Mats Carduner (Fifty-Five) "Hadoop peut jouer un rôle dans le Web Analytics"

Meilleur support, volume de données illimité, fonctionnalités plus riches... Le président de l'agence spécialisée dans le Web Analytics revient sur les atouts de la version Premium de Google Analytics.

Co-fondée par Mats Carduner, avec Nicolas Beauchesne, Alan Boydell, Arnaud Massonnie et Jean Neltner, l'agence Fifty-Five est spécialisée dans la maîtrise et le développement de solutions de Web Analytics. La moitié de ses 30 employés sont des anciens salariés de Google.


JDN Solutions. Google Analytics permet désormais de mesurer assez finement le trafic issu des réseaux sociaux et l'usage social des pages Web, et donc finalement d'estimer le ROI de ce nouveau canal. Cette possibilité est-elle aujourd'hui très utilisée ?

Mats Carduner. Ces avancées fonctionnelles, vers les réseaux sociaux, correspondent clairement à une attente du marché. Mais, tous les utilisateurs ne sont pas mûrs pour maîtriser toutes les subtilités des outils d'analyse de sites Web comme Google Analytics. Beaucoup cherchent à maîtriser les fondamentaux. Ils attendent souvent de nous que nous leur expliquions certaines possibilités. En outre, ce sont souvent des employés qui ne sont pas affectés à 100% à l'analyse du trafic, comme les directeurs marketings, qui utilisent l'outil. Ils ne peuvent donc en connaître toutes les subtilités.

Il faut aussi souligner que les sites Web ont déjà évolué significativement dans leur façon d'appréhender les réseaux sociaux. Auparavant, leurs responsables jugeaient indispensable d'avoir une présence sur ces réseaux, mais ne savaient pas toujours précisément pourquoi. C'était un peu la panique. Ils se sentaient forcés de dépasser le nombre de "fans" de leurs concurrents sur Facebook. Aujourd'hui, ces responsables de site Web veulent mieux comprendre, et disposer d'indicateurs plus précis, afin de savoir s'il faut ou non s'inquiéter si un concurrent a plus de "fans" sur sa page Facebook. Les réseaux sociaux deviennent un sujet important, et leurs enjeux deviennent aussi mieux maîtrisés.

Dans ce contexte, établir des indicateurs clés de résultats pertinents associés aux réseaux sociaux, savoir segmenter les audiences selon leurs diverses actions sociales sur site, pour finalement mesurer finement l'impact et le ROI des réseaux sociaux sur un site Web, comme le propose désormais Google Analytics, nous offre donc clairement de nouvelles opportunités

 

"Nous sommes sur les rangs pour devenir partenaire agréé Google Analytics Premium"

Google a annoncé il y a quelques mois une version Premium de son outil Analytics. Qu'aura de plus cette version, coûtant 150 000 dollars par an, par rapport à la version classique gratuite ? Et quand sera-t-elle commercialisée en France ?

La version Premium proposera plus de puissance pour l'analyse des données et une meilleure qualité de service. Un support assuré par Google, ou un partenaire agréé "Premium", sera inclus dans le prix. Pour l'instant, aucune agence n'a cette certification en France, mais nous seront naturellement parmi les prétendants. C'est pourquoi nous restons vigilants sur la commercialisation de cette version en France.

Des grands comptes sont actuellement en train de beta-tester l'offre aux Etats-Unis. Cette version Premium est déjà proposée à des sites Web français présents au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. Elle sera sans doute directement proposée dans l'Hexagone d'ici quelques mois.

Cette offre fournira toutes les données brutes, sans limite de volumétrie, contrairement à la version gratuite, qui peut être limitée. En effet, à partir d'un certain seuil, la version classique de Google Analytics se base sur un échantillon des données. Le résultat est, dans ce cas, moins fiable.

Ensuite, il n'est pas à exclure que cette version Premium puisse bénéficier de fonctionnalités inédites, ou en avance, notamment, par exemple, sur le terrain des smartphones ou des réseaux sociaux, qui devraient être des domaines riches en nouveautés pour des outils d'analyse comme Google Analytics.

 

Peut-on parler de Big Data dans le Web Analytics ?

Le Big Data est un mot à la mode. Certes, il désigne une quantité de données importantes, mais aucun seuil n'a véritablement été défini pour pouvoir commencer à parler de Big Data. En tout cas, aujourd'hui notre base de données reçoit entre 10 et 15 millions de lignes chaque jour, ce qui est considérable.

Certains de nos clients, comme Pages Jaunes, Air France, Pixmania ou Venteprivee.com peuvent récolter une quantité non négligeable de données à analyser sur leur trafic Web. Sur des sites qui peuvent recevoir des millions de visiteurs par jour, analyser et essayer de comprendre les chemins empruntés par un profil de clients précisément défini, depuis la première page jusqu'à l'achat, peut nécessiter de brasser une quantité très importante de données.

Le Big Data exprime également l'idée que le volume de données est trop conséquent pour pouvoir être bien géré par les outils classiques. Il faut donc des technologies différentes pour le Big Data. Comme Hadoop par exemple, qui fait d'ailleurs partie des solutions dont nous sommes en train d'étudier la pertinence pour certains de nos usages.

 

Mats Carduner est CEO de Fifty-Five. Diplômé de HEC en 1990, il commence à travailler chez L'Oréal, puis saisit en 1995 l'opportunité de participer au lancement du fournisseur d'accès Infonie. En 1997, il rejoint Havas Interactive en tant que directeur de projet Internet, puis prend la responsabilité du site de recrutement Cadres Online. Il prend les commandes, fin 1998, de la filiale française de Monster. En 2003, il lance une start-up dans le domaine des réseaux sociaux, cédée par la suite au Figaro, avant de rejoindre Google, dont il sera le directeur général France, puis Europe du Sud durant plus de 5 ans. Il a ensuite démarré une nouvelle aventure avec Fifty-Five avec convaincu que l'Analytics, appliqué au marketing, constitue un facteur-clé de compétitivité et de différenciation dans une stratégie digitale.

Google / Google Analytics