Comparatif des offres de cloud orientées IoT 4. Salesforce IoT Cloud, un positionnement axé CRM

Avec Salesforce IoT Cloud, le leader du CRM en mode SaaS entend sortir de son métier premier… sans s'en écarter tout à fait. Il s'agit en effet pour Salesforce de valoriser les données remontées par les terminaux connectés et capteurs afin d'améliorer la prospection commerciale ou la qualité d'un service client. Par exemple, en cas de retard d'un avion, il s'agira de cerner rapidement quel véhicule disponible un loueur de voitures peut proposer.

Un lancement prévu d'ici la fin du premier semestre 2016

Pour définir les actions à appliquer, Salesforce s'appuie sur Thunder, son moteur de règles d'événements. La solution repose sur la plateforme Heroku, rachetée par l'éditeur en 2010. Ce qui l'ouvre au monde open source et notamment aux environnements de programmation Ruby, Java ou Node.js. Cette architecture permet aussi de recourir à Kafka pour gérer le streaming de données en provenance des objets, ou à Spark pour en assurer le traitement.

Pour autant, Salesforce n'est pas un fournisseur de cloud public, et Heroku est hébergée chez Amazon Web Services. Le PaaS utilise notamment les services S3 pour le stockage et EC2 pour l'exécution du code. Une version pilote d'IoT Cloud sera disponible au cours du premier semestre 2016. Les conditions tarifaires seront connues à l'issue de cette période.

Points forts

Points faibles

Salesforce IoT Cloud en bref

- Le credo : les objets connectés au service de la relation-client

- Thunder, le moteur de règles d'événements maison

- Version pilote à venir

- La plateforme hébergée chez AWS

IoT