Les meilleurs projets Big Data français en 2014 3e prix : un projet Big Data multi-opérateurs mobiles, par Intersec

Joint-venture créée par Telefonica, T-Mobile, Orange et Vodafone, Weve a pour but de commercialiser les données collectées par ces quatre opérateurs sur les utilisateurs de leurs réseaux mobiles respectifs au Royaume-Uni. Objectif : revendre informations d'usage et de localisation extraites, à des fins de marketing mobile et de m-commerce. Le projet, qui remporte le 3e prix du Trophée de l'innovation Big Data Paris 2014, est présenté par la société française Intersec. C'est elle qui a pris en charge le volet technique du projet. 

1 milliard d'événements consolidés quotidiennement

yann chevalier, cofondateur et ceo d'intersec.
Yann Chevalier, cofondateur et CEO d'Intersec. © Intersec

L'aspect novateur du projet ? "C'est l'association de quatre opérateurs mobiles en concurrence directe sous une même enseigne pour lutter plus efficacement contre les géants du Web", explique Yann Chevalier, co-fondateur et CEO d'Intersec.

Les volumes analysés par la plateforme Big Data mise en place par Intresec sont colossaux. 1 milliard d'événements, en provenance de chacun des quatre opérateurs, sont consolidés quotidiennement sur la plateforme de Weve. "Sachant qu'un événement représente environ une dizaine de données", ajoute Yann Chevalier, avant d'ajouter : "Ce projet montre que nous sommes désormais capables de supporter une infrastructure recueillant des données en provenance de plusieurs dizaines voire centaines de millions d'abonnés. Ce qui nous a permis plus récemment de convaincre Telefonica Digital d'opter pour notre technologie pour déployer sa plateforme de Big Data mondiale."

Traiter en temps réel les données de dizaines de millions d'abonnés

Car la technologie Igloo d'Intersec, déployée chez Weve, est conçue pour traiter en temps réel les données générées par des dizaines de millions d'abonnés. A la clé, l'idée est de permettre aux annonceurs de proposer des services contextualisés et personnalisés, mais aussi des promotions et offres sur-mesure géolocalisées en fonction de zones prédéfinies - en croisant la dimension géographique avec celle des préférences des utilisateurs compte-tenu de cibles pré-qualifiées.

Une technologie NoSQL et un cluster maison

Pour relever ces défis, Intersec a choisi de développer une technologie maison autour d'un modèle de base de données spécifique à ses besoins métier. "Il s'agit d'une structure en tables 100% exécutée en mémoire sur des serveurs PC banalisés Dell et HP, boostés avec 32 à 64 Go de RAM", confie Yann Chevalier. Grâce à cette configuration survitaminée, Intersec se dit capable de traiter de 200 000 à 300 000 événements par seconde sur une seule de ces machines.

Au final, le projet est révélateur de la success story de cet acteur français qui est parvenu à convaincre plusieurs grands opérateurs en France et à l'international - où il réalise la majeure partie de son chiffre d'affaires. Portugal Telecom fait partie de ses clients, tout comme SFR. L'opérateur français avait d'ailleurs reçu le 3e prix du Trophée l'innovation Big Data l'année dernière pour son projet mené avec Intersec (Lire notre article : SFR ouvre ses données clients grâce au Big Data). 

Big Data