Dossier Les indicateurs clés de performance (KPI) du cloud

Difficile de mesurer précisément la performance des composantes d’un cloud public. Passage en revue des indicateurs dans un domaine où la marge de manœuvre est assez étroite.

Quels sont les différents indicateurs clés de performance, ou en anglais key performance indicators (KPI), d’un cloud public ? En apparence anodine, la question est plus complexe qu’il n’y paraît. Parce que ces indicateurs (prix, service, alignement métier) sont assez disparates et ne s’appréhendent pas nécessairement de la même manière d’un fournisseur à l’autre, parce qu’ils n’ont pas la même valeur selon l’activité des entreprises concernées.

"Les indicateurs de performance sont un domaine assez peu exploré, notamment au niveau des indicateurs métiers", constate Christophe Legrenzi, président fondateur d’Acadys, un cabinet de conseil spécialisé dans le management des systèmes d’information, et auteur de plusieurs ouvrages de référence. "Les fournisseurs de cloud ne communiquent que sur une vision 'moyennisée' des différentes composantes de leurs offres", renchérit Anthony Sollinger, président de CloudScreener, un comparateur de prix spécialisé dans la mesure de la performance des principaux éditeurs de cloud public, par ailleurs partenaire, avec Cedexis, du JDN avec lequel nous publions un indice mensuel des clouds (performance technique, prix, niveau de service).

Pour essayer de s’y retrouver dans cet univers contrasté, le Journal du Net a pris l’initiative de classer ces indicateurs en trois grandes catégories :

  • Les indicateurs techniques (accès réseau, disponibilité des machines)
  • Les  indicateurs de prix
  • Les indicateurs d’alignement métier et stratégiques

KPI