Les indicateurs clés de performance (KPI) du cloud Les indicateurs de prix

Considérés par certains comme moins opaques que les indicateurs techniques, les indicateurs de prix sont en réalité tout aussi complexes à manipuler. Avec pour principal prérequis une bonne maîtrise de sa configuration et de ses besoins réels. "Si l’on tient compte de l’ensemble des paramètres, notamment la capacité de stockage ou la disponibilité du réseau ou des machines, il y a des milliers de prix", avertit Anthony Sollinger chez CloudScreener. Attention donc à bien identifier ses besoins tout en anticipant sa consommation ultérieure. Une démarche d’autant plus délicate au vu de la volumétrie des prix unitaires, volumétrie qui fait le bonheur des éditeurs spécialisés dans les outils de modélisation et de monitoring du cloud (Cloudability, Cloudyn pour Microsoft Azure, Teevity). Des outils d’analyse souvent précieux afin d’améliorer sa visibilité vis-à-vis de ses fournisseurs et de mieux connaître ce que l’on consomme réellement.

Une comparaison souvent périlleuse entre les acteurs

Anthony Sollinger est co-fondateur de CloudScreener.  © CloudSreener

Avec des offres toutes différentes d’un fournisseur à l’autre (gabarit des serveurs, taille et performance des disques de stockage, dimensionnement des machines virtuelles), la comparaison est souvent périlleuse, surtout lorsqu’il s’agit d’anticiper sur ses propres besoins, en particulier dans le cadre de contrat de longue durée. Reste la question du mode de facturation, à la puissance consommée, à l’heure, au mois, voire à l’année. Attention aux pièges de la dégressivité mais aussi aux éventuels enrichissements fonctionnels qui viendront nécessairement alourdir la facture.

Autre volet à prendre en considération, la monnaie - souvent fonction de la localisation ou de la nationalité du fournisseur - dans laquelle sont établies les factures. L’importante chute de l’euro face au dollar a ainsi eu un effet non négligeable sur certains contrats avec des éditeurs américains (Amazon Web Services, Microsoft Azure, Google Compute Engine). Attention aussi aux contrats cadres avec des tarifs apparemment avantageux, notamment pour les grands groupes. Il est conseillé de prendre garde à ce que ces tarifs négociés demeurent toujours inférieurs au prix public, notamment en cas de baisse des prix du fournisseur avec lequel on est sous contrat. 

Serveurs / KPI