Ces géants du Web qui passent au Cloud 2.0 Netflix : jusqu'à 600 micro-services pour afficher une page

Entreprise 100% cloud, Netflix s'est doté d'une plateforme d'exploitation à base d'images Amazon Web Services exécutant des containers Docker. Netflix est probablement, avec Google et Amazon, l'entreprise qui est allée le plus loin dans le concept de micro-services. Pour mettre en place son architecture, l'américain a développé toute une série de briques logicielles, qui ont depuis étaient pour l'essentiel reversées en open source. Ses ingénieurs en ont ainsi publié plus d'une cinquantaine dans le cadre de ce que Netflix a baptisé le Netflix OSS (pour Open Source Software Center). 

Netflix a totalement "containerisé" le stockage

Parmi les briques les plus importantes de cette architecture, on compte Edda et Archaius pour la gestion de configuration, Zuul pour le routage des données entre micro-services, ou encore Eureka. C'est le service de découverte et de gestion des micro-services sur la plateforme de production. Une fonction clé sachant que Netflix loue en moyenne en permanence des dizaines de milliers de machines virtuelles auprès d'Amazon Web Services. Cette fonction de supervision est complétée par le framework Ribbon qui assure l'équilibrage de charge entre micro-services.

Enfin, Netflix a totalement "containerisé" le volet stockage de son site. Retirer un nœud de stockage Cassandra dans son architecture n'a aucune incidence sur la production. Le nœud est immédiatement régénéré. Ici, la force des architectures à base de micro-services s'affiche tant du côté des nœuds de calcul que de celui du stockage.

architecture de netflix. schéma projeté par adrian cockcroft, spécialiste des
Architecture de Netflix. Schéma projeté par Adrian Cockcroft, spécialiste des micro-services et ex-architecte cloud de Netflix, lors d'une présentation réalisée à l'occasion de la DockerCon Europe 2014. © Adrian Cockcroft

Netflix / Amazon Web Services