 2017 La SCPI (Société civile de placement immobilier) Loi Besson 2017 : amortissement et plafond
 Loi Censi-Bouvard 2017 : tout sur le dispositif Loi Cosse 2017 : définition, logements concernés et plafonds de loyer Loi Duflot 2017 : modification, calcul et zonage
 Loi Girardin 2017 : défiscalisation en loi Girardin Loi Malraux 2017 : défiscalisation et restauration d'immeuble Loi Robien : tout sur le dispositif
 Loi Scellier 2017 : zone, location et déclaration OPCI : tout sur ce nouveau produit immobilier Pinel 2017 : simulation, zone et calcul du loyer
 Rendement locatif : définition et calcul SCI familiale : les avantages de la société civile immobilière familiale SCI (société civile immobilière) : définition et avantages
 Location immobilière
Fiches pratiques
 Bail de location : ce qu'il doit contenir Bail en colocation : quelle formule choisir ? Bail meublé : tout sur le contrat de location meublée
 Bail professionnel : durée, résiliation et modèle Bail rural : tout sur le contrat de location agricole Caution loyer : comment la récupérer ?
 Charges locatives : liste, régularisation et calcul Dépôt de garantie : montant et délai de restitution Dossier de location : pièces nécessaires à la constitution
 Droit du locataire : ce qu'il peut faire ou non Encadrement des loyers : tout savoir sur la réglementation Frais d'agence : calcul et paiement
 Gestion locative : mandat et frais La caution solidaire La quittance de loyer
 L'assurance loyer impayé Le préavis de location L'état des lieux
 Lettre de caution Location meublée 2017 : contrat, fiscalité et préavis Location meublée professionnelle : tout sur le régime fiscal
 Logement intermédiaire : le logement en loyer intermédiaire Loi Boutin : ce qu'elle a changé en matière de logement  Louer sa résidence secondaire : mode d'emploi
 Loyer : fixation, augmentation et paiement Loyers impayés : que faire ? Réparations du locataire : lesquelles sont à sa charge
 Révision de loyer : comment faire Se porter garant pour une location Sous-location : tout savoir sur cette pratique
 Trêve hivernale 2016-2017 : date, locataires protégés et expulsion  

Lettres types
 Contrat de location meublé : modèle Alur Contrat de location : modèle de bail de location PDF Courrier de résiliation de mandat de gestion
 Demande de restitution du dépôt de garantie Donner son préavis de préavis d'un logement (location) Lettre d'annulation de caution solidaire
 Lettre de refus d'augmentation de loyer Lettre de révision de loyer Lettre pour loyers impayés
 Location : congé par le locataire Modèle d'acte de caution solidaire Modèle de bail en colocation
 Modèle de quittance de loyer  
 Copropriété
Fiches pratiques
 Charges de copropriétés : répartition, moyenne et charges déductibles Les parties communes d'une copropriété Ravalement : prix et fréquence
 Règlement de copropriété : modification et application  

Lettres types
 Modèle de règlement de copropriété Pouvoir pour assemblée générale de copropriété