Cloud : la Bretagne préfère miser sur Amazon

La Région Bretagne n'a pas trouvé d'offre française à la hauteur de ses attentes. Elle a donc opté pour Amazon et AWS. D 'autres régions pourraient bien lui emboiter le pas.

Alors que des offres de Cloud françaises sont sur le point d'être lancées, la Région Bretagne a choisi l'Américain Amazon et ses services Web AWS. C'est plus précisément Neoxia, partenaire d'Amazon et expert d'AWS qui a été retenu, notamment pour mettre en place une solution de Cloud pour le plan de reprise d'activité de la région. En cas de sinistres, les données seront hébergées en Irlande, où Amazon dispose d'un centre de données. Cela répond donc au cahier des charges de la Région Bretagne, qui exigeait un hébergement sur le territoire européen.

"Une seule entreprise française avait répondu à notre appel d'offres, ses possibilités d'hébergement ne correspondaient pas à notre cahier des charges", détaille aujourd'hui l'entourage de Pierrick Massiot, le président du Conseil régional de Bretagne, cité dans les Echos. La région n'exclut pas d'étudier les alternatives françaises qui vont émerger, mais elles devront, souligne-t-elle, "offrir le même niveau du maturité" que celle d'Amazon.

En attendant, la Région Bretagne a également hébergé chez AWS un outil de gestion de l'inventaire du patrimoine. Il s'agit d'une application de démonstration présentée aux 24 autres conseils régionaux, et qu'ils pourrait bien adopter, sous le nez des Cloud français Cloudwatt ou Numergy.

Amazon / Cloud public