Microsoft va accueillir Salesforce dans Windows et Azure

Après Oracle et SAP, c'est autour de Salesforce de signer un accord avec Microsoft. L'information publiée par l'agence Bloomberg a été confirmée par le groupe.

Décidément, l'ambiance de coopétition qui règne dans l'univers du logiciel ne cesse de se renforcer. Après avoir signé un accord avec SAP et Oracle, pour porter leurs offres respectives sur son cloud Azure, Microsoft conclut un partenariat mondial avec Salesforce.

L'information publiée par l'agence Bloomberg a été confirmée par le groupe hier lors d'une conférence de presse extraordinaire. L'information intervient alors que Microsoft ne cesse depuis un an de se poser en concurrent de l'éditeur de San Francisco en réinvestissant dans son offre de CRM Dynamics. En 2010, le groupe de Redmond n'avait pas hésité non plus à attaquer la société de Marc Benioff pour violation de brevets.

La finalité de ce nouvel accord ? Rendre disponible l'offre de gestion de la relation client en mode SaaS de Salesforce sur Windows 8.1 et Windows Phone 8.1 (sans doute par le biais d'apps mobiles, mais cela n'est pas encore confirmé). L'offre doit être lancée en bêta d'ici la fin de l'année, et en version finale en 2015.

L'intégration d'Office à Salesforce.com

L'accord prévoit également l'intégration d'Office à Salesforce.com. Avec toutes ses possibilités de lecture et d'édition, la suite bureautique de Microsoft sera ainsi disponible dans Salesforce1 comme support de collaboration, y compris avec ses déclinaisons Office Mobile, Office pour iPad et naturellement Office 365 (sa version par abonnement). L'outil de data visualisation Office Power BI y sera aussi accessible. Ce sera aussi le cas du service de stockage en ligne OneDrive, et, plus étonnant, du portail collaboratif SharePoint Online, mais aussi de la messagerie Outlook.

Du côté du IaaS et du PaaS de Microsoft, les liens avec Azure resteront néanmoins légers. Car Salesforce ne prévoit pas de porter ses applications sur le cloud de Microsoft, comme l'on fait Oracle ou SAP. Seule l'interopérabilité entre les deux univers est au programme. Avec pour objectif de permettre par exemple d'échanger des données entre l'un et l'autre, ou de développer des processus métier transverses.

L'arrivée de Satya Nadella à la tête de Microsoft n'est certainement pas étrangère à ce nouvel accord. Persuadé que l'ouverture et la coopétition font partie des principaux leviers du succès de la nouvelle stratégie du groupe (orientée terminaux et services), c'est en effet l'actuel PDG de l'éditeur qui avait négocié les partenariats avec SAP et Oracle quand il était le patron du cloud du groupe. C'est d'ailleurs lui qui a tenu à annoncer ce rapprochement lors de la conférence de presse d'hier, main dans la main avec Marc Benioff, PDG de Salesforce.

Microsoft / Salesforce