Partager cet article

RSS
BOURSE

 Tous nos articles

Journal du Net > Solutions >  Les réseaux sans-fil en six points.
Article
 
15/11/01

Les réseaux sans-fil en six points.

  Envoyer Imprimer  

Bluetooth, Wi-Fi, HomeRF, HiperLan... Les technologies pour les réseaux sans-fil sont nombreuses et toutes n'atteindront évidemment pas une masse critique. Pour comprendre leurs domaines d'application, JDNet Solutions vous propose un tour d'horizon sous forme de questions-réponses.

Voir les autres Questions-Réponses

Réseau sans-fil, kezako ?
Un réseau sans-fil substitue aux habituels câbles des connexions via les ondes radioélectriques. A cette fin, des bornes sont installées pour délimiter une zone de couverture; les utilisateurs peuvent en profiter à condition de disposer d'un adaptateur pour émettre et recevoir sur ce réseau. Cet adaptateur peut prendre la forme d'un boîtier, d'une carte PCI ou encore, pour les ordinateurs portables, d'une carte au format PCMCIA. A noter que la majeure partie des procédés mis en oeuvre utilisent la même plage de fréquence (2,4 gigahertz).


L'Autorité de régulation des télécoms (ART) n'a-t-elle pas son mot à dire sur l'utilisation du spectre radio ? Quel est le cadre réglementaire pour déployer des réseaux sans fil ?
L'utilisation de ce spectre est très réglementé, notamment parce qu'il est exploité par l'armée. Des négociations sont

en cours avec le ministère de la Défense et l'ART prévoit une libéralisation de l'usage pour.. début 2004. L'ouverture des réseaux radio-électriques (RLAN) a toutefois commencé: en juillet 2001, l'ART a précisé les conditions d'utilisation de Bluetooth et d'Hiperlan. Ces conditions concernent la puissance des émetteurs et le lieu d'émission. Pour résumer, les RLAN à l'extérieur des bâtiments et sur le domaine public sont interdits ; ils sont en revanche autorisés à l'intérieur des bâtiments et à l'extérieur tant qu'il s'agit d'un domaine privé et tant que les émetteurs respectent des limites de puissance.


Quelles sont les origines et les caractéristiques principales des différentes technologies ?
Bluetooth
Lancé par Ericsson en 1994, Bluetooth a été conçu avant tout pour permettre les échanges de données entre les appareils numériques (assistant, téléphone, appareil photo, portable...). Il offre des débits moyens (1 Mbits/s en théorie) sur un rayon limité (10 à 30 mètres en pratique).

Wi-Fi
Aussi connu sous le nom technique "IEEE 802.11b", Wi-Fi est aujourd'hui promu par l'alliance WECA (Wireless Ethernet Compatibility Alliance). Il promet un débit de 11 Mbits par seconde, de 50 à 100 mètres. Des évolutions sont d'ores et déjà à l'ordre du jour: 802.11g affiche 54 Mbps sur la bande de fréquences des 2,4 Ghz; 802.11a également mais sur des fréquences de 5 Ghz.

HomeRF
Soutenu intialement par des acteurs comme Compaq, HP, IBM, Intel et Microsoft, HomeRF a été imaginé avant tout pour un usage domestique. Ses performances théoriques sont semblables à celles de Wi-Fi (débit de 11 Mbits/s). En outre, un réseau HomeRF permet aussi de soutenir des liaisons DECT, technologie de transport de la voix en mode numérique sur les réseaux sans-fil.

HiperLan1 et 2
Elaborée sous la tutuelle de l'European Telecommunications Standards Institute, Hiperlan est une norme exclusivement européenne. Hiperlan1 apporte un débit de 20 Mbps et Hiperlan2 de 54 Mbps sur un rayon d'action semblable à celui de Wi-Fi et HomeRF (100 mètres). Originalité d'Hiperlan 1 et 2: elles exploitent la gamme de fréquence de 5 Ghz alors que 802.11a ou Bluetooth sont "installés" sur les 2,4 Ghz.


Les technologies disponibles concernent-elles toutes les mêmes applications ?
Pas vraiment. En fait, au moins deux périmètres peuvent être distingués:

Le réseau personnel sans-fil (Wireless Personal Area Network, WPAN) constitué des connexions entre des appareils distants de quelques mètres (PC, assistants, périphériques divers...)

Le réseau local sans-fil (Wireless Local Area Network, WLAN) qui correspond donc au périmètre d'un réseau local, installé dans une entreprise, dans un foyer ou encore dans
un espace public. Tous les terminaux (PC, assistants) situés dans la zone de couverture du WLAN peuvent s'y connecter. Attention, il n'est pas possible par défaut de passer d'un WLAN à l'autre de façon indolore comme on bascule d'une cellule à l'autre avec son téléphone mobile. En revanche, plusieurs WLAN peuvent s'adosser à une même architecture (le même annuaire, les mêmes paramètres de connexion) de manière à faciliter la connexion d'un utilisateur qui traverse plusieurs zones de couverture.

Bluetooth dont le rayon d'action ne peut dépasser les 50 mètres est donc strictement destiné au WPAN. En revanche, Wi-Fi, HiperLan et HomeRF peuvent émettre jusqu'à 100 mètres, ce qui rend leur usage pertinent pour des réseaux locaux.


Toutes ces technologies vont-elles s'imposer ? Des produits les exploitants sont-ils déjà disponibles ?
Certaines de ces technologies souffrent de handicaps qui laissent planer des doutes sur leur avenir.

HomeRF, sévèrement concurrencé par Wi-Fi aux Etats-Unis, a perdu le soutien de deux sponsors de poids, à savoir Intel et Microsoft. Du coup, cette norme semble vraiment en perte de vitesse.

Les promoteurs de Bluetooth ont promis beaucoup, très vite. Trop vite ? On est tenté de le penser: des produits abordables tardent à débarquer sur le marché et les performances (le débit notamment) semblent faibles au regard des besoins de certains appareils (les caméras numériques par exemple). Une prochaine version prévoit toutefois de multiplier par 10 ces débits. Cette technologie tarde donc à se concrétiser mais profite encore de deux avantages. Primo, elle n'a pas vraiment de concurrent; secundo, en France, l'Autorité de régulation des télécoms (ART) a autorisé son exploitation.

Enfin, Wi-Fi et Hiperlan se font face et présentent des évolutions (802.11b et Hiperlan2) directement concurrentes. Le premier est activement soutenu par l'essentiel de l'industrie de la high tech américaine (Microsoft permet de l'exploiter depuis Windows XP) tandis que le second bénéficie de soutiens en Europe et, surtout, a reçu l'aval de l'ART en France.

Un cabinet d'analystes comme Gartner Group pense toutefois que Wi-Fi (802.11b) sera la première technologie pour les réseaux locaux sans-fil à atteindre une masse critique. Le cabinet mise sur une chute de 50% du prix des composants 802.11b dans le courant 2002 et estime que, d'ici à 2005, 90% des portables seront équipés d'un adaptateur Wi-Fi. Ces prévisions concernent toutefois en premier lieu les Etats-Unis et non l'Europe. En outre Gartner juge que le saut technique suivant vers les 54 Mbps verra la convergence de 802.11a et d'Hiperlan2.


Pourquoi ces technologies sont parfois présentées comme des concurrentes possibles des réseaux de téléphonie des générations 2,5 (GPRS) et 3 (UMTS) ?
Des expériences menées à l'aide d'antennes amplifiées ont montré qu'il était possible de couvrir plusieurs dizaines de kilomètres avec ce type de technologies. Vu les coûts et les temps de déploiement des réseaux de téléphonie mobile de troisième génération (UMTS), certains jugent qu'une exploitation complémentaire de Wi-Fi et de GPRS (réseau de téléphonie mobile dit de génération "2,5) pourrait représenter une étape pragmatique avant de migrer vers l'UMTS. Reste à savoir comment les opérateurs télécoms y trouveraient leur compte...

Pour suivre plus en détails sur ce débat, nous vous conseillons de visiter le site de la Fondation pour l'Internet de nouvelle génération (FING).


JDN Solutions Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT

Sondage

Croyez-vous aux containers Docker comme alternative à la virtualisation de serveurs ?

Tous les sondages