Cloud : Google redéploie sa stratégie autour de la marque Google Cloud

Google for Work devient Google Cloud. Pour l'occasion, Google annonce que son cloud sera doté de huit nouvelles régions en 2017. Il renforce par ailleurs son offre dans le machine learning.

Google for Work, la marque de Google regroupant l'ensemble des services du groupe américain pour l'entreprise, est rebaptisée Google Cloud. Sous cette ombrelle, on retrouve le cloud de Mountain View (Google Cloud Platform), sa suite de productivité (Google Apps for Work rebaptisée pour l'occasion G Suite), ses outils et APIs de machine learning, et ses APIs Google Maps pour entreprise. Sans oublier les offres de Chromebook et de smartphones et tablettes Android du géant IT américain. Des terminaux "qui accèdent, aussi, à des services cloud", justifie Google (lire le post de cette annonce).

Huit nouvelles régions pour le cloud de Google

Google en a profité pour lever un peu plus le voile sur la feuille de route de son cloud pour les mois à venir. Le groupe avait déjà annoncé l'extension en 2017 de Google Cloud Platform à douze nouvelles régions d'implantation de data centers. Les lieux d'implantation de deux d'entre-elles avaient déjà été précisés. Google a dévoilé les points géographiques de huit autres. Parmi elles, trois seront installées en Europe, et plus précisément en Angleterre (Londres), en Finlande et en Allemagne (Francfort).

Sur les douze régions annoncées initialement, reste donc encore à connaitre l'emplacement de deux.

Carte des régions d'implémentation des data centers du cloud de Google (en bleu, celles qui devraient être ouvertes en 2017). © Google

Le machine learning pour booster les Google Apps 

Ce n'est pas tout. A travers Google Cloud, Google entend, également, renforcer son positionnement en matière de machine learning. Sur ce terrain, le groupe annonce une série d'évolutions dans G Suite.

Dans Google Docs par exemple, une nouvelle fonction baptisé Explore in Docs, fera remonter des contenus connexes (images ou documents) pour enrichir un texte en cours de rédaction. Une possibilité équivalente est intégrée à Google Slides (donnant, aussi, accès à des préconisations en matière de gabarits). Quant au tableur Google Sheet, il va permettre de lancer des recherches en langages naturel pour retrouver une information dans une feuille de calcul. Enfin, via une possibilité baptisée Quick Access, Drive pourra pousser, de façon personnalisée, des documents sur la base de l'activité de l'utilisateur : les thèmes des fichiers consultés, l'historique des interactions et rendez-vous, etc. 

Toujours en matière de technologie d'apprentissage automatique, Google annonce par ailleurs la disponibilité en version finale de son service cloud de machine learning (Google Machine Learning). Combinant diverses briques (Google BigQuery, Google Cloud Dataflow et Google Cloud Storage), il est conçu pour mettre en musique des modèles de scoring.


A lire aussi :

 

Google / Datacenter