Ces géants du cloud qui ouvrent des data centers en France IBM : 300 millions d'euros investis dans le cloud en France

IBM a lancé ses premiers services cloud en France à Montpellier en 2012. Une stratégie qui change aujourd'hui de dimension avec l'arrivée de Softlayer.

christian comtat, responsable du business development cloud chez ibm france.
Christian Comtat, responsable du Business development Cloud chez IBM France. © IBM France

L'ouverture d'un data center Softlayer en banlieue parisienne marque peut-être le début d'une vague de nouveaux centres de données en France pour IBM. "Mais ce n'est pas notre premier data center à fournir des services cloud en France", souligne Christian Comtat, en charge du Business development Cloud chez IBM France. Au total, IBM a investi 300 million d'euros dans le cloud en France depuis 2009. "Nous avons commencé par héberger des éditeurs. Cegid, par exemple, a plus de 85 000 utilisateurs sur un cloud privé qui est managé par IBM depuis 3 ans", rappelle Christian Comtat.

"En octobre 2012, nous avons annoncé notre premier cloud public en France à Montpellier", poursuit-on chez IBM. L'infrastructure en question permet notamment de supporter des environnements de type ERP. Le groupe a aussi signé des accords avec Generix qui utilise lui-aussi son cloud tout comme Divalto. "Si l'on prend le cas de Divalto, ils sont hébergés dans le nouveau data center français de Softlayer", détaille Christian Comtat.

Le PaaS d'IBM disponible dans un data center localisé en France

IBM a racheté Softlayer en 2012 pour 2 milliards de dollars et, depuis la finalisation de cette acquisition, s'est lancé dans une impressionnante campagne d'ouverture de nouveaux centres de données. "Début 2014, nous avons annoncé que nous allions construire des data centers dans 30 pays à travers le monde, et 40 d'ici fin 2015", rappelle-t-on chez IBM.

Pour la France, Softlayer loue en fait ses espaces à Global Switch, dans son data center de Clichy. Une stratégie qui s'oppose très directement à la construction des centres de données géants façon Amazon Web Services, Microsoft ou Google. En termes de services, Softlayer héberge les offres IaaS d'IBM qui a choisi d'arrêter ses offres SmartCloud au profit de ces dernières. De même qu'IBM s'appuie sur l'infrastructure Softlayer pour son offre PaaS Bluemix. "Bluemix a été mis en place en Europe, et plus particulièrement en Angleterre au mois de décembre 2014", explique Christian Comtat qui ajoute : "notre intention est de déployer cette offre sur tous nos data centers Softlayer". Certains grands clients français d'IBM bénéficieraient déjà de services Bluemix hébergés en mode dédié à Clichy.

IBM / Datacenter