Cloud : DigitalOcean lève 37,2 millions de dollars

Le trublion du cloud computing a conclu un nouveau tour de table. Le spécialiste du IaaS entend désormais rivaliser avec AWS et Azure.

Spécialiste du cloud computing orienté infrastructure (IaaS), DigitalOcean boucle une levée de fonds de 37,2 millions de dollars auprès d'Andreessen Horowitz. Ses investisseurs historiques IA Ventures et CrunchFund ont également participé, mais de manière minoritaire. L'information a été révélée par notre confrère américain TechCrunch. C'est la deuxième levée de fonds de DigitalOcean. La précédente s'était élevée à 3,2 millions de dollars.

En décembre 2013, Netcraft classait DigitalOcean à la 15e position des plus grands hébergeurs mondiaux en termes de serveurs web. Le spécialiste de l'analyse technique Internet avait aussi révélé que l'infrastructure frontale de la société progressait désormais plus vite que celle du cloud d'Amazon (AWS). 

Le secret de la réussite de DigitalOcean ? C'est de casser les prix. 


Pour 5 dollars par mois, l'acteur propose un serveur virtuel de 512 Mo de Ram, 20 Go de mémoire SSD et 1Tb de bande passante (voir les tarifs pratiqués sur le site de la société). Et ce avec la possibilité de mettre en œuvre une architecture multi instances. Avec des datacenters à New York, San Francisco, Amsterdam et Singapour, DigitalOcean promet un taux de disponibilité de 99,99%.

Fort de son nouvel apport de fonds, la société entend concurrencer plus que jamais les grands clouds orientés IaaS, au premier rang desquels Amazon EC2 et Windows Azure. La gestion de la montée en charge de son infrastructure fait partie de ses priorités. De quelques centaines de clients début 2013, DigitalOcean en revendique maintenant 110 000, avec à la clé 5 000 serveurs physiques.

Autre axe de développement qui se dessine pour DigitalOcean : enrichir son offre (pour l'heure réduite à la simple instance de calcul), avec des services IPv6, d'équilibrage de charge, de stockage...

Levée de fonds / Amazon