Ces stars du web qui misent sur le cloud d'Amazon Ces stars du web qui misent sur le cloud d'Amazon

Pour accompagner leur croissance insolente, Netflix, Pinterest, Slack ou Airbnb ont recours à Amazon Web Services. De l'hébergement au traitement de données en temps réel.  

Quel est le point commun entre Netflix, Pinterest, Slack ou Airbnb ? D'accord, ce sont toutes des stars du web dont la valorisation boursière dépasse le milliard de dollars. Elles partagent également le fait qu'elles recourent largement aux services cloud d'Amazon et lui doivent une part de leur réussite. Pour Stephan Hadinger, responsable des solutions d'architecture chez Amazon Web Services (AWS), le cloud permet d'accompagner la croissance exponentielle de ces start-up devenues growth-up. "En payant à l'usage, elles démarrent avec des coûts extrêmement faibles sans avoir à investir dans leur infrastructure. Cela leur permet d'innover plus vite et plus souvent." 

Montée progressive dans le nuage

Quand ces pure players du web se tournent vers AWS, ils le font progressivement. Parmi les plus de 40 services au catalogue du cloud, elles démarrent généralement par S3 pour le stockage, EC2 pour exécuter les applications, et ELB (Elastic Load Balancing) pour réguler la charge des serveurs. Elles peuvent passer ensuite à un réseau virtuel privatif avec VPC (Virtual Private Cloud) ou à la gestion des accès avec IAM (Identity and Access Management). Un palier qui permet dans un second temps de se tourner vers RDS qui permet de gérer une base de données relationnelle de type Oracle ou MySQL dans le cloud, ou Kinesis pour le traitement de flux de données en temps réel.

La sécurité, premier poste d'investissement

Bien sûr, il y a une contrepartie à la flexibilité offerte par une plateforme cloud : la dépendance au fournisseur. Si Amazon Web Services affiche des engagements de disponibilité très élevés - 99,95% pour EC2 – il n'est pas à l'abri de défaillances. En septembre dernier, une panne au sein de l'infrastructure AWS a entrainé de nombreux services dans sa chute dont Netflix, Airbnb et Tinder.

En restant sur les sujets qui fâchent, il y a aussi la sécurité des données. Chez AWS, qui cumule les normes ISO (27001, 27017 et 27018) spécifiques à ce sujet, le discours est rôdé. "La sécurité est notre premier poste d'investissement. Par défaut, tous nos clients bénéficient du même niveau de sécurité qu'il s'agisse d'une PME, du Nasdaq ou de la banque Capital One", martèle Stephan Hadinger. En ce qui concerne la localisation des données, AWS rappelle qu'elle est gérée par ses clients. Le fournisseur américain possède deux data centers en Europe (Irlande, Allemagne). Un troisième, basé en Grande-Bretagne, ouvrira fin 2016 ou début 2017.

Serveurs / Amazon