Sept OS orientés Internet des Objets (IoT) passés au crible OpenEmbedded, un framework issu du monde de l’embarqué

Comme FreeRTOS, OpenEmbedded est issu du monde de l'embarqué. Conçu lui aussi en 2003, il s'agit d'un framework basé sur Linux qui sert à automatiser la compilation de composants destinés à être ensuite déployés sur des systèmes embarqués. Basé sur le moteur BitBake (qui est écrit en Python), OpenEmbedded propose un jeu de recettes pour fabriquer les paquets logiciels.

Faire le lien entre capteurs et systèmes d'analyse de données

Taillé pour les processeurs 32 ou 64 bits, OpenEmbedded se distingue des autres OS de ce dossier. Pour Christian Charreyre, il se destine aux gateways, ces passerelles qui font le lien entre les capteurs et autres microcontrôleurs du terrain et le back office qui collecte et analyse les données.

Le projet Yocto vise à simplifier la génération de distributions à partir d'OpenEmbedded

Sa prise en main n'étant pas aisée, OpenEmbedded fait depuis mars 2011 partie intégrante du projet Yocto mis en place par la Linux Fondation et soutenu par un certain nombre de fournisseurs - dont Intel et Texas Instruments. Le projet Yocto vise à simplifier la génération de distributions GNU/Linux embarqué à partir du code source original d'OpenEmbedded. Des distributions générées à partir de Yocto sont compatibles pour les architectures x86, ARM, MIPS et IBM PowerPC. Un certain nombre de dispositifs matériels sont supportées notamment la carte BeagleBoard de Texas Instruments.

Points forts

Points faibles

OpenEmbedded en bref

- L'ancienneté du système d'exploitation

- Sa compatibilité avec un grand nombre d'architectures (x86, ARM, MIPS et PowerPC)

- Prise en main délicate

- Son positionnement qui le destine spécifiquement aux gateways

Systèmes d'exploitation / Framework