VMware Cloud Hybrid Services : quelle stratégie pour la France ?

Annoncé sur VMworld Europe 2013, le service de cloud hybride n'est pas encore officiellement confirmé pour la France. L'éditeur hésite entre un modèle de distribution en propre ou via des partenaires.

De notre envoyé spécial à Barcelone Dominique Filippone.

Aux côtés de Software Defined Datacenter et d'End User Computing, vCloud Hybrid Services constitue le troisième pilier de la nouvelle stratégie de VMware pour faire basculer les entreprises vers une génération d'infrastructures à même de "transcender l'IT du passé", selon les propos de son COO, Carl Eshenbach.

Dévoilée en mai dernier, vCloud Hybrid Services vient d'être annoncé pour la fin d'année en Europe. Plus exactement, une bêta privée sera d'abord proposée au Royaume-Uni fin 2013 avant le lancement de la version finale au premier trimestre 2014. Mais, alors que l'éditeur annonce un lancement sur le sol européen (EMEA), personne ne confirme pour l'heure que la France fera partie des heureux élus.

"A part l'Angleterre, nous n'avons pas décidé des localisations de vCloud Hybrid Services pour le reste de l'Europe", fait savoir Mathew Lodge, vice-président Services Cloud chez VMware. La France pourrait-elle échapper à un tel lancement ? On peut en douter, tant l'Hexagone fait bel et bien partie des marchés stratégiques du géant de la virtualisation en Europe, après l'Angleterre et l'Allemagne.

1
"VMware doit transcender l'informatique du passé", a lancé Carl Eshenbach, Chief Operating Officer de VMware sur la scène du VMworld Europe 2013 à Barcelone. © Dominique Filippone

Dans le cas où vCloud Hybrid Services arriverait bien en France l'année prochaine, reste à savoir comment VMware compte s'y prendre pour séduire les entreprises françaises susceptibles d'être intéressées par la nouvelle offre. Le premier levier, sans aucun doute, sera celui lié à la protection et la sécurité de leurs données.

"Contrairement à d'autres fournisseurs de cloud, nous n'avons pas souhaité un lancement global de vCloud Hybrid Services mais au cas par cas, en fonction des législations et des principes de souveraineté propres aux différents pays où nous envisageons de lancer notre offre", explique Jean-Pierre Brulard, vice-président SEMEA de VMware.

 

La localisation des données au cœur de la stratégie de cloud hybride de VMware

 

L'éditeur mettrait également un point d'honneur à proposer un service de cloud hybride avec la garantie d'une localisation des données dans le pays depuis lequel il est fourni. Pour y parvenir, l'éditeur étudie deux options : "soit fournir le service par le biais d'un data center directement opéré par VMware comme en Angleterre, soit faire appel des partenaires pour mettre chez eux et dans un espace réservé un ensemble de piles technologiques encapsulées contenant logiciels, matériels, réseau, stockage et services", poursuit Jean-Pierre Brulard.

Pour l'heure, le choix de VMware de privilégier pour l'Europe telle ou telle option - exception faite de l'Angleterre - reste donc en suspens. Mais dans le cas où l'éditeur se tourne vers des partenaires certifiés, ces derniers devront montrer patte blanche. Parmi les mieux placés, on trouve notamment Colt, l'un des rares hébergeurs avec SingTel à Singapour et Verizon aux Etats-Unis à être certifié vCloud Power et vCloud Datacenter. En France, OVH pourrait également être tenté de rejoindre le cercle très fermé des partenaires VMware certifiés comme capables de gérer des déports de clouds internes (lire l'article : Comment OVH est devenu le premier hébergeur d'Europe).

Datacenter / VMware