Dossier Qui utilise Slack en France ?

CDiscount, Quanta Computing, Ader Finance... Quelques entreprises françaises ont décidé d'adopter l'application collaborative temps réel. Témoignages.

En juin 2015, Slack publiait de nouveaux chiffres sur son activité. Le service de collaboration dans le Cloud dépassait le million d'utilisateurs quotidiens, dont 300 000 abonnés payant. Un exploit pour une application qui n'est pas dédiée au grand public. Lancée en février 2014, la start-up était déjà valorisée au début de l'été 2,8 milliards de dollars, et était parvenue à lever un total de 160 millions de dollars. Le service a non seulement réussi à dépasser le microcosme des développeurs Geeks de la Silicon Valley mais elle est en train de conquérir le monde des start-up du monde entier, y compris en France.

Argument n°1 de Slack, la simplicité

Pourquoi s'envoyer des e-mails ou même utiliser un outil aussi "complexe" que Yammer quand, en trois clics, vous avez monté votre communauté sur Slack ? La simplicité est l'argument numéro un qui revient dans la bouche d'absolument tous les utilisateurs de Slack. Se présentant comme un super "chat", Slack se prend en main immédiatement. En quelques clics, on crée des "Channels", des canaux thématiques auxquels les membres vont pouvoir (ou pas) s'abonner pour échanger sur un thème. On peut bien évidemment y discuter code source, mais pas seulement. On peut télécharger dans un Channel n'importe quel fichier. Comme sur Twitter, il est possible de tagguer un contenu, d'envoyer des messages en direct à un membre, il est aussi possible de créer des groupes restreints de membres.

L'un des atouts de Slack : son intégration à des apps tierces

Cette liste de fonctionnalités qui n'a rien de révolutionnaire peut sembler plutôt mince et explique difficilement le succès fulgurant de Slack, notamment si on la compare à son concurrent HipChat - qui est moins cher. La plateforme est bien plus puissante qu'il n'y paraît car chaque utilisateur peut appartenir à plusieurs communautés. Avec sa même identité, on peut appartenir à la communauté de son entreprise, à une communauté montée pour un projet ou alors à des communautés publiques telles que celle des créateurs de start-up français FrenchStartupsIO, ou encore à "Putain de code", la communauté des développeurs sans langue de bois. Passer d'une communauté à une autre se fait d'un clic.

Une plateforme simple, mais ouverte aux applications tierces

Autre atout de Slack, ses intégrations. De nombreux éditeurs et projets open source utilisent Slack pour diffuser des informations. Les outils pour les développeurs, évidemment, comme GitHub, Jira, Jenkins, etc, les solutions de Help Desk qui publient sur Slack leurs tickets de demande d'intervention, les services de stockages Cloud, les médias sociaux, les outils de productivité personnelle, etc. Cette liste d'intégrations s'allonge de jour en jour.

Enfin, Slack dispose d'utilisateurs pas comme les autres : les bots. Ces robots logiciels sont au service de chaque membre pour réaliser des tâches parfois totalement inutiles mais indispensables comme raconter des blagues, diffuser des images mais aussi aider les utilisateurs. Des bots peuvent s'occuper des petites corvées du quotidien comme organiser une réunion, trouver une chambre d'hôtel, et comptabiliser vos notes de frais.

Le Journal du Net a interrogé cinq entreprises françaises pour qui Slack a changé leur quotidien.

Collaboratif / CDISCOUNT