Migration de cloud à cloud : trois entreprises témoignent Migrer seul sa messagerie d'un cloud à un autre, c'est possible

Cabinet d'avocats d'une dizaine de personnes basé à Grenoble, la SCP Deniau Robert Locatelli a fait le choix de migrer ses comptes Google Apps vers Office 365 voici maintenant 5 ans. "Nous sommes une petite entreprise avec une dizaine de comptes seulement", explique Ronald Locatelli, avocat associé. "Nous étions sur des comptes gratuits Google Apps, mais je considère que la gratuité n'est pas très saine en milieu professionnel. En outre, et c'est très personnel, je déteste le système de classement des messages proposé par Gmail. De plus, à l'époque en tout cas, la synchronisation des messages entre différents terminaux n'était pas satisfaisante."

Une migration avec l'outil de synchronisation d'Exchange Online

Ronald Locatelli est avocat associé chez Deniau Avocats. © Ronald Locatelli

C'est assez naturellement que l'avocat s'est tourné vers Microsoft, un éditeur très présent auprès des TPE, mais aussi dans le milieu des avocats. "Les logiciels de gestion de cabinet sont bien souvent développés sur les technologies Microsoft. Il y avait donc pour moi une logique d'intégration à me tourner vers cet acteur" argumente Ronald Locatelli. "Avec l'usage de plus en plus répandu des smartphones et tablettes dans le cadre professionnel, mon ambition a été d'accompagner ce mouvement et donner un accès aussi rapide que possible aux applications de la suite Office sur ces terminaux mobile. J'étais aussi très intéressé par la présence de Sharepoint dans l'offre cloud Microsoft, car c'était une solution pour moi de pouvoir déployer un petit intranet sur une solution que je maitrise car utilisateur de solutions Microsoft depuis des années."

Du fait du faible nombre de boîtes aux lettres à migrer, Ronald Locatelli a préféré mener lui-même la migration de son entreprise d'un prestataire cloud à l'autre. Il a utilisé l'outil de synchronisation de comptes d'Exchange Online. "Même si la solution n'était pas industrialisée, sur une dizaine de comptes, c'était encore faisable. Le seul point critique pour moi, qui ne suis pas informaticien, c'était la gestion du nom de domaine. Il fallait transférer notre nom de domaine et c'est un peu plus compliqué. J'ai pu faire pointer notre nom de domaine vers les serveurs Exchange alors même que les boites Gmail n'étaient pas encore désactivées. De cette façon, la migration a été transparente pour nos clients et nous n'avons pas perdu de message. Le point crucial était de ne pas avoir de messages d'erreur renvoyés à nos interlocuteurs lors de cette migration. De ce point de vue, l'objectif a été atteint", souligne Ronald Locatelli.

Gérer la migration seule, sans société de services

Plutôt que de se faire assister par une société de services, le responsable a préféré mener l'opération lui-même. "Je considère que pour ce type de manipulation, il est préférable de le faire soi-même pour bien comprendre comment fonctionne le service. De plus, pour une prestation qui m'a pris quelques heures, une société de services nous aurait demandé quelques centaines voire quelques milliers d'euros, ce qui n'aurait pas été raisonnable pour une entreprise de notre taille", indique-t-il. Partant d'une offre gratuite jusqu'à 20 comptes, Ronald Locatelli n'a pas eu à observer de préavis quelconque, ni faire face à la moindre contrainte de résiliation. "J'ai pris soin de valider la destruction réelle des messages, avec toute la réserve que l'on peut émettre sur la réalité de cet effaçage par Google", souligne Ronald Locatelli. Aujourd'hui, les usages de la plateforme cloud par le cabinet d'avocat ont bien évolué et dépassent très largement la messagerie. Migrer vers un autre prestataire serait certainement bien plus complexe aujourd'hui pour l'avocat.

Serveurs / Cloud public