Partager cet article

RSS
BOURSE

 Tous nos articles

 
Infrastructure/Chantiers
Technologies libres : l'argument économique prime
Pour les intervenants du forum Benchmark Group, les directions générales choisissent le logciel libre avant tout pour des raisons économiques. Mais le facteur humain a son rôle à jouer. (Vendredi 27 septembre 2002)
     
A lire également
Logiciels libres : quels critères de choix ?

L'âge d'or de Linux est-il derrière lui ?

United Linux : bientôt une version d'évaluation

Infrastructure libre: principalement le Web et les bases de données

Vers un bureau Linux modifié avec la Red Hat 8.0 ?
Benchmark Group
Etude : Le logiciel libre dans les entreprises françaises

Microsoft n'a pas fait que des heureux en lançant son nouveau plan de licences avant l'été dernier. En ces temps de restrictions budgétaires dues à la morosité que connaissent les nouvelles technologies, nombreuses sont les entreprises qui aimeraient s'affranchir de la tutelle de l'éditeur américain. C'est ce qui ressort d'un forum de Benchmark Group sur l'utilisation des logiciels libres en entreprise.

Quel que soit le domaine abordé (environnement bureau, serveur d'application, serveur Web, système d'exploitation...), les intervenants étaient tous d'accord pour affirmer que la réduction des coûts d'achat du logiciel était la motivation première qui les faisait s'intéresser à l'open source. C'est notamment l'argument qui décide les directions générales, sans qui aucun projet ne démarre.

Bien sûr, il n'y pas que le facteur économique qui compte. En effet, il est ressorti de ces discussions que bon nombre d'entreprises désirent mieux connaître, et donc mieux contrôler, la technologie dont elles disposent. L'expression "boîte noire", employée pour qualifier les logiciels propriétaires, résume bien le propos. Comment maîtriser une technologie si l'on ne sait pas de quoi elle est faite ? Connaître le code et le fonctionnement interne d'un logiciel demande certes plus d'effort, mais les bénéfices qu'on en tire sont incommensurables, selon les intervenants.

Le facteur humain au coeur de l'open source
On a beaucoup parlé des conditions de réussite d'une migration vers le libre. Les problèmes technologiques, qui trouvent toujours une solution moyennant un certain temps et/ou investissement, ont été moins adressés que les problèmes humains. Beaucoup de directeurs de projets, quel que soit le domaine d'application, diront qu'un projet qui considère l'aspect humain avant toute chose a toutes les chances de réussir. Pour le libre, l'avantage est que les développeurs sont la plupart du temps assez faciles à motiver. Outre la connaissance approfondie de la technologie, obligatoire si l'on veut implanter du logiciel libre, ils ne rechignent pas à apprendre de nouveaux langages ou outils.

Il a aussi été question lors de cette matinée de philosophie. Le logiciel libre véhicule des valeurs (liberté, transparence, communication approfondie...) qui peuvent apporter une plus value à une entreprise. Bien sûr, cet apport est difficile à intégrer dans des calculs de ROI. La qualité d'un produit est cependant extrêmement dépendante du moral et de la motivation des hommes qui y travaillent.

[Serge Descombes, JDNet]
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Auralog - Tellmemore | Publicis Modem | L'Internaute / Journal du Net / Copainsdavant | Isobar | MEDIASTAY

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters