Microsoft ouvre la phase de prélancement de ses régions cloud en France

Microsoft ouvre la phase de prélancement de ses régions cloud en France Il est désormais possible de se préinscrire pour accéder aux nouvelles régions dès qu'elles seront disponibles. En parallèle, Microsoft lance une consultation pour affiner sa politique d'offre de services cloud et de prix dans l'Hexagone.

Microsoft avait annoncé en octobre dernier son intention de doter son cloud de centres de données en France. A travers cette nouvelle infrastructure, le géant entend proposer ses services cloud Azure, sa suite de productivité Office 365, et son offre SaaS de CRM Dynamics 365, via des hébergements localisés en France. Les datacenters (qui doivent être mis en production d'ici la fin de l'année) seront répartis sur deux "régions Azure", ou sites d'implantation, l'une située en Ile-de-France et l'autre à proximité de Marseille (voir la carte ci-dessous, issue du site web d'Azure). 

Les inscriptions sont ouvertes pour accéder aux nouvelles régions dès qu'elles seront disponibles

"Nous donnons aujourd'hui le coup d'envoi de la phase de prélancement de notre future offre cloud hébergée en France. Nous ouvrons les préinscriptions à tous les clients souhaitant accéder aux deux nouvelles régions dès qu'elles seront disponibles", a pu nous confier le 25 janvier Julia White, Vice-Président Corporate Azure et Marketing Sécurité de Microsoft. Le JDN a pu s'entretenir avec elle en marge du MS Cloud Summit Paris, un événement organisé par la communauté française des utilisateurs des technologies Microsoft. 

L'objectif de cette phase de prélancement ? Elle doit permettre à l'éditeur de sonder ses clients, prospects et partenaires sur leurs besoins en matière de services cloud. Elle devrait s'étaler sur plusieurs mois, et prendre la forme de rencontres en face à face. "L'idée est de prendre en compte l'ensemble des désideratas", poursuit Julia White. Tous les acteurs souhaitant s'impliquer dans le process initié par Microsoft peuvent faire une demande à cette adresse : azurefrance@microsoft.com.

Ajuster le catalogue de services et les tarifs proposés en France 

Cette vaste enquête doit permettre à Microsoft de mieux qualifier le marché français. "L'objectif étant de proposer l'offre la mieux ajustée, à la fois en termes de briques et de tarifs", ajoute-t-on chez Microsoft. Comme c'est déjà le cas pour d'autres régions de son cloud, le groupe américain ne déploiera pas forcément l'intégralité de ses services cloud sur ses sites d'hébergement en France. Des priorités pourront aussi être définies en termes de déploiement. Mais que ce soit pour Azure, Office 365 ou Dynamics 365, "nous souhaitons néanmoins proposer, à terme, la vaste majorité de nos services cloud localisés dans l'Hexagone", précise Julia White.

Côté tarifs, même logique. L'éditeur ayant une politique de prix différente selon les pays d'implantation de son cloud, les prix affichés sur la France ne devraient donc pas être tout à fait les mêmes que ceux pratiqués par Microsoft en Allemagne, en Angleterre ou aux Pays-Bas.

Une mise en conformité avec la législation locale sur les données

Comme l'ensemble des régions du cloud de Microsoft à travers le monde, les deux régions françaises du groupe seront directement pilotées depuis les Etats-Unis, et juridiquement dépendantes de Microsoft Corporation (et pas de la filiale française du groupe). Un rattachement qui n'empêche pas Microsoft de mettre en conformité ses offres cloud, en fonction du lieu d'hébergement, avec les réglementations locales sur les données. Ce sera aussi le cas naturellement pour les deux régions françaises.

Carte issue du site de Microsoft Azure identifiant la localisation des futures régions cloud que Microsoft prévoit d'ouvrir en France d'ici la fin de l'année. © Capture JDN

Microsoft / SaaS

Annonces Google