ANALYSE
Sommaire Emploi 
La force tranquille du bilan de compétences en informatique
Pour raviver la flamme de leurs parcours professionnel, les informaticiens recourent de plus en plus souvent à un bilan de compétences. Cet adjuvant n'a pourtant pas pour vocation à révolutionner leur carrière.   (30/03/2007)
  En savoir plus
 Enquête : Bilans de compétence, reprende confiance et dynamisme
Dossier Gérer ses projets informatiques
Pour éviter de voir leur carrière s'enliser, les informaticiens peuvent décider - à l'image de leurs homologues actifs travaillant dans d'autres secteurs d'activités (industrie, finance...) - de recourir à un bilan de compétences.

Le plus souvent effectué à un moment clé du parcours professionnel, ce bilan permet notamment de scanner les points forts et faibles de leur profil et d'identifier (ou d'objectiver) leurs compétences tant techniques que fonctionnelles.

Cet outil constitue en outre un moyen privilégié de déterminer la propension à assumer de futures fonctions de management au regard - par exemple - de nouveaux besoins et attentes de son employeur.

"Le bilan de compétences permet aux informaticiens handicapés par leur manque d'adéquation aux technologies et langages de développement actuels d'identifier les facteurs qui les empêchent de rebondir", fait savoir Aude Madec, consultante au sein de Catalys, cabinet de conseil en ressources humaines.

Mais alors que dans d'autres secteurs d'activités le bilan de compétences serait principalement utilisé à des fins de revirements de carrière, cela semble être moins le cas dans le secteur informatique, où il servirait davantage à adapter son profil à de nouveaux enjeux, principalement en termes de gestion d'équipes.

"L'identité professionnelle des informaticiens est plus marquée que dans d'autres secteurs et les incitent de plus en plus à y recourir pour optimiser leur compétences actuelles et non pour envisager un changement de carrière plus marqué", analyse Patrice Dupiol, directeur du centre interinstitutionnel de bilan de compétence des Yvelines.

"Le bilan de compétences aide les ingénieurs à devenir chefs de projet" (Eve Nicolas - Altaïde)
Mais qu'ils choisissent d'opter ou non pour une remise à plat de leur parcours, les informaticiens peuvent tout de même trouver dans le bilan de compétence un moyen efficace d'optimiser leurs caractéristiques professionnelles.

Ceci s'avérant d'autant plus le cas pour les informaticiens d'âges mûrs : "ce ne sont pas les personnes les plus qualifiées qui recourent aux bilans professionnels, mais ceux qui se sont insérés plus tardivement sur le marché du travail, situés aujourd'hui dans la tranche d'âge des 35/40 ans", poursuit Patrice Dupiol.

Sans compter que certains profils d'informaticiens auraient apparemment plus à gagner que d'autres à réaliser des bilans de compétence : "un analyste-programmeur ou un administrateur-réseau n'ayant pas connu une grande évolution de parcours depuis une dizaine d'années devrait faire un bilan de compétence, sous peine de risquer de se trouver brusquement décalé par rapport au marché", prévient Philippe Arsac, président du cabinet Eurowin Consulting.

  En bref sur le sujet
    La Commission de Régulation de l'Energie s'active pour les smartgrids  (09/11/2010)
    Intel investit 7 milliards de dollars dans ses usines et le 22 nm  (20/10/2010)
    Les Caisses régionales du Crédit Agricole refondent leur SI  (20/10/2010)
    500 000 euros de dotation pour des projets Serious Game dans le Nord  (12/10/2010)
    L'Inde veut se doter d'un OS sécurisé et fermé  (11/10/2010)
Et Eve Nicolas, chasseuse de tête au sein du cabinet Altaïde, de préciser de son côté : "le bilan de compétences permet d'accompagner les développeurs ayant des compétences techniques vers des fonctions de management, comme c'est le cas pour des ingénieurs amenés à devenir chef de projet ou en recherche de nouvelles compétences transversales".

Mais alors que le bilan de compétences pourra être proposé à l'initiative même de l'employeur, il faut garder en tête que son succès reposera en tout état de cause sur la croyance de l'individu envers le bien-fondé de la réalisation du bilan.

"La réussite d'un bilan de compétences est conditionnée par le degré d'adhésion de l'individu et surtout son implication, aboutissant par ailleurs à une véritable réflexion sur soi-même", conclut Eve Nicolas.

Dominique FILIPPONE, JDN Solutions
 
Accueil | Haut de page
 
 

  Nouvelles offres d'emploi   sur Emploi Center
Auralog - Tellmemore | Publicis Modem | L'Internaute / Journal du Net / Copainsdavant | Isobar | MEDIASTAY

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters