Messagerie : quelle solution choisir, comment réussir son projet ? Quels critères pour bien choisir sa messagerie ?

La couverture fonctionnelle et les évolutions liées aux feuilles de route de chaque éditeur pourront constituer bien entendu un critère important dans le choix d'une solution de messagerie, mais c'est loin d'être le seul. "Les critères les plus importants pour choisir une messagerie porteront sur l'interopérabilité et l'interconnexion avec les outils de communication, messagerie instantanée et de partage de fichiers existants, la facilité d'adhésion par les utilisateurs, ainsi que le niveau de déploiement de la solution dans des environnements comparables", fait savoir Guillaume Rochette, directeur d'agence Infrastructure Consulting chez Econocom-Osiatis.

Dans le cas d'une solution de messagerie en mode SaaS, d'autres critères deviendront prioritaires voire capitaux. Avec en particulier la disponibilité du service et les niveaux de SLA et de support proposés, les possibilités offertes en termes de réversibilité des données mais également la localisation des données. "Aujourd'hui, un fournisseur de SaaS qui n'est pas capable de proposer un taux de disponibilité de 99,99% n'est pas un fournisseur fiable", tranche d'ailleurs Brice Trinel, ingénieur avant-ventes chez Smile.

la nouvelle version d'outlook intégrée à office 365.
La nouvelle version d'Outlook intégrée à Office 365. © Capture JDN

Problème : difficile à l'heure actuelle de trouver parmi les ténors de la messagerie en mode cloud des solutions garantissant un tel niveau de disponibilité de service. Ni Microsoft avec Office 365, ni Google avec ses Google Apps, ne garantissent dans leurs contrats standard un taux de disponibilité supérieur à 99,9%. Cela n'a cependant pas empêché Google d'annoncer en avril 2013 avoir dépassé le niveau de disponibilité garanti au titre de l'année 2012 soit 99,983%.

"La localisation des données est le dernier point essentiel dans le choix de son prestataire. Tout le monde est au courant que les données hébergées chez Google ou Microsoft sont localisées aux Etats Unis. Avec le scandale récent de l'affaire PRISM, un grand nombre d'entreprises ont d'ailleurs fait le choix de rapatrier leurs données sur le territoire français", signale Brice Trinel.

Cloud public