Partager cet article

RSS
BOURSE

 Tous nos articles

 
CRM-MARKETING 
Sommaire CRM-Marketing
Alain Lefebvre (6nergies.net) : "Avec l'offshore, le bas coût est la cerise sur le gâteau"
Le fondateur du service de réseaux sociaux 6nergies.net, lancé le 20 janvier dernier, retrace les étapes du développement du site, en mode offshore en Pologne.  (20/04/2005)
  En savoir plus
Alain Lefebvre
Dossier Externalisation
  Le site
6nergies.net
Lancé le 20 janvier dernier, le service de "réseaux sociaux" 6nergies.net est passé de 190 bêta testeurs à 1 600 inscrits. Son fondateur, Alain Lefebvre (également chroniqueur dans nos colonnes), retrace les étapes du développement du site, en mode offshore (Pologne).

JDN Solutions. Comment en êtes-vous venu à faire développer votre site en offshore ?
Alain Lefebvre. C'est presque anecdotique. Il se trouve que j'étais en contact avec la société Clever Age pour le développement de mon site - 6nergies.net - et que le chef de projet avec lequel j'étais en relation m'a dit qu'il partait en Pologne, pour Clever Age.

Après être venu me voir en Savoie, afin que nous fassions connaissance, nous avons commencé à travailler à distance, entre la Savoie et la ville où il se trouve avec 3 de ses collaborateurs, à savoir Gdañsk. Qu'il soit dans telle ou telle ville ne change strictement rien. Nous communiquons par Skype, nous sommes en liaison permanente par e-mail, nous travaillons sur la base de données de bugs, etc. Nous échangeons comme cela, nous avons accès aux mêmes outils. Que ce soit du nearshore ou de l'offshore lointain, ce n'est de toutes les façons possible que grâce au Net.

Aviez-vous réfléchi à d'autres formules pour ce développement ?
Ce sont vraiment les circonstances qui ont joué dans le cas précis. Je voulais avant tout de bons développeurs. J'ai validé le chef de projet, que j'aurais suivi au bout du monde, même s'il m'avait dit qu'il partait en Argentine. Je ne voulais pas payer moins. Il y a une telle différence entre les développeurs qu'il faut trouver les bons, et ce ne sont pas forcément les plus chers.

J'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer là-dessus : l'offshore, c'est un phantasme. Ce qui intéresse les gens est le coût mais, en fait, si vous voulez réellement réduire les coûts de développement, il faut développer moins. Les entreprises développement trop pour elles. Elles ne regardent pas suffisamment ce qu'il existe en Open Source. Prenez par exemple PHP My Admin, très bien fait pour les requêtes SQL, les travaux d'administration, etc.

Quels sont selon les critères de réussite d'un projet offshore ?

La plupart des gens qui veulent faire de l'offshore sont incapables de travailler à distance. Pour un oui ou pour un non, ils vous convoquent en réunion. L'important est de motiver les développeurs avec lesquels vous travaillez, de les encourager, d'être clair avec eux et de suivre et tester attentivement leur travail. Le premier élément est donc de savoir si l'on est capable de travailler avec une équipe offshore, car il faut une implication forte et il faut savoir travailler à distance.

Le coût est la cerise sur le gâteau. En l'occurrence, j'ai payé 50% de moins que les tarifs habituellement pratiqués en France. Mais l'essentiel est de savoir comment on travaille avec les développeurs. C'est ce que j'appelle le peopleware. Les développeurs ont un ego important et ils sont parfois susceptibles, il faut savoir les motiver et ne pas se positionner en donneur d'ordres. Sinon, vous obtenez le minimum syndical, alors qu'ils font des miracles quand ils sont bien encadrés et suivis.

Il faut les comprendre, parler leur langage, les intéresser, leur donner de la latitude de choix, par exemple pour les techniques ou le design. Ainsi, alors que l'application n'existait pas encore, les premières questions avec les équipes techniques ont concerné le design, en termes de performances, pour anticiper la montée en charge. J'ai fait confiance à l'équipe, c'est une relation qui se construit avec le temps et qui doit être bilatérale.

  En savoir plus
Alain Lefebvre
Dossier Externalisation
  Le site
6nergies.net
Le peopleware est la chose la moins bien comprise dans ce genre de projets. Certains directeurs de projet continuent d'imposer des mesures coercitives et une masse importante de documents à remplir. Et en plus, ils voudraient que les développeurs soient de l'autre coté du monde pour que ce soit moins cher. Avec des Chinois ou des Indiens, je ne sais pas ce que cela donne, je n'en sais sincèrement rien, mais je suis curieux de voir.
 
 
Fabrice DEBLOCK, JDN Solutions Sommaire CRM-Marketing
 
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Auralog - Tellmemore | Publicis Modem | L'Internaute / Journal du Net / Copainsdavant | Isobar | MEDIASTAY

A VOIR EGALEMENT
Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters